PETIT RAPPEL

Posté par lryf le 5 mai 2015

Ce blog est protégé par les droits d’auteurs. Les articles et podcasts ne peuvent être dupliqués sans autorisation

rablog

Publié dans A ECOUTER | 42 Commentaires »

VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE

Posté par rabelaisblog le 19 janvier 2017

 Voyage au Centre de la Terre

de Jules Verne

voyage au centre de la terre

Mr Otto Lidenbrock est un minéralogiste retraité Allemand. Il habite dans une grande maison. C’est un homme qui n’est pas très aimable mais son neveu Axel l’adore. Axel, lui, vient voir son oncle de temps en temps, il est passionné de minéralogie depuis son plus jeune âge. C’est un jeune homme d’environ vingt ans, allemand aussi et il aime l’aventure. Mr Lidenbrock et Axel avaient le projet de descendre au cœur de la Terre. Pour cela ils eurent besoin d’un guide nommé Hans, un chasseur d’eider* Islandais, que le professeur payait trois rixdales* par semaine.  A l’origine Mr Lidenbrock et Axel avaient trouvé un parchemin écrit de la main d’Arne SKANUSSEM, un savant Islandais de l’époque des croisades.

*Rixdale: francs

*Chasseur d’eider: Cette « chasse » consiste simplement à recueillir le duvet dont la femelle de cet oiseau tapisse son nid. 

Si  Voyage au Centre de la Terre  était une partie du corps, ce serait le nombril parce que c’est le centre du corps et qu’un géologue retraité, Mr Lidenbrock,  Axel, Hans, embarquent pour une odyssée au centre du globe.

Résultat de recherche d'images pour "mr lidenbrock descendant au centre de la terre"

« C’est parti, Axel, nous allons au cœur du globe. »

 

Si Voyage au Centre de la Terre  était un instrument de musique, ce serait un saxophone. Les personnages s’engouffrent dans les entrailles du globe en descendant dans le Sneffels, un volcan Islandais éteint, et ressortent par le Vésuve comme les notes de musique dans un saxophone.

« On entrait dans le globe par un endroit et on ressortait par un autre. »
 

vésuve

Si « Voyage au Centre de la Terre » était une saison, ce serait l’été. Il fait toujours chaud dans les entrailles de la Terre. Paradoxalement, il ne fait pas chaud à en mourir, la température maximale atteinte est de 45°C   

Afficher l'image d'origine

En trois mots ?

Désespoir d'Axel, perdu.

Désespoir d’Axel, perdu.

Mystérieux: on se demande si Axel le narrateur perdu, va retrouver ses compagnons.

« J’étais dans le noir le plus complet et je me demandai si je retrouverais mes compagnons. »

 

 

 

Combat entre deux animaux antédiluviens

Combat entre deux animaux antédiluviens (dinosaures)

 

 

 

 

Profond: on est profondément emballé par l’histoire, surtout au moment où le professeur Lidenbrock, Axel et Hans assistent à un combat de dinosaures. Sous terre !

« Devant nous se déroulait un massacre, deux bêtes se battaient. »

Ainsi qu’au moment où ils descendent dans les abîmes de la Terre « Cette descente semblait infinie. »

                                

                    

                                                                                                 

 

La descente des personnages

Sauvage : Le monde souterrain est peuplé de créatures hostiles comme des dinosaures.
« Soudain un troupeau de Mégalausaures passa à moins de vingt mètres de nous. »

Résultat de recherche d'images pour "dinosaure voyage au centre de la terre"

 

 

Je pense que Jules Verne veut faire croire aux gens qu’il est possible de descendre au centre de la Terre parce que ses écrits ont l’air d’avoir été vécus. Pourtant par rapport au livre Le Tour du Monde en 80 jours, il est possible de faire le tour du globe en moins de temps. Donc l’image « fictive » que les gens se font des récits de Jules Verne est différente à chaque récit. Cet auteur était un visionnaire du 19/20e siècle. De plus il a imaginé pouvoir faire le tour en 80 jours, maintenant on peut le faire en beaucoup moins de temps.

 

J’ai adoré ce livre parce qu’à certains moment il y a du suspense. J’ai aimé le passage où ils descendent dans les abîmes de la terre, les personnages ne savent pas à quoi s’attendre. Il y a aussi de l’action comme quand ils fuient un combat entre deux dinosaures, on se demande s’ils vont tomber de leur embarcation et se faire dévorer ou si tout va bien se passer. Je conseille ce roman  aux autres personnes à condition qu’elles aiment le suspense.

 Pour plus d’infos sur…

 

Otto Lidenbrock cliquez ici

 

Axel Lidenbrock  cliquez ici

 

Hans Bjelke cliquez ici

 

L’eider cliquez ici

 

 L’auteur allez voir ici

 

Voila un extrait du film si vous êtes intéressés (J’ai trouvé ce film assez sympathique, ça change un petit peu l’histoire originale mais si on s’est intéressé aux deux on comprend) :

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 Je vous propose Un nouveau titre :

 Descente dans les abîmes de la Terre

et une nouvelle couverture 

fichier odt Page de couverture

5e1 Mathys

Enregistrer

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | Pas de Commentaire »

EMILE ET LES DETECTIVES

Posté par rabelaisblog le 19 janvier 2017

Emile et les détectives
Erich Kastner:

unnamed - Copie

 

  Si mon livre était des couleurs ça serait les couleurs bleu et rose car ce livre émet deux émotions différentes comme ces deux couleurs. Le bleu me fait penser à l’angoisse et le rose à la joie. J’ai angoissé quand Emile, le jeune héros de ce livre se trompe de gare et ne peut pas voir sa grand -mère et je me suis réjouie quand il s’est fait des nouveaux copains à Berlin en sortant de la gare, qui ensuite vont le suivre et l’accompagner tout au long de son aventure.

  pink-1121216_960_720 - Copie

 Si mon livre était un instrument de musique ce  serait un *Ukulele car aucun moment dans ce livre n’est triste. Il y a du mystère mais jamais de tristesse… Ce livre est plein d’émotion quand Emile prend le train de Neustadt pour la première fois  dans l’idée d’offrir un bouquet de fleurs à sa Grand mère, plein d’émotion quand il rencontre ses copains, plein d’émotion quand il poursuit celui qui lui a dérobé son argent, plein d’émotion quand l’un de ses copains tombe amoureux, et enfin plein d’émotion quand,  une fois l’argent retrouvé, la grand mère invite tout le monde autour d’un repas.

 
unnamed (1)

 Si mon livre était une partie du corps ce serait les pieds car dans ce livre Emile et sa bande de copains vont courir dans toute la ville  pour rattraper un voleur surnommé « l’ homme au chapeau melon ». Cet homme a prolongé  son voyage pour voler Emile et plonger sa main dans la poche intérieure du manteau du jeune garçon qui s’était endormi au moins durant la moitié du voyage qui le  menait à sa grand mère.  « l’homme au chapeau melon »  a profité qu’Emile s’endorme pour lui dérober son argent !

unnamed (2)

« Emile se réveilla au moment où le train se remettait en marche. En fait, il s’était endormi et, pendant son sommeil, il était tombé de la banquette en bois et se retrouvait maintenant par terre, étreint par l’angoisse, son cœur battant comme un marteau piqueur. »…

 Si mon livre était un fruit ce serait des groseilles car c’est un fruit très savoureux et surprenant dans son goût . Dans ce livre, chaque future page a envie d’être savourée…on attend la suite…comme quand on a envie de déguster une grappe de groseilles. Ce livre est surprenant dans son style d écriture raconté comme une aventure et comme un roman policier.

unnamed (4)

J’aurais aimé que cette histoire soit plus longue…

  

unnamed (3)Si mon livre était un objet ce serait une valise car Emile ne fait que voyager avec sa valisette qu’il « trimbale » avec lui du début à la fin de son voyage pour Berlin. Je compare l’histoire aussi à une valise car on ne connaît pas son visage du voleur, hormis le fait qu’il ait un chapeau melon. Une valise, tant que l’on ne l’a pas ouverte, reste aussi secrète et mystérieuse car elle peut contenir  des billets comme des vêtements.

 
Si mon livre était une œuvre d’art ça serait l’homme au chapeau melon, de René Magritte. Le visage de l’homme se cache derrière la colombe, un peu comme quand Emile a connu Monsieur Grendeïs plus connu sous le nom de « l’ homme au chapeau melon ». L’écrivain ne le décrit jamais. Il propose du chocolat à Emile  dans le train et une heure après cet homme lui dérobe tous ses deniers. « l’homme au chapeau melon » se montre  gentil au tout début mais peu de temps après, il dévoile son caractère  de voleur et mal meneur.

unnamed (6)

…« Près de la fenêtre, un homme avec un chapeau melon sur la tête , était absorbé par la lecture de son journal. Au bout d’un moment, ce dernier le replia, sortit de sa poche une barre de chocolat et la tendit à Emile»…

unnamed (5)Si mon livre était une saison ce serait l’Automne car j’imagine tout à fait l’homme au chapeau melon avec une gabardine, un chapeau melon et des gants en cuir arpentant ce train dans une saison assez froide mais pas trop.

unnamed (7)

Si mon livre était une musique ce serait « Pacific 231 d’Artur Honegger » car le fond de musique retranscrit les bruitages d’un train qui roule. La musique est pleine de suspense comme une enquête qui doit être résolue, et d’angoisse sur laquelle on peut aussi imaginer une course poursuite d’hommes dans ce train qui avance.

 

 

 Image de prévisualisation YouTube

 

UN NOUVEAU TITRE ?

A la poursuite de Man in the bowler hat

 

Je donne ce nouveau titre à mon livre car Emile et sa bande de copains détectives se mettent à la poursuite du voleur en empruntant différents chemins, essayant d’encercler l’homme au chapeau melon dans la ville de Berlin.

NOUVELLE COUVERTURE

Emile au départ du train

 

Mon livre en 3 mots 

Passionnant, car il y a plusieurs chapitres où l histoire nous fait voyager à Berlin. Il y a beaucoup de suspense et plus je lisais, plus j avais lenvie que lhistoire ne se termine pas.

 Merveilleuxcar la fin de lhistoire est heureuse, toutes les frustrations de l’histoire sont évaporées. Un des copains dEmile noue une relation amoureuse avec * Pony bibi…

 Palpitantcar Emile arpente les rues de Berlin, essoufflé et malmené par « l’homme au chapeau melon ». Emile va connaître plusieurs infortunes et, d’aventures en mésaventures il maintient le lecteur en attente avec une certaine angoisse.

 unnamed (9)

Ce livre a un véritable scénario du début à la fin, Emile a  peur  car il a peint la statue du Grand Duc, il ne peut s’aider de la Police qui risque de le « coincer »  et devient un détective malgré lui avec ses amis pour démasquer le voleur et le faire arrêter. Il aura même un article dans le journal sur son exploit.

Définition des mots :

 *Berlin : Capitale de l’Allemagne

*ukulele : Instrument à cordes d’origine Hawaienne

*Madame Tischbein : Mère d Emile

*Pony bibi :La cousine d’Emile

 Voici  le «  Emile et les détectives» réalisé en 1931

Image de prévisualisation YouTube

 Voici en lecture un extrait que j’adore car 2 générations sont représentés dans l’extrait et dans le livre 3 générations : 1*La Grand mère 2*  la mère, la tante, l’homme au chapeau Melon et 3* Emile et ses amis.

EMILE ET LES DETECTIVES   dans A ECOUTER cleardot

  5 ème 1 – Sarah-Lou

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | 1 Commentaire »

LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS

Posté par rabelaisblog le 6 janvier 2017

                         

Le tour du monde en 80 jours

             

80 jours adam

 

En 1872, un riche gentleman Londonien nommé Fileas Fogg parie 20 000 livres ( 500 000 francs ) qu’il fera le tour du monde en 80 jours. Accompagné de son valet de chambre, Jean Passepartout, il part de LONDRES et tente de remporter ce pari  qui, pour l’époque, semble impossible ( à l’époque, les avions n’existaient pas, on ne pouvait voyager qu’en train ou en bateau et il suffisait d’une interruption pour que Fileas Fogg perde son pari) …

Si le tour du monde en 80 jours était un endroit du monde, ce serait Londres car c’est la ville dans laquelle on retrouve un peu de tous les pays traversés et de toutes les cultures rencontrées par Fileas Fogg, On peut y rencontrer  des personnes originaires de la plupart des pays du Commonwealth comme des Indes, d’Égypte, d’Afrique de l’Est et de Hong Kong .

Londres est aussi la ville de départ et d’arrivée de Fileas Fogg.

« Donc, ajouta-t-il en consultant son calendrier de poche, puisque c’est aujourd’hui mercredi 2 octobre,
je devrai être de retour à Londres le samedi 21 décembre ici-même« 

 

                                                                                                                             EQFa8VCpm5vUVs0miDyFjJQnD24

  

TPhoto_00001

Fileas Fogg est un homme à la carrure imposante, qui reste toujours de marbre face aux choses les plus incroyables. Il est aussi très organisé et très maniaque dans sa manière de faire les choses.

Exemples :

 » C’était un homme qui pouvait avoir 40 ans, de figure noble et belle. »

 » Il paraissait posséder au plus haut degré ce que les physionomistes appellent « le repos dans l’action » faculté commune a ceux qui font plus de besogne que de bruit.

 » C’était le programme du service quotidien [...] tout était noté, prévu, régularisé ».

Si mon livre était une musique, ce serait la lettre à Élise car c’est une musique qui alterne des des tempos rapides et d’autres plus calmes comme dans cette histoire.

En effet, ce roman présente :

- des moments avec beaucoup d’action, comme par exemple :

  • lors de la traversée de la Mer Rouge, les personnages sont attaqués par des requins.
  • En Inde, Fileas Fogg va sauver une jeune femme d’un sacrifice humain.
  • En Amérique, les personnages sont attaqués par des Sioux et le secrétaire de Fileas Fogg, Jean Passepartout, est enlevé ; Fileas Fogg va aller le sauver.

- et d’autres moments qui sont plus descriptifs :

  • présentation assez longue des paysages rencontrés,
  • parfois des discours long et, à mon avis ennuyeux, de Fileas Fogg (par exemple sur l’utilité des passeports au début du roman).

Image de prévisualisation YouTube

Si j’avais écrit ce livre, je lui aurait donné comme nom: Course contre la montre car s’il ne veut pas perdre son pari, Phileas Fogg doit se dépêcher !

TPhoto_00027

                                                                                                                                               Lucie 5e1

 

Enregistrer

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | 4 Commentaires »

L’ODYSSÉE

Posté par rabelaisblog le 6 janvier 2017

                                                                   

odyssee

Si l’Odyssée était un objet ce serait un bateau car Ulysse le personnage principal et ses compagnons,veulent retourner sur leur île Ithaque. C’est la capitale du royaume d’Ulysse qui compte quatre iles Doulichion, Samé, Zante et Ithaque elle-même. Ils reviennent de Troie où a eu lieu une grande guerre  donc ils doivent naviguer  un long moment en bateau.

bateau sira

Si l’Odyssée était un endroit du monde ce serait une île car Ulysse et ses compagnons s’arrête toujours sur des îles sur lesquelles ils veulent faire des poses, des siestes, un peu manger…

carte ulysse sira

 

Si l’Odyssée était un sentiment ce serait la tristesse car Ulysse va perdre petit à petit tous ses compagnons au fil de son voyage car des créatures bizarres vont les tuer comme le Cyclope, Charybde et et Scylla…

Ce serait aussi la peur car les créatures bizarre sont vraiment très effrayantes et dans l’Odyssée on ne sait jamais ce qui va se passer.                                                                                                    

Ce serait aussi l’amour car Ulysse veut absolument retourner sur son ile pour retrouver sa femme Pénélope qui lui manque beaucoup tout comme son fils Télémaque car il ne les a pas vus depuis plus de 9 ans.  WIN_20170116_19_48_18_Pro                                              

Et ce serait aussi l’amitié car Ulysse et ses compagnons sont vraiment proches les uns des autres et dés qu’un des compagnons meurt, ils pleurent tous de tristesse et c’est pour cela que je trouve que c’est un vrai lien d’amitié.

Si l’Odyssée était un animal ce serait un escargot car un escargot c’est lent et  pour retourner à Ithaque Ulysse et ses fidèles compagnons  mettent plus de 9 ans à cause des dangers qui leur font perdre beaucoup de temps : soit les créatures mangent, dévorent les compagnons d’Ulysse, soit elles les emprisonnent pendant plusieurs jours ou années.

                                                                    escargot sira                       

Homère c’est un poète ou un aède de la fin du VIIIe siècle av Jésus Christ. Il est célèbre grâce à l’Iliade et l’OdysséexUlysse_selon_Berard.jpg.pagespeed.ic.U6RfCjqMYN

Un nouveau titre ?

A la découverte des îles

IMG_20170111_150659

 

EN TROIS MOTS?

AVENTURE car l’odyssée raconte un voyage avec beaucoup de mésaventures. Je le conseille à ceux qui aiment les récits avec du suspense

RUSES car Ulysse trouve toujours de très bonnes ruses pour échapper aux monstres comme pour l’histoire du cyclope où il dit qu’il s’appelle Personne.

COURAGE car Ulysse  et ses compagnons malgré tous les dangers, tiennent  absolument à retourner sur leur  ile Ithaque et ils ne veulent pas renoncer. Ils sont déterminés. Ulysse tient vraiment à retrouver sa femme Pénélope et son fils Télémaque.

  MON PETIT AUDIO:     

                                                             5e1 Sira                                

Enregistrer

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | Pas de Commentaire »

ROBINSON CRUSOE

Posté par rabelaisblog le 26 décembre 2016

 Robinson Crusoé

couvertur livre robinson crusoe

Si Robinson Crusoé était un endroit du monde ce serait le Royaume-Uni car l’histoire commence là-bas et s’y termine.

« Je suis né [...] dans la ville de York[...]«  et  »Mon voyage fut, heureux, et lorsque enfin j’arrivai en Angleterre, le 11 juin de l’an 1687,
il y avait trente-cinq ans que j’avais quitté ma patrie »
      

 

Big_ben

 Si le récit était un objet ce serait une arme à feu parce que Robinson se nourrit en tuant des animaux et il se défend avec; sans cette arme trouvée dans son bateau qui a fait naufrage, il ne pourrait pas survivre.

« Il y avait dans la cabine du maître deux fusils fort bons et deux pistolets, dont je me saisis,
comme aussi de quelques cornets de poudre, d’un petit sac de p
lomb et de deux vieilles épées rouillées »

                                                               photo pistolet

Si ce récit était une œuvre d’art ce serait la jungle équatoriale du Douanier Rousseau parce que le tableau ressemble à l’île que j’imagine où est naufragé Robinson.

« Le lendemain, 16 du mois, je repris le même chemin; et  m’étant avancé un peu plus que je n’avais fait la veille,
je trouvai que le ruisseau et les prairies ne s’étendaient guère plus loin. La campagne devint alors plus boisée[...].

douanier rousseau  

Si Robinson Crusoé était une partie du corps ce serait les mains car celles-ci sont vraiment utiles dans l’histoire parce que avec ses mains, Robinson construit son habitat, des chaises, un enclos pour ses chèvres , un radeau, une haie pour protéger son blé.

« Je ne vis point d’autre remède à ce mal que d’entourer mon blé d’une haie. »    

                 KODAK Digital Still Camera 

En trois mots ?

    

Bien   car ce livre se lit assez vite et n’est pas très compliqué. Pour ma part, j’aime l’histoire mais pour moi ce n’est pas le meilleur livre comportant un récit de voyage parce que les actions sont trop prévisibles alors ça m’ennuyait.

Sans suspense car à chaque action (par exemple quand il y a des personnage qui viennent sur l’île) c’était souvent la même chose donc en conclusion les actions sont trop prévisible

Nouveau car je n’ai pas l’habitude de lire ce genre de livre. Mais pour une première fois ce livre est plutôt sympathique parce que j’aime bien  le moment où il est sur l’île et qu’il y a des gens qui viennent car Robinson ne réagit pas toujours de la même façon.

UN NOUVEAU TITRE ?    

 une aventure extraordinaire
                                                   


KODAK Digital Still Camera                                                              

Voici le lien vers un site sur le livre Robinson Crusoé et la biographie de l’auteur juste ici ou en encore

Robinson Crusoé a été adapté plusieurs fois au cinéma, mais cette année il y a eu un film (dessin-animé) sous le nom de Robinson Crusoé.

VOICI LA BANDE ANNONCE:

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans A ECOUTER | 2 Commentaires »

MARCO POLO, LA GRANDE AVENTURE

Posté par rabelaisblog le 15 décembre 2016

MARCO POLO, LA GRANDE AVENTURE

yo

Roman écrit par Viviane Koenig, adapté du journal de bord de Marco Polo.

 

Si Marco Polo, la grande aventure  était une saison, ce serait l’été car c’est en cette saison que Marco Polo, son père et son oncle arrivent à leur destination : Shangdou, là où l’empereur de Chine, Koubilaï, les attend pour avoir une audience impériale:

« Vendredi 30 août 1275, Venise-Shangdou, mon voyage s’achève aujourd’hui » (…) Sitôt arrivés, les frères Polo m’ont entraîné en ville. Ils circulaient en habitués, nullement étonnés par les luxueuses demeures entraperçues et les imposantes murailles entourant le palais impérial. Moi, je découvrais tout, je m’émerveillais. Un mois de promenade ne me suffira pas pour faire le tour de tant de beauté. Sa mission achevée, notre escorte s’était éclipsée après maintes formules de politesse. Nous sommes seuls désormais, attendant de savoir quand Koubilaï acceptera de nous recevoir et quelle sera son humeur. »

 shangdou

un palais chinois typique

Si ce récit était un lieu ou un endroit du monde, ce serait Venise car c’est la ville natale de Marco, de son père, de son oncle et de son grand-père. C’est aussi la ville dans laquelle ce grand voyageur habitait et d’où il est parti. Selon lui, c’est la plus belle ville du monde.

« Mon oncle, lui, n’arrête pas de parler des merveilles et des dangers de la mer, d’un empire de Chine mille fois plus grand que la République de Venise. Est ce possible ? Y a t-il vraiment des palais plus beaux et plus riches que les nôtres ? » 

venise

Venise

Si ce livre était une partie du corps, ce serait la bouche car les personnages ont soif d’aventure et veulent découvrir le monde. Marco Polo veut découvrir la route de la soie dont sa famille lui a tant raconté les merveilles ! Cette partie du corps correspond aussi à ce livre car Marco Polo peut goûter des tonnes de nouvelles choses : les bananes, la viande de yack, le lait de yack, les loukoums, les pâtisseries arabes au miel et aux amandes…

« Ainsi va la vie ! Je suis jeune, énergique, vigoureux, brave et j’ai soif d’aventure ! »

                               « Alors là, je me régale de dattes, de pistaches et d’une nouvelle sorte de fruit, franchement délicieuse, jaune tachetée de noir, très nourrissante, longue, courbée comme une virgule et facile à éplucher.
Certains l’appellent « pomme du paradis » d’autres « banane ». »

goûtsbouche

Si ce récit était un animal, ce serait le yack, car c’est un des animaux que Marco Polo a découvert sur sa route. Il trouve les yacks tellement intrigants qu’il écrit tout une page pour en parler. Par contre, il est précisé que le lait du yack est dégoûtant et acre, et pour se moquer de Marco Polo, son père et son oncle lui font croire qu’il est délicieux, afin qu’il goûte et soit écœuré.

« J’en profite pour te raconter ma dernière découverte, les curieux bœufs à longs poils, appelés yacks. Et dans les yacks, tout est utile ! De leurs cornes on fait des vases et des coupes, m’a expliqué le guide. Leur laine devient vêtements et cordes. Leur viande séchée à l’air épicée est un régal (j’y ai goûté et j’approuve !). Leur cuir est d’une solidité à toute épreuve et, comme animaux de bât, les yacks sont plus résistants que nos mules. »

Si mon livre était une chanson, ce serait Planetary de My Chemical Romance car celle-ci parle de quelqu’un qui veut voir du nouveau mais qui au début, reste chez lui, sans rien savoir du monde extérieur tout comme Marco Polo qui ne connaissait rien du monde, n’avait jamais voyagé de sa vie. Puis à la fin, cette personne dit qu’elle ne retournera pas à la maison, qu’elle ne regrette rien, comme Marco Polo qui reste en Chine avec l’empereur Koubilaï. Cette chanson et ce livre racontent tous les deux une aventure.

Image de prévisualisation YouTube

 

Parole et traduction de la chanson, ici :

Si ce récit était une œuvre d’art, ce serait l’Invitation au voyage de Guy Thiant car ce tableau représente parfaitement les affaires de Marco Polo, de son père et de son oncle : des cartes, un globe terrestre, des livres (souvent de langue) et un carnet, comme celui où Marco raconte son voyage. Ce sont des objets pleins de souvenirs, et ces deux œuvres ont un rapport avec le voyage et l’aventure.

                                                                                                      l invitation au voyage

 

Si le livre de Marco Polo était un objet, ce serait un carnet, tout simplement parce que c’est l’élément clé de l’histoire, l’objet le plus cher à Marco, celui qui renferme ses souvenirs, celui qui est le témoin de son aventure, l’objet qui lui permet de raconter son histoire. Il renferme aussi tous ses secrets et ses impressions. Le carnet lui a été offert par son père et pour Marco Polo, c’était la preuve qu’il l’aimait quand même, même s’il se montrait dur avec lui.

« Adieu, cher carnet, je viens de noircir de ma misérable écriture ta dernière page ?
Tu contiens tous mes souvenirs, garde les jalousement au chaud dans ma besace. »

« Jamais je n’avouerai mes faiblesses aux frères Polo mais à toi, cher carnet, je n’hésite pas à me confier. »

carnet

Si mon livre était une couleur, ça serait le vert car les mongols, dont l’empereur est Koubilaï, aiment cette couleur plus que tout car c’est celle des arbres et les mongols viennent d’un endroit sans aucune végétation, information donnée par l’oncle de Marco. C’est accessoirement pourquoi les Hans adoraient le jade, pour ses vertus et surtout sa merveilleuse couleur verte luisante.

«  A portée d’arbalète de la résidence royale, imagine un joli petit palais vert dedans et vert dehors, au sommet d’une colline verdoyante couverte de pierres plates, vertes, ravissantes. Sur ordre du Grand Khan, on y a planté de beaux gros arbres centenaires aux feuilles persistantes. Tu aimerais Marco, ce camaïeu de verts ! Vert émeraude, vert olive, vert amande, vert lichen, vert pistache et vert jade !  »

                                                                                crayonsverts

« Cette couleur apporte joie, bonheur et réconfort à ceux qui la contemplent.
N’oublie pas que les Mongols viennent des steppes arides du Nord, sans prairies et sans arbres. »

 

En trois mots ?

 

Trajet car c’est ce qui constitue en grande majorité le livre, quand Marco raconte ce qui se passe sur le bateau, les déserts et les plaines qu’il traverse à cheval, ce qu’il trouve quand il marche. l’histoire même raconte un voyage, et qui dit voyage dit trajet, itinéraire.

carte

 

Langues car Marco en étudie beaucoup ! Son oncle et son père se servent de lui comme interprète parce qu’avant de faire ce long voyage, Marco étudiait les langues. En voyage, il apprend le mongol avec un professeur, et lorsqu’il a du temps il révise son vocabulaire. Il parle le turc, le persan, l’arabe, le latin, le vénitien, l’italien et le mongol.

 

Découverte car les découvertes sont les choses les plus importantes du récit. Marco découvre les pays de la Route de la Soie, des animaux (les chameaux, les yacks et les singes), des matières comme la soie, la mousseline et les perles, des systèmes de monnaie, comme les billets, en Chine, des choses horribles comme les esprits du désert qui mènent les gens à leur perte et des fruits : les bananes qu’il trouve délicieuses. Ses découvertes nous ont permis de connaître beaucoup de choses !

représentationpersonnelledécouverte

Représentation personnelle des esprits du désert

Une perle, un billet, un chemisier en soie et une chemise noire en mousseline

 Si je devais changer le litre du livre, ce serait « Venise à la découverte du monde », et voilà à quoi pourrait ressembler la couverture.
couverture

Pour en savoir plus…

Si vous souhaitez en savoir plus sur la route du navigateur, voici une page web qui pourra vous aider. En cliquant sur les noms en orange, vous pourrez voir une page plus grande avec les spécificités de ce sur quoi vous avez cliqué, raconté simplement. 

Si vous voulez connaître l’auteure, Viviane Koenig, c’est une petite biographie avec des avis, des citations, quelques photos et une vidéo. 

Conclusion

Si ce livre vous intéresse mais que vous n’êtes pas sûr de vouloir l’acheter ou le lire, mon appréciation est là pour vous éclairer (sans vantardise, évidemment !)

J’ai trouvé ce livre intéressant et divertissant car ce n’est pas raconté d’une façon ennuyeuse comme dans certains livres documentaires. C’est raconté par quelqu’un qui a vécu ces aventures, quelqu’un qui a eu des expériences : ainsi, c’est plus réaliste car une personne qui n’a jamais vu la chose en question mais qui la raconte quand même ne pourra pas nous donner de vrais impressions, elle ne fait que répéter ce qu’elle a entendu ou trouvé. Le récit reste toujours captivant.

Ce livre peut également vous apprendre des choses ! En effet, grâce à ce récit, vous aurez une sorte de complément à certains cours d’histoire : si vous n’aimez pas cette matière ne vous inquiétez pas, il n’y a aucune histoire de dates ennuyeuses mais plutôt des anecdotes intéressantes sur certains peuples (comme les mongols), sur certains animaux (yacks, chameaux…) et surtout sur des coutumes dans certaines villes : à Mossoul, on tisse la mousseline, en Chine, on utilise les billets et non pas uniquement les pièces, etc… Ce qui est intéressant avec toutes ces anecdotes, c’est le fait que comme ce sont des choses qu’on voit couramment aujourd’hui, on comprend leurs origines car à l’époque, c’était de grandes découvertes ! En plus d’apprendre des choses sur des peuples, des coutumes ou des animaux, on en apprend beaucoup sur les voyages : ce qui est long, ce qui est pénible, la façon dont se déroulent les voyages, les dangers dans certains endroits (les esprits du désert…) et bien d’autres choses encore !

J’ai bien aimé ce livre, même si il est non pas volumineux mais long à lire. Je conseille beaucoup ce livre aux gens qui veulent apprendre des choses, à ceux qui veulent s’imaginer de beaux paysages ou simplement aux gens qui s’ennuient.

Mais comme il y a toujours quelques points négatifs, voici la liste des choses qui ne son pas aussi bien dans ce récit :

- je trouve qu’il y a certains moments un peu trop répétitifs, mais ce n’est pas abusif non plus.

- le récit, bien que très bon, est un peu trop long : il y a certains passages qu’on pourrait éviter, comme lorsque le voyage n’a pas encore commencé car il s’y passe à peu près toujours la même chose. Si vous commencez à lire mais que vous trouvez le début long, dites vous que la page 47 passée, le récit sera bien moins répétitif.

Extraits

Source de la photo de Venise : http://www.fr.lastminute.com/content/site_fr_brg/fr/week-end-pas-cher/week-end-venise/_jcr_content/par2/cmp_bootstrap_row_bs_0/sub_par1/cmp_img_001_0/image.img.jpg/1422956468911.jpg
A part cela, toutes les photographies et les dessins sont à moi.

5e1 Anitza 

Enregistrer

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | 8 Commentaires »

U4 KORIDWEN

Posté par rabelaisblog le 14 décembre 2016

 U4 Koridwen de Yves Grevet

 

 

Si U4 Koridwen était une ville ce serait Paris car c’est le lieu où les 4 personnages principaux Koridwen, Stéphane, Yannis et Jules se rendent. Ils veulent y aller pour remonter le temps car une épidémie a ravagé 90% de la population, dont leur famille. S’ils arrivent à remonter dans le temps, personne ne mourra.

Image 1

L’épidémie est due à un virus nommé U4 (U pour Utrecht car c’est là que sont apparus les premiers symptômes du virus et 4 car les auteurs nous racontent 4 histoires différentes) qui a épargné les jeunes âgés de 15 à 18 ans. Le principe du livre est que 4 auteurs se sont associés pour inventer chacun une histoire et un personnage différent.

Yves Grevet a écrit l’histoire de Koridwen qui est une jeune fille habitant en Bretagne. C’est la seule qui arrive à accomplir ce pourquoi elle est partie à Paris.

Carole Trébor a écrit l’histoire de Jules. Ce garçon n’a pas eu besoin de faire beaucoup de chemin car il habite déjà à Paris lors de l’épidémie.

Florence Hinckel a écrit Yannis. Ce jeune vient de Marseille et c’est lui qui a fait le plus de route.

Enfin, Vincent Villeminot a écrit Stéphane qui est une jeune fille (elle souffre de s’appeler Stéphane alors que c’est une fille) venant de Lyon.

«Petit à petit, l’idée de partir s’affirme comme une évidence. Tu voudrais aller à Paris, Max?»

 

Si U4 Koridwen était une partie du corps ce serait les cheveux car c’est ce que Koridwen préfère chez elle. C’est une jeune fille bretonne qui vivait dans un hameau au Menesguen avant de le quitter pour Paris. J’ai choisi les cheveux car il n’y a qu’eux qui ont un paragraphe juste pour eux dans le livre. Ses cheveux sont d’une magnifique couleur auburn et d’une masse abondante.

                         «J’ai toujours aimé mes cheveux. C’est ce que je préfère dans mon physique.
Depuis que je suis toute petite on s’extasie sur leur masse abondante et leur magnifique couleur auburn

                                                                      Image 2

Si U4 Koridwen était un animal ce serait un rat car c’est l’animal qui refait surface pour dévorer les cadavres de l’épidémie U4. Il n’y en avait pas dans son hameau en Bretagne mais Paris en est rempli. A Paris, rester dans les rues devient dangereux. Mais parfois, Koridwen n’a pas le choix, elle doit aller se réapprovisionner en nourriture et elle doit aller dans les égouts. Si quelqu’un arrive, les rats lui donnent l’alerte car les personnes “bienveillantes” ne vivent plus dans les immeubles vacants de Paris. Elles vivent dans des R-Point (ce sont des centres pour accueillir les jeunes épargnés par le virus. Là, les adolescents sont nourris et logés). Au début, vivre dans un R-Point est juste conseillé. Après un certain temps, vivre dans un R-Point est obligatoire (les jeunes sont considérés comme des criminels s’ils n’y vivent pas). Mais il reste des jeunes qui ne veulent pas dépendre d’un R-Point et comme ces jeunes savent qu’ils ne sont pas tout seul, ils sont angoissés en permanence à l’idée de passer dans les égouts, de peur de rencontrer un indésirable et de mourir en se prenant une balle de pistolet. C’est pour cette raison qu’ils deviennent agressifs et tirent sur tout ce qui bouge sans même savoir de quoi il s’agit.

Image 3

 «Les rats sont partout en masse. Leur présence est presque rassurante.
Si quelqu’un arrivait, leur comportement me donnerait l’alerte.»

 

 Si U4 Koridwen était une chanson ce serait Sucker for Pain du groupe Suicide Squad. J’ai choisi cette chanson qui n’est pas très gaie car l’univers dans lequel vivent Koridwen, Stéphane, Yannis et Jules est triste, vide et cruel. Cette chanson me donne de la force quand je l’écoute et je trouve que ça retrace très bien l’esprit du livre.  

                                     Image de prévisualisation YouTube

 Si U4 Koridwen était une arme ce serait un fusil car pour survivre dans ce drame, il faut être armé pour, comme dit précédemment pour pouvoir se défendre contre les jeunes qui sont tout simplement terrifiés par les autres jeunes.

Image 5

«Marek plonge la main dans son sac et en tire plusieurs pistolets. Il tombe sur le bon qu’il me tend avec autorité.
Je m’en saisis après quelques secondes d’hésitation. Il me l’échange contre un de mes vieux fusils de chasse.»

 

Si U4 Koridwen était une œuvre d’art ce serait la plus vieille horloge de Paris qui se trouve sur la Tour de l’Horloge car c’est là que Koridwen va remonter dans le temps.

horloge Paris

 «Je connais le moyen de remonter le temps, je l’ai toujours connu» disait Krohnos, le maître du jeu Warriors Of Time auquel joue Koridwen, Stéphane, Yannis et Jules. Ce jeu est une simulation avec des avatars qui représentent les joueurs. C’est sur ce jeu que s’affiche le message comme quoi il existe une façon de remonter dans le temps.

«Rendez-vous le 24 décembre à minuit, sous la plus vieille horloge de Paris.» 

 

Comme nouveau titre pour mon livre, je propose: Rendez-Vous car le but du voyage de Koridwen est d’aller à ce rendez-vous qui va lui permettre de voyager dans le temps.

Koridwen, Stéphane, Yannis et Jules veulent tous aller au rendez-vous et remonter le temps pour revoir leur famille. Koridwen va y arriver grâce au conseils de sa grand-mère. 

Stéphane et Yannis refusent finalement d’aller au rendez-vous car ils savent que des militaires les attendent pour tous les tuer sur le lieu et vont vivre ensemble dans la maison de Stéphane. Jules, quant à lui, est allé au rendez vous pour prévenir les autres du jeu Warriors Of Time du massacre qui les attendait mais il est arrivé trop tard et il meure sous le coup des balles.

Comme nouvelle couverture pour le livre U4 Koridwen je propose ce dessin:  

                                                                        IMG_20170102_164731

En 3 mots ?

Deuil car il y a beaucoup de morts notamment des membres de sa famille  et qu’elle doit surmonter ça toute seule ou avec les quelques amis qui lui restent.

 

Élue car Koridwen est la seule à remonter dans le passé alors qu’ils étaient une trentaine à souhaiter remonter le temps.

 

Héritage car grâce à ce que sa grand-mère lui a légué, elle arrive à survivre sans se faire tuer par les jeunes terrifiés. Koridwen avait un lien très fort avec sa  »mamm gozh » et elle a été très triste quand celle-ci est morte.

 

                                                                      Pour être incollable

Voici une vidéo qui résume en quelques minutes une vidéo l’histoire de Koridwen ainsi qu’une interview de l’auteur, Yves Grevet.

                                                   Image de prévisualisation YouTube

Cliquez sur le site de l’auteur pour voir ses précédents ouvrages, ses actualités…etc

Enfin, voici la première page du livre U4 Koridwen.

                                                                                                             Pour finir

J’ai trouvé ce livre très bien! Je trouve qu’il change beaucoup le point de vue qu’on à sur le monde. Mais parmis les 4 livres de la série, chacun à sa préférence par rapport aux personnages. Personnellement, j’ai préféré le U4 Stéphane qui me touche particulièrement. A vous de le choisir !!

Jeanne B 5e1

 

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | 2 Commentaires »

COULEUR DE PEAU : MIEL

Posté par rabelaisblog le 14 décembre 2016

Collège au Cinéma

Un film de Jung et de Laurent Boileau

couleur-de-peau-miel affiche

couleur de peau miel leticia

COULEUR DE PEAU : MIEL
Album : COULEUR DE PEAU : MIEL
Dessins réalisés par les élèves d'UPE2A
10 images
Voir l'album

« Ce film m’a énormément émue, notamment la fin. La mère de Jung ouvre son coeur à l’enfant. Je crois que le réalisateur a voulu nous montrer que souvent les parents ne nous donnent pas leur amour comme on voudrait qu’ils le donne mais ce n’est pas pour autant qu’ils ne nous aiment pas. Ce film nous fait ouvrir les yeux sur les duretés de la vie. » Cassandre 5e4

« Le mélange entre dessin animé et images d’archives est très pertinent, ça nous aide à nous projeter. » Lyna 5e4

« Ce qui est bien c’est que quand Jung n’est pas bien, il se met à dessiner pour faire s’évaporer ses problèmes ». Léane, 5e4

« Je trouve que ce film a une ressemblance avec Le gamin au vélo : l’abandon, la maltraitance, les enfants mal élevés… » Enzo, 5e4

« Que ce soit un film inspiré de faits réels le rend d’autant plus touchant. » Arthur, 5e4

« J’ai trouvé les dessins de Jung très beaux » Sarah

« J’ai trouvé ce film intéressant et toute la salle l’a applaudi. » Marie Edouarda, 5e4

« Émouvant, drôle, surprenant.  » Sofiane, 5e4

« J’ai bien aimé ce film car il y avait de l’humour, de la tristesse et de l’amour. Je pense que Jung devrait faire Couleur de Miel 2  » Paul, 5 e4

« Les réalisateurs voulaient nous faire comprendre que ce n’est pas toujours facile d’accepter la réalité. » Raphaël, 5e4

J’ai bien aimé qu’il y ait plusieurs types d’images. J’ai bien aimé aussi que le dessinateur se montre dans le film, comme dans un documentaire. Il dessine pour combler son manque d’affection. Il y avait plus d’émotion que dans Le gamin au vélo. Noa, 5e4

Je pense que je vais acheter les trois BD » Théo, 5e4

Image de prévisualisation YouTube

EnregistrerCouleur-de-peau-miel BD

Enregistrer

Enregistrer

Publié dans Collège au Cinéma | 3 Commentaires »

L’APPEL DE LA FORET

Posté par rabelaisblog le 12 décembre 2016

L’Appel de la forêt

JACK LONDON

Afficher l'image d'origine

Si L’Appel de la forêt était un aliment ce serait une endive:

         Afficher l'image d'origine    

Il faut du temps pour retirer chaque feuille et atteindre le cœur. Puis à la fin, lorsque l’on croque le cœur, il laisse un goût amer.    

Le personnage principal, Buck, originaire de la Californie et chien du riche juge Miller, a été volé par le jardinier puis vendu à différents propriétaires pour mener une vie de chien de traîneau dans le Grand Nord.  L’histoire est rythmée par de nombreux événements. Il passe de maître en maître, rencontre des difficultés mais survit.

D’abord, on attend avec impatience qu’il retourne auprès du juge Miller pour retrouver une vie paisible . Puis, Buck finit par oublier cette vie confortable et est de plus en plus attiré par une vie sauvage dans la forêt. Mais la fin de l’histoire est triste et amère. Alors que Buck avait enfin un maître, John Thornton, qui l’aimait et le respectait, il découvre son corps sans vie après avoir été tué sauvagement par une tribu indienne, les Yeehats.         

« John Thornton était en train de dîner lorsque Buck reparut, sauta sur lui et, dans un délire de tendresse, le renversa, le piétina, lui lécha la figure, lui mordilla la main. John lui secouait la tête en l’accablant de qualificatifs grossiers, mais prononcés du ton le plus affectueux ».

 

«Buck avait donc la certitude que John Thornton, son maître, était mort. Cette certitude creusait en lui un vide assez semblable à la faim, mais qui faisait mal, qui brûlait, et qu’aucune nourriture ne pouvait apaiser »

 

    

Si L’Appel de la forêt était un animal, ce serait un loup:

loup

Tout au long de l’histoire, Buck change progressivement de comportement. Après avoir été  un chien modèle et fidèle, il finit par se comporter comme un loup et vivre parmi les loups loin du monde des hommes. 

Il est différent des autres chiens de traîneau qu’il rencontre. Il est beaucoup plus intelligent et résistant que les autres. D’ailleurs il inspirait à tous le respect en Californie.  D’abord, l’auteur en parle comme s’il était un homme. Il utilise le mot « dignité » ou « nature morale » pour le qualifier. Tous ses propriétaires le voient comme un chien exceptionnel parce qu’il est fort mais aussi parce qu’il sait dominer et diriger les autres chiens de traîneau.

Puis, il adopte des codes et un comportement qu’il n’avait jamais connu dans le monde civilisé du juge Miller. Il comprend très vite que pour survivre à « la loi du gourdin et des crocs« , il fallait être rusé mais aussi violent. La loi du gourdin est celle de la domination de l’homme.  Il savait voler de la nourriture sans que ses maîtres s’en rendent compte. La loi des crocs est celle des autres chiens. Il fallait soit tuer soit être tué.  Il ressent même un lien très fort avec ses ancêtres préhistoriques. Comme si la vie difficile dans le Grand Nord réveillait « un sentiment primitif endormi » en lui.

Il finit par se comporter comme un loup pour venger la mort violente de son maître tué par les YEEHATS. Le peuple YEEHAT est une tribu indienne vivant en Amérique du Nord. Ils tuent lorsque l’on pénètre sur leur territoire. Au moment de la tuerie, Buck n’était pas là. Il chassait dans la forêt car il était encore une fois attiré par « l’appel de la forêt ». Mais lorsque le chien rentra au campement, il découvrit que tout le monde avait été sauvagement tué (aussi bien les hommes que les chiens). Buck était très attaché à son maître.

D’une certaine manière l’auteur dénonce l’attitude animale des hommes. Ils tuent d’autres hommes pour les dominer. Ils sont violents avec les animaux et ne les respectent pas toujours.  Il dénonce les conditions de vie imposées aux chiens par les hommes du Grand Nord qui veulent toujours plus d’or. 

 » Il n’y a jamais eu un chien comme celui-là, dit John »

  « Sa ruse tenace était aussi celle du loup »

« De plus en plus, Buck se sentait avide de sang. Il était né pour tuer, chasser et se nourrir d’êtres vivants. »

« Ce qu’il entendait, c’était l’appel sauvage si souvent capté, mais cette nuit-là, plus séduisant que jamais. »

Ici sauvage signifie animal. Cet appel c’est celui des loups vivants dans la forêt mais aussi le lien avec ses ancêtres, les chiens sauvages, qu’il ressent au fond de lui et dont il fait souvent des rêves. IL se sent bien plus proche de ce monde animal, primitif, que du monde des hommes.

« Le dernier lien était rompu avec les hommes et leurs exigences. »

 

Si L’Appel de la forêt était une œuvre d’art, ce serait la Joconde:

JOCONDE

Tout comme le livre, elle ne nous lâche pas du regard. Cette histoire est riche en événements et en émotions. Les nombreuses aventures qui se suivent nous font espérer le retour de Buck en Californie. Puis, il se trouve entre deux mondes: celui des hommes et celui du monde primitif. On attend avec impatience de connaître le choix que Buck va faire. Il est difficile de fermer le livre comme si nous aussi nous étions hypnotisé par l’appel de la forêt. 

«Tout à coup il se souvint de ses compagnons de traîneau. Qu’étaient-ils devenus? Avaient-ils trouvé un refuge?[…] Ses compagnons avaient disparu! »

Ce passage donne envie de lire la suite du livre pour répondre aux questions que Buck se pose.

« Son instinct assoupi se réveillait… L’héritage de ses ancêtres domestiqués se détachait de lui. Heureusement, il reprenait peu à peu conscience des origines de son espèce, à l’époque où les bandes de chiens sauvages sillonnaient la forêt primitive et se nourrissaient des proies qu’ils rencontraient ».

 

En 3 mots ?

 

Émouvant: Le récit provoque beaucoup d’émotions particulièrement au moment de la mort inattendue de John Thornton. L’auteur montre sans cesse que Buck est très attaché à ce nouveau maître. Il lui obéit sans limite. Il ressent beaucoup d’amour pour lui. C’est un homme en qui il a enfin confiance.  Cette mort est à la fois une grande tristesse mais aussi le début d’une nouvelle vie pour Buck. Enfin, il peut répondre totalement à l’appel de la forêt et être lui-même, comme l’étaient ses ancêtres. Nous, les lecteurs, nous connaissons enfin le choix de Buck.   

Souffrance: L’histoire de Buck, un chien qui vivait des jours paisibles, dont le destin a subitement basculé. Il est rapidement confronté à la cruauté des hommes qui l’ exploitent et souvent le maltraitent, à la vie difficile et violente de chien de traîneau ainsi qu’ à la rudesse du grand Nord. Les hommes sont cruels lorsqu’ils veulent s’enrichir. La ruée vers l’or et le grand nombre de chercheurs d’or les rendent comme fous. Ce n’est pas le cas du juge Miller et de sa famille. Lorsque les hommes sont riches, ils prennent davantage soin des animaux de compagnie.   

Instinct : La vie difficile de chien de traîneau, la brutalité des hommes conduisent progressivement Buck à agir comme un animal sauvage. C’est grâce à cet instinct, endormi lorsqu’il vivait chez le juge Miller, qu’il survit. Il tue pour ne pas être tué. Il chasse pour se nourrir. Ce qu’il ressent est plus fort que lui.

 Si je devais donner un nouveau titre à mon livre, ce serait: 

« ENTRE DEUX MONDES »
dessin jessim 003
 

 

                                                              Voici une sélection de liens                                                                                                        

- Adaptation du roman au cinéma en 1972 par Charlton Heston

Image de prévisualisation YouTube

- Afin de mieux connaître la vie de Jack London et son époque, voici quelques extraits documentaires que

vous pouvez découvrir en cliquant ici

       Ou sur la vidéo ci-dessous

 Image de prévisualisation YouTube

Jessim, 5e 1

 

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | 1 Commentaire »

LE COL DES MILLE LARMES

Posté par rabelaisblog le 11 décembre 2016

LE COL DES MILLE LARMES dans A ECOUTER                                                                             

Le col des mille larmes

 Xavier-Laurent Petit_Flammarion jeunesse

Afficher l'image d'origine

                                                                                          

Si Le col des mille larmes était une saison ce serait l’hiver car là où se passe l’histoire, en Tachkent, en Asie, il neige et il fait très froid. Mais même s’il fait froid, et que l’auteur n’en parle qu’une fois dans l’histoire, on peut sentir que les gens qui y vivent s’y plaisent bien.

«Des cols enneigés, réveillés par le froid.
J’habite ici depuis toute petite déjà, je me suis habitué à cet hiver froid et glacial
»

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine
Si Le col des mille larmes était une partie du corps ce serait le cœur parce que le personnage prin
cipal, Galsahan fait des cauchemars dans lesquels elle imagine que son père meure dans un accident en camion, dans les montagnes. Elle fait des cauchemars car son père est absent depuis un moment, il a disparu. Galshan est l’héroïne de l’histoire, elle a 13 ans, elle est plutôt têtue surtout quand elle essaye de convaincre sa mère d’aller à la recherche de son père. Sa mère ne veut pas qu’elle y aille mais elle insiste quand même. Quand elle fait des cauchemars, elle a tellement peur que son cœur bat très vite, il s’affole, et elle devient toute pâle.

«Le cœur affolé, cognant à tout rompre. Elle se réveilla avec le visage pâle»

 

 

Si mon récit était des couleurs ce serait toutes les couleurs parce que ce livre éveille beaucoup d’émotions et chaque couleur émet une émotion différente. Quand j’ai lu ce livre, j’étais parfois contente pour l’héroïne car elle est heureuse d’avoir une petite sœur et une mère qui s’occupe d’elle. Mais quand sa mère lui a affirmé que son père était mort, dans les montagnes et qu’il ne pourrait jamais revenir, ça ma fait de la peine car du coup moi aussi j’ai cru qu’il était mort,ça m’a rendue un peu triste de savoir qu’un personnage assez important pour Galshan n’était plus. Mais Galshan ne se gêne pas pour faire comprendre à sa mère qu’elle pense que son père est vivant, mais c’est inutile car personne, ni sa mère ni les gens du village ne la croient, même quand elle retrouve le briquet de son père.

«-C’est le briquet de mon père, j’en suis certaine!
– Non Galshan, nous te l’avons déjà dit! Il a disparu dans les montagnes et il ne reviendra pas!»

Afficher l'image d'origine

Si mon livre était un fruit ce serait une pomme car au début de l’histoire, Galshan veut apprivoiser un cheval, pour aller chercher son père. Mais elle trouve que c’est dur d’apprivoiser un animal et, comme la pomme, au début, c’est difficile de la croquer car elle est dure. Mais une fois qu’elle a apprivoisé le cheval elle est contente , et comme la pomme, quand on a croqué dedans on est content car on a le bon goût de la pomme dans la bouche.

«- Ce cheval était tenace, c’était dur mais j’ai réussi »

Afficher l'image d'origine

Si mon histoire était une œuvre d’art ce serait La Pie de Claude Monet car dans ce tableau, une pie noire est toute seule dans la neige blanche. Et quand Galshan entend des cris au loin, elle va voir qui ça peut bien être mais il y a tellement de brouillard qu’elle se perd et elle ne sais plus où elle se trouve. Alors elle se retrouve seule dans la neige pendant quelques instants.

«-Je me suis perdue, je ne vois plus rien, je suis toute seule!»

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Si Le col des mille larmes était un instrument de musique ce serait une harpe parce qu’une harpe peut émettre des sons doux, joyeux et parfois tristes. Et dans ce livre il y a a des moments tristes et des moments joyeux. Ce qui est triste c’est qu’à un moment Galshan va perdre espoir car elle ne retrouve pas son père et il lui manque affreusement, mais il faut lire la suite du livre pour savoir que la fin est formidable et très émouvante!

« -Je ne sais plus quoi faire, je suis perdu… »

Si Le col des mille larmes était une musique ce serait River flows in you version piano car Ryham, le père de Galshan veut vite retrouver ceux qu’il aime, sa famille notamment, sa femme et ses deux filles Galshan et Bumbaj, car il est parti pour son travail, en Tachkent, et il doit faire un long trajet en camion pour arriver chez lui. Mais il est tellement pressé de les retrouver qu’il va prendre un chemin plus court mais aussi plus dangereux. Et ceci est une erreur de sa part. Mais il faut lire ce livre pour savoir que ce moment de l’histoire est très triste et va aussi déterminer le commencement d’une histoire surprenante!

« - Alors comme raccourci c’est gagné, grommela-t-il »
« Daala lui avait demandé de ne plus passer par la c’était trop dangereux »

Image de prévisualisation YouTube

Mon livre en trois mots !

-Courage : Courageux car Galsahan ne lâche rien pour retrouver son père, même quand la neige lui fouette le visage, même s’il y a des loups autour d’elle, même si elle doit marcher des kilomètres ou même si elle doit se mettre en danger, elle aime tellement son père qu’elle ne lâche rien.

-Triste : Triste car au début de l’histoire, Galshan, sa sœur et sa mère pleurent beaucoup quand on leur annonce la mort de leur père mais si on lit la suite du livre, on a de très bonnes surprises!

-Émouvant: Émouvant car j’ai trouvé que c’était assez beau de voir un tel amour entre un père et sa fille. Un père qui veut vite retrouver sa fille, mais à cause du travail, il doit attendre longtemps avant de la revoir. Son travail est de faire des livraisons, en camions, dans différentes régions, ce qui est assez dangereux car il doit souvent passer par des montagnes. Et une fille qui veut revoir à nouveau son père même si elle sait qu’elle doit attendre très longtemps, plusieurs jours.

Un nouveau titre !

Un jour, je te retrouverai

Je choisis ce titre car Galshan aime son père et veut le revoir, le retrouver, même si les conditions sont impossibles ou dangereuses, n’importe où, n’importe quand. J’ai bien aimé ce livre et je le conseille car il est facile à lire et il donne des émotions différentes ce qui n’est pas le cas de tous les livres. L’histoire était aussi très passionnante et regorge de surprise.

Des liens sur la vie de l’auteur!

Si vous voulez en savoir plus sur la vie de l’auteur ou sur le livre cliqué ici ( le livre), ( l’auteur) et aussi (la biographie de Xavier-Laurent Petit). Et une interwiew de l’auteur ici même. Mais Xavier-Laurent petit a fait d’autres livres comme celui-ci qui s’appelle Un monde sauvage.

Afficher l'image d'origine

Ma nouvelle couverture !

IMG_0533

Cette couverture évoque Galshan qui est toute seule dans la neige et dans le froid devant un couché de soleil.

Je vous lis le début de mon livre, jusqu’au premier chapitre !

Jeanne Lopez 5e1

Enregistrer

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | 3 Commentaires »

LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS

Posté par rabelaisblog le 11 décembre 2016

Le tour du monde en 80 jours

de Jules Verne

adaptation de Maxime Rovere

Illstrations de Jonathan Burton

image couverture Le tour du....

Si le tour du monde en 80 jours était une œuvre d’art, ce serait « Le train vapeur 9600 » de Pierre SAEZ. Dans l’aventure de Phileas Fogg, qui consiste à faire le tour du monde en 80 jours, avec tous les moyens de transport qu’il souhaite, prend le train à vapeur pour traverser l’Amérique du Nord, de San Francisco à New York. 

Phileas Fogg vivant à Londres, gentleman Anglais, ayant environ quarante ans, est fort bel homme. Héros de sang froid, méthodique, maniaque et caractérisé par un mode de vie d’une effrayante régularité, pour laquelle Jules Verne le compare à une montre. Célibataire, il vit seul avec son nouveau domestique, le Français Jean Passepartout, qui l’accompagne dans son périple.

Sa fortune se monte à environ 40 000 livres sterling, dont il parie la moitié sur son tour du monde et dépense l’autre moitié en frais de voyage.On ne connaît rien de son passé ni de sa formation même si l’on apprend au cours du roman « qu’il avait dû être marin».

« M. Fogg s’informa aussitôt e lheure à laquelle partait le premer train pour New York [...] ils montèrent dans le train pour New York, qui partit à toute vapeur. »

locomotive
Le train vapeur 9600 de Pierre SAEZ

 

Si le tour du monde en 80 jours était un instrument de musique, se serait un violon car il peut jouer des musiques stressantes et douces. De même, Phileas Fogg a un temps limiter pour gagner son pari : il a en effet parié avec des personnes lui on disant que faire le tour du monde en 80 jours était impossible.

violonOn ressent du suspense en lisant le livre. Mais on vit aussi des moments joyeux comme lorsque Mme Aouda, l’accompagnant pendant le voyage lui demande d’être sa femme. Il l’a rencontrée alors qu’il traversait le pays des Hindous à dos d’éléphant, cette femme devait être sacrifiée mais Phieas Fogg la sauvée.

 « - Elle s’appelle Aouda, ajouta le guide. Cette femme de haut rang, parfaitement éduquée. On l’a mariée contre son gré à ce vieux rajah.

-si nous sauvions cette femme? proposa Fogg »

 

 

 

Si Le tour du monde en 80 jours était un objet se serait une montre car elle représente parfaitement l’écoulement du temps présent dans l’histoire que Phileas Fogg remarque totalement et prend en compte. Celui çi ne doit pas perde de temps sinon son pari serait perdu !

montre-

 

Mon livre en 2 mots

Angoissant – Découverte

Ce livre je le trouve angoissant car Phileas Fogg pense avoir une parfaite maîtrise du temps car il se permet de s’arrêter quand il a du temps en plus, par exemple il va prendre un café. Cela me fait stresser car j’ai peur qu’il manque son transport ou pire perde son pari !!!!!

 

J’ai choisi découverte car Phileas Fogg le personnage principal fait le tour du monde en passant par Londres, Suez , Bombay, Calcutta, Hong Kong , Yokohama , San Francisco , New York pour revenir à Londres.

Tour du monde (Phileas Fogg)

Bande Annonce

Image de prévisualisation YouTube

si je devais choisir un autre titre pour mon livre je choisirais  » Phileas Fogg et la traversée de la Terre »

fichier odt couverture du livre le tour du monde e 80 jours

Extrait du tour du monde en 80 jours:

Jade 5e1
Enregistrer

Enregistrer

Publié dans LECTURES CURSIVES | 1 Commentaire »

L îLE AU TRÉSOR

Posté par rabelaisblog le 7 décembre 2016

L’île au trésor 

de R. L. Stevenson

 L'île au trésor couverture

Si l’Île au trésor était une saison ce serait l’été. En effet, quand Jim Hawkins – jeune homme vif d’esprit et courageux, d’environ 16 ans vivant et aidant ses parents au XVIIIe siècle dans le pub où ils travaillent – débarque sur une île avec l’équipage de son bateau pour trouver un trésor, il fait une chaleur accablante qui rappelle la chaleur de l’été. 

«Les marais fumaient sous le soleil brûlant et les rochers de la Longue-Vue semblaient trembloter à travers la buée.» p.105

Eté

Si mon récit était un objet ce serait une carte. Effectivement, au début du récit, Billy Bones qui habitait le même pub que Jim Hawkins, est mort  et c’est dans son coffre que Jim Hawkins a trouvé, en fouillant dans les affaires du pirate, une carte et a pu savoir qu’il y avait un trésor et l’endroit où il se trouvait. 

« La carte paraissait assez ancienne, mais portait des indications de dates […] et ces mots : «Ici le gros du trésor.» p.51

carte

 

Si ce roman était un endroit du monde ce serait la cité de l’Atlantide parce qu’on ne  sait pas précisément où cette île  se situe car Jim Hawkins - le narrateur qui raconte l’histoire à la première personne -  reste très vague sur sa position.

 « […] la brise qui devait achever de nous porter sur l’île (il ne m’est pas permis d’entrer dans des détails plus explicites).» p.81

Cité de l'Atlantide

Si mon livre était une partie du corps ce serait les mains (poings) car les pirates du récit «en viennent souvent aux mains» quand ils ont trop bu que ce soit en mer ou sur terre. Jim hawkins n’entretient pas de bonnes relations avec les pirates, car ils veulent avoir le trésor à eux seuls.

 «Au même instant il se jeta vers moi et je fis un bond de côté vers l’avant […]
la lourde poutre frappa le misérable en pleine poitrine et l’étourdit net
.» 
p.186

mains 

Si l’Île au trésor était un animal ce serait un perroquet car dans l’histoire, le perroquet de John Silver – le chef des pirates – joue un rôle important : c’est à cause de lui que Jim Hawkins est capturé par ces derniers lorsqu’il pénètre dans leur repère.

 « Mais tout à coup une voix perçante éclata dans les ténèbres […]. C’était le perroquet de Silver. […]
Je me retournai pour fuir […] et je retombai dans les bras d’un autre qui les referma sur moi et me maintint.» 
p.196

 perroquet

Si l’Île au trésor était une musique ce serait la Symphonie du nouveau Monde d’Anton Dvorak car pour les personnages de ce récit l’île est une nouvelle terre à découvrir. La mélodie me fait penser à un bateau sur les flots qui s’approche d’une île et y accoste, cette symphonie est entraînante et elle illustre bien le voyage, la quête, la découverte de nouvelles choses.  

Image de prévisualisation YouTube    

Si mon livre était une œuvre d’art ce serait un tableau du Douanier Rousseau sur le thème de la jungle car l’île découverte par les pirates est inhabitée et sauvage avec beaucoup de plantes, d’animaux, de fruits et de fleurs en tous genres. La nature y est très présente. 

«A perte de vue, les terres étaient couvertes de bois» p. 98

«… des oiseaux qui remplissaient l’air de leurs gazouillements…» p. 99

«Je n’avais devant moi que des arbres et des animaux sauvages.» p.105

  

Le douanier Rousseau paysage exotique

Si l’Île au trésor était une boisson ce serait du rhum car c’est la boisson préférée de presque tous les personnages de ce récit. Hélas, les pirates abusent de l’alcool et en deviennent violents.

 «Jim, me dit-il, un peu de rhum… et comme il parlait, je le vis chanceler puis se retenir au mur pour ne pas tomber.
[…] … du rhum! … du rhum!» 
p.18-19

rhum

 

En trois mots ?

Palpitant car à aucun moment on ne s’ennuie, il y a beaucoup de rebondissements ce qui donne envie de lire la suite.  

Compliqué car certaines phrases sont recherchées mais, malgré tout, l’histoire reste plaisante à lire.

<<Je longeai la lisière du bois jusqu’à ce que j’eusse complètement tourné, puis, revenant au fort par le côté opposé de la mer, j’eus le bonheur d’y être cordialement accueilli par mes amis.>> p.139

Effrayant car certains passages font peur et sont stressants. par exemple quand Pew – un vieux pirate aveugle – sert très fort le bras de Jim Hawkins.

 « Je tendis innocemment la main qu’on me demandait d’une manière si insinuante,
et je la sentis soudain prise comme dans un étau par cette horrible créature sans yeux.» 
p.27-28

Pour aller plus loin 

Cette critique résume et donne envie de lire ce livre alors je vous invite à aller la lire en cliquant juste ici.

Voilà un site qui présente simplement la vie de l’auteur. 

L’île au trésor a été adaptée en 1950 au cinéma par Byron Haskin.

L'île au trésor film 1950

Ce livre a aussi été adapté en dessin animé en 2002. Voici la bande-annonce.

L'île au trésor dessin animé 2002

Image de prévisualisation YouTube

Voici la lecture d’un extrait de ce livre:

Si je devais changer la couverture et le titre de mon livre ça deviendrait comme cela:

L'île au trésor dessin

 Anna  5e1

 

Publié dans CINEMA, LECTURES CURSIVES | 4 Commentaires »

12345...77
 

lesrhetosdelind |
L'année en poésie |
Haizer; ou la magie de la n... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Adorable Rencontre
| juno39