QU’EST-CE QUE LE RABLOG ?

Posté par rabelaisblog le 13 septembre 2011

Vidéo de Présentation

http://www.dailymotion.com/video/xth2k4

http://www.dailymotion.com/video/xth2lt

Retrouvez aussi la vidéo du Rablog à l’international

Retrouvez nous sur

QU'EST-CE QUE LE RABLOG ? dans A ECOUTER daylimotion-logo     Voir la page Facebook du Rablog


Lire la suite… »

Publié dans A ECOUTER, OUVERTURE, RABLOG | 40 Commentaires »

BIENVENUE

Posté par lryf le 13 septembre 2010


Rabelais Art Blog Littérature Original Graphique


BIENVENUE Rablog-graphique-Alice-2012-1024x230

rablog-humain-texture

Lire la suite… »

Publié dans OUVERTURE | 29 Commentaires »

RENCONTRE AVEC JEAN-PIERRE AURIERES ; DIANA & MEHDI DU LYCEE PAUL ELUARD DE SAINT-DENIS

Posté par rabelaisblog le 7 avril 2014

RR LOGO SMALL

au_bout_de_la_route-2014

Le 20 avril 2014, les élèves de 1ère ES du lycée Paul ELUARD de Saint-Denis (93)de Monsieur Jean-Pierre AURIERES (professeur d’histoire-géographie /éducation civique) partiront à Madagascar pendant 2 semaines en voyage pluridisciplinaire.

Depuis 2007, le projet hors normes initié par Jean-Pierre AURIERES & Martin CAYREL (ancien professeur d’Anglais au lycée Paul ELUARD) permet aux élèves d’observer, d’apprendre, de comprendre et d’analyser des problématiques culturelles, politiques, sociales, environnementales dans un même pays, le tout stimulant chez ses 30 élèves, la tolérance & le respect des cultures mais aussi la remise en cause de leur quotidien, peut-être, trop confortable face à certains peuples plus modestes. Durant 2 semaines, Diana & Mehdi (tout comme les autres élèves) réaliseront chaque jour un travail journalistique où ils rédigeront dans des articles, des analyses, des reportages, des entretiens, des études de cas et rapporteront des photos inédites au travers d’un blog. Le blog de l’an dernier, voyage au « Brésil, pays émergent et front pionnier ». Le « voyage pluridisciplinaire » permet de produire de VRAIES études de cas réalisées par les élèves qui couvrent un large champ des disciplines enseignées en 1ère ES. Pour Jean-Pierre AURIERES : « ça vaut des milliers d’heures d’Éducation Civique… ».

Le voyage annuel comporte une destination et un thème, cette année : « Madagascar, l’île aux mille disparités : Contrastes sociaux, urgence environnementale et développement durable ». Les étapes essentielles à découvrir : 

-      La biodiversité (atteinte environnementale et de développement durable)

-      Les problèmes économiques et sociaux (disparités sociales et problème du mal développement)

-      L’héritage historique (les insurrections de 1947)

Dès leur retour, le périple continuera : synthèse du voyage dans des conférences, expositions, interviews radio (peut-être pour Rablog RADIO) & synthèse devant des élèves.

Pour cette année, c’est aussi un projet documentaire d’environ 52 minutes : « Au bout de la route » qui sera projetée à L’Écran de Saint-Denis (salle de cinéma), la bande annonce. Pour le moment, une série d’anecdotes inédites des meilleurs moments sont à visionner dans la série « On S’la Raconte…(histoires de Voyages) ». La photo & l’art permet d’inciter les élèves à s’ouvrir à une toute autre approche journalistique, l’importance de l’image, la vidéo dans le cadre d’un sujet journalistique.

au_bout_de_la_route-bresil

 

 

« Nous sommes tous fils de la promesse ».

La terre aux paysans

Publié dans A ECOUTER, RABLOG RADIO, TOUR DU MONDE | Pas de Commentaire »

PRINTEMPS DES POETES 2014 : AU COEUR DES ARTS

Posté par rabelaisblog le 28 mars 2014

cdiaffiche expo
Rablog Radio                 La Parole Sculptée :

Les 4°7 rencontrent les élèves de l’IMPRO du Bord de Marne

pour parler de leurs sculptures actuellement exposées au C.D.I.

PRINTEMPS DES POETES 2014 AFFICHE

L'oiseau

18groupe

5africaine

LA PAROLE SCULPTEE
Album : LA PAROLE SCULPTEE
Sculptures réalisées par les jeunes de l'Impro Bords de Marne
25 images
Voir l'album
  Album des œuvres exposées – Mise en mots, 4°7

Lezard sculpture

Publié dans A ECOUTER, ART ET CULTURE, ARTS PLASTIQUES, RABLOG RADIO | Pas de Commentaire »

RENCONTRE AVEC L’ASSOCIATION « CLOWNS SANS FRONTIERES »

Posté par rabelaisblog le 21 mars 2014

RR LOGO SMALL

ici un tout petit lecteur pour une grande émission :  CSF_tee-shirt

 

Créée en 1994, en Espagne, Clowns sans frontières est une association humanitaire et artistique qui vise à atténuer les souffrances morales d’enfants et de familles exclus, ou bien souvent oubliés et isolés dans le monde à la suite d’une catastrophe ou de bouleversements. Le spectacle vivant, le théâtre, ou le cirque, le type de spectacle s’adapte selon les circonstances d’un pays, joué en partenariat avec des artistes locaux, il permet de faire renaître les diverses émotions qu’un enfant a la liberté d’exprimer. Les artistes interviennent dans des lieux peu communs, où il est parfois délicat de jouer (bidonvilles, des camps de réfugiés, des centres d’accueil pour enfants des rues, des prisons pour mineurs, des orphelinats, des hôpitaux) mais ce choix volontaire permet de se rapprocher plus facilement des populations pour lier au spectacle les émotions mais aussi de garder une trace des premières émotions pour les enfants et des nouvelles émotions pour les parents sur leur terre.

Clowns sans frontières joue le rôle d’une ONG complémentaire. C’est grâce aux 4 salariés de cette association et aux quelque 450 artistes professionnels qui ont déjà collaboré dans les projets où tous sont impliqués chaque jour pour former un projet artistique commun et unique lors de chaque mission organisée. C’est le cas de Christelle ICARDO, chargée de la communication et Céline, artiste circassienne burlesque, bénévole depuis 3 ans.

Une dizaine de missions sont organisées chaque année, voire historique des projets. Depuis 20 ans, ce sont déjà 137 missions accomplies, 34 pays soutenus et 1 900 spectacles joués. En mai 2014, Céline et 5 autres bénévoles français, organisent un nouveau projet dans la Région de Tacloban (Philippines) pour « Contribuer artistiquement à la prise en charge psychologique des enfants victimes du cyclone Haiyan ».

CSF_parade_nov2013

 

 

photo de © Thomas Louapre / Babel photo

Manille, novembre 2013, spectacle joué pour enfants des rues.

À voir : le catalogue photos très complet des missions de Clowns sans frontières.

 

 

Publié dans A ECOUTER, ART ET CULTURE, RABLOG RADIO, TOUR DU MONDE | Pas de Commentaire »

GUEBRIANT : LE PREMIER JOUR

Posté par lryf le 19 mars 2014

Premier jour !

Premières joies !

cla ski photo groupe1

Merci à Madame Ducloy de nous avoir envoyé cette belle photo.

Publié dans GUEBRIANT | Pas de Commentaire »

EMILY THE STRANGE

Posté par rabelaisblog le 17 mars 2014

Emily The Strange

tome 1 : « Les jours perdus » / tome 2 : « De plus en plus étrange » / tome 3 : « Dans le noir » /tome 4 : « Maux d’esprits »

L’héroïne des romans « Emily the strange » est Emily, une jeune adolescente de treize ans. Elle est très solitaire et ne vit qu’avec sa mère. Emily ne va pas au collège et n’a pas d’amis. Elle vit en marge de la société  et principalement la nuit. Dans les premiers tomes, on retrouve l’héroïne perdue au milieu de nulle part. Elle ne se rappelle plus qui elle est, même sont nom lui est inconnu. Dans les tomes suivants elle se rend compte qu’elle est la descendante d’une lignée de femmes possédant chacune des dons extraordinaires. Ce don lui permettra plus tard, de se cloner ou même de voyager dans le temps. Au fil des livres elle se fera un ennemi, il cherchera en vain à lui voler ses pouvoirs.

Le livre est présenté sous forme de carnet de bord. Emily y écrit tout ce qu’elle fait dans la journée. Elle accompagne ses notes de dessins principalement effectué à l’aide crayons noirs et rouges. Au fil des pages on peut même trouver les plans de ses machines saugrenues ou les cartes des villes qu’elle visite

Le ton utilisé au fil du texte et les nombreux dessins permettent de nous plonger dans l’univers de la jeune fille.

Affichage de collage_20140317001107844.jpg en cours...

***

Si mon livre était un animal, il serait un chat. Cet animal est très présent aux côtés de la jeune fille. Ne supportant pas les jeunes de son âge, Emily n’est accompagnée que de ses quatre chats.

« Bon, où sont les chats ? Je suis en manque, j’ai besoin de mes chats. J’ai besoin de me plonger dans le regard infini de Mystère et d’écouter les miaulements idiots de Shabbath. J’ai besoin de sentir les moustaches de NeeChee me chatouiller le menton. J’ai besoin que Miles vienne planter ses griffes dans la paume de ma main. je n’en peux plus !!! Rendez-moi mes chats !! »

 

 EMILY THE STRANGE  dans LECTURES CURSIVES cats

***

Si mon livre était un objet, il serait un humanoïde. Emily s’avère être un génie de la mécanique et de la technologie et parvient donc à fabriquer son propre humanoïde qu’elle nommera Raven et qui, par la suite, l’accompagnera lors de ses périples à la recherche d’elle-même.

« Raven a emboîté tous les cartons comme des poupées russes. J’hallucine, c’est Bécassine au pays des golems. M’en veut de ne pas lui avoir introduit les bases du rangement dans son programme informatique. »

gerry129899914597_gros dans LECTURES CURSIVES

***

Si mon livre était une attitude, il serait la désinvolture et la nonchalance. Ce qui résume parfaitement le caractère de la jeune que ce soit avec sa mère ou ses rares amis.

« Interrompue par quelqu’un qui frappait à la porte de ma chambre. Maman. Je lui ai promis que je faisais mes cartons. C’est faux. Me prépare à sortir. »

206e082522ebccfb48a72c50af2af930

***

Si mon livre était un paysage, il serait une rue de Memphis la nuit, animée et lumineuse. Cette ville du Tennessee semble vivre la nuit, au même rythme qu’Emily.

« Je m’amusais bien à Blandibulle, finalement j’avais fini par m’y habituer. J’avais une petite routine bien rodée d’explorations nocturnes avec les chats, de séances de skateboard de folie, sessions de guitare virtuoses et déjantées sur le toit , ateliers de peinture murale sauvage et quelque canulars publics inoffensifs. L’été n’est pas loin, les nuits sont douces, et j’ai toute la vie devant moi. »

***

Si mon livre était un parfum, il serait l’essence « Jazz Club » de la maison Martin Margiela. Ce parfum rappelle l’odeur du cuir et du tabac mais quelques notes sucrées viennent contrer ces odeurs boisés voir âpres.Le site de la Maison Martin Margiela : http://maisonmartinmargiela.com

« Brooklyn, 2013
Sonorités colorées, entre les fauteuils de cuir profonds et les hauts tabourets bar, les lumières tamisées se reflètent sur le piano, les cocktails distillent leur notes liquoreuses…
« Jazz Club » illustre l’ambiance masculine grisante des clubs de jazz new-yorkais. »

Jazz Club Maison Martin Margiela

Notes de Tête :
Poivre rose
Citron primofiore
Essence de néroli

Note de Coeur :
Absolu de rhum
Essence de sauge sclarée
Essence de vétiver de Java

Note de Fond :
Absolu de feuilles de tabac
Gousses de vanille
Styrax

***

Si mon livre était une œuvre, il serait soit la chanson « If I had a heart » de Fever Ray. Cette chanson nous plonge dans une ambiance inquiétante et sombre mais dès que les premières notes chaudes et envoûtantes sortent de la bouche des deux chanteurs, nous sommes emportés.

Soit la chanson « Renégats » du groupe de rap 1995. Les samples rock installent une ambiance électrique et angoissante comme plongée au cœur d’une scierie et le flow agressif et prenant nous réveille à chaque début de vers et les punchlines des cinq emcee agissent comme des gifles qui ne peuvent que nous laisser bouche bée.

Le mélange de ces deux chansons accompagné, par exemple, d’un classique d’Elvis Presley, reconstitue parfaitement l’atmosphère de ces quatre romans.

***

Ce livre est à lire quand lorsque l’on a des envies de rébellion pour s’évader :

« Les nuits sont douces, et j’ai toute la vie devant moi. »

 

***

L’auteur : Rob Reger, créa le personnage d’Emily, en 1991, pour des fins commerciales. Emily fut d’abord un personnage illustrant des tee-shirts, des affiches, des mugs,… Mais suite à son succès, Emily fut adaptée en comics en 2001 puis son histoire fut coécrite par Rob Reger et Jessica Gruner en 2003.

http://www.youtube.com/watch?v=bRopz4ihJUU

***

Nouveau titre ?

« Laisse moi seule, j’ai besoin d’air ! »

***

Mon livre en trois mots :

 Aventure

Solitaire

Incroyable

***

Pour aller plus loin :

Le site de produits dérivés Emily The Strange : emilystrange.com

L’album de fever Ray disponible sur le site amazon.com

13%20-%20Fever%20Ray%20-%20Fever%20Ray

L’album du groupe 1995 « La Suite » disponible sur amazon.com

la-suite

Toutes les citations de texte sont tirées des quatre tome du roman « Emily The Strange »

Clémence Purkat 4ème7

 

Publié dans LECTURES CURSIVES | 1 Commentaire »

AUJOURD’HUI JE FAIS MA VALISE !

Posté par rabelaisblog le 16 mars 2014


Tout est prêt ? 

 Il fait beau à Paris mais n’oubliez pas, 

skivetements4qdilfaitfroid

SKIvetements
Album : SKIvetements

7 images
Voir l'album

skivetements0

Départ à Guébriant, Mardi matin…

Le Blog  du voyage 

Article lié :

LA SEMAINE PROCHAINE : LA MONTAGNE !

Publié dans GUEBRIANT | 1 Commentaire »

LES CONFIDENCES DE CALYPSO -

Posté par rabelaisblog le 16 mars 2014

 

Les confidence de Calypso -Tyne o’connell

LES CONFIDENCES DE CALYPSO - dans LECTURES CURSIVES

 

Calypso est américaine. Elle a quinze ans et, depuis le collège, ses parents l’ont envoyé dans un pensionnat de jeunes filles de très bonne famille, le plus chic de toute l’Angleterre. Fille de scénaristes d’Hollywood, elle est loin de ressembler à ses camarades. Ce n’est pas facile pour elle de se faire accepter parmi les dignes représentantes de l’aristocratie britannique… Surtout lorsque le prince Freddie tombe sous son charme… Jalousies en perspective !

Si mon livre était ….

un animal ce serait un lapin  car c’est l’animal de compagnie de calypso Kelly le personnage principal de ce roman/fiction. Elle a 15 ans ,elle est  Américaine et elle est inscrite dans un pensionnat très chic Anglais  .

 dans LECTURES CURSIVES

Si mon livre était un objet se serait un sabre car Calypso fait partie de l’équipe de sabres (filles) dans son pensionnat

Si mon livre était un aliment Ce serait des bonbons car pour chaque petites soirées improvisée dans les dortoirs du pensionnat Anglais, Calypso emmenaient des bonbons de toutes sortes pour ses amies.

Si mon livre était une humeur ce serait la joie car dans chaque chapitre de ce roman il y a toujours une grande touche de joie apportée par Calypso qui enchaîne les maladresses  avec humour .

Si mon livre était une fonction (un métier) ce serait sabreur professionnel car c’est le rêve du personnage principal (Calypso) qui dirige déjà une équipe nationale .

Si mon livre était un paysage ce serait une forêt d’été pendant une pleine lune car a pratiquement chaque pleine lune Calypso Kelly  et ses amies sortent discrètement de leur pensionnat Anglais pour pouvoir s’amuser, et discuter tranquillement entre copines

Mon livre en trois mots 

rire, escrime et amies

Rire car dans ce roman il y a beaucoup de rire et de joie partagée entre amies .

Escrime car Calypso est la championne d’escrime de son pensionnat et va participer à des combats nationaux contre d’autres pensionnats dont le pensionnat pour garçons qui est à trois kilomètres du leur; ils partagent même le gymnase pour s’entraîner aux compétitions .

Amies car le personnage principal se fait beaucoup d’amies pourtant au début ce n’était pas gagné d’avance car c’était la seule Américaine du pensionnat Anglais et elle avait un accent trop marquer au goût des filles du pensionnat .

 

Tyne o’connell 

D’origine Australienne ,elle a parcourut le monde pour jouer au poker. Mariée puis divorcée deux fois, mère de trois enfants (deux garçons et une fille) elle s’est lancée dans la littérature pour adolescent, avec des livres qui connaissent un franc succès puisqu’ils seront traduit en plusieurs langues. Elle vit aujourd’hui seule a Londres où elle continue à écrire des livres .

si je devais donner un nouveau titre, je lui donnerais :

En Garde !!

si je devais donner une nouvelle couverture :

En garde Lea

Léa -4°7

Publié dans LECTURES CURSIVES | Pas de Commentaire »

CROC-BLANC

Posté par rabelaisblog le 15 mars 2014

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

Croc Blanc livre couverture

                                                                                                                                                                                   Si mon livre était …

                                                                                                                                                                                         Un aliment  ?  de la viande …

                                                                                                                                                                                      viande


Si mon livre était un aliment, ce serait de la viande. En effet, les loups se nourrissent de viande. L’histoire se déroule dans le nord du Klondike. Durant certaines périodes de l’année, les espèces qui y vivent connaissent la famine . Dans ce livre, les famines sont courantes et au cours de sa vie, Croc Blanc en  subit de nombreuses. La viande se fait rare et la faim s’accroît de plus en plus. Les flammes  de vie s’éteignent peu à peu : les loups sont démunis de ressources ! Ils deviennent squelettiques et ils sont réduits à manger des Hommes , puis à se manger entre eux ! Même les Hommes souffrent de famines.

* Pour le numéro des pages , je possède le livre Croc-Blanc, de poche édition Hachette.

« On aurait pu croire qu’il s’agissait de la plainte d’une âme errante si l’on n’y avait décelé l’indéfinissable sauvagerie née de la colère et de la faim.[...]« Ils sont à nos trousses, Bill » p.11

« Les loups se ruaient effectivement sur lui. Il en était submergé. L’un d’eux planta ses crocs dans son bras. Instinctivement, il sauta dans le feu tandis que d’autres dents acérées pénétraient dans la chair d’une de ses jambes. » p.39

« Comme la plupart des créatures de ces immensités sauvages, les habitants connurent la faim.[...]Puis le manque de nourriture les réduisit peu à peu à une sorte d’engourdissement comateux »[...]« Les louveteaux ne faisaient plus que dormir, et la flamme de vie dont ils étaient animés commença à vaciller, menaçant de s’éteindre. »; »Quand le petit loup gris revint à la vie [...] tous les autres avaient disparu. » p.67

« Puis les chiens commencèrent à se manger entre eux et les hommes se mirent à manger des chiens. » p.141

 » Un jour, Croc Blanc rencontra un jeune loup hâve et squelettique, abruti par le manque de nourriture .[..] Mais dans l’état où il était, il se jeta sur le jeune loup, le tua et le dévora. » p.142

Dans le Grand Nord, il existe aussi la loi de la viande : MANGER OU ÊTRE MANGÉ.

« Et la loi découlait de cette classification. Le  but de la vie, c’est de se nourrir. La vie elle-même est de la nourriture. La vie se nourrit de la vie. Il y a ceux qui mangent et ceux qui sont mangés. Telle est donc la loi : MANGER  OU ÊTRE MANGÉ. » p.87

                                                                                                                                                                                                             Une arme ? Un gourdin… 

                                                                                                             menfi08b

Lire la suite… »

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES, VIDEOS | 1 Commentaire »

AIR VIF

Posté par rabelaisblog le 14 mars 2014

Air vif

un poème offert par Teddy

 

J’ai regardé devant moi
Dans la foule je t’ai vue
Parmi les blés je t’ai vue
Sous un arbre je t’ai vue

Au bout de tous mes voyages
Au fond de tous mes tourments
Au tournant de tous les rires
Sortant de l’eau et du feu

 

L’été l’hiver je t’ai vue
Dans ma maison je t’ai vue
Entre mes bras je t’ai vue
Dans mes rêves je t’ai vue

 

Je ne te quitterai plus.

 

Paul Eluard

Publié dans A ECOUTER | 2 Commentaires »

LA SEMAINE PROCHAINE : LA MONTAGNE !

Posté par rabelaisblog le 13 mars 2014

Mardi prochain, départ à  Guébriant ….

Le blog du séjour, sera animé par Mme Ducloy

montagne2

SEJOUR A GUEBRIANT
Album : SEJOUR A GUEBRIANT

10 images
Voir l'album
   Avant de partir, la Montagne rêvée …

Les devoirs pour mardi matin : apprenez à lire les panneaux :

montagne3

La classe d’accueil et la classe 5ème6 vont faire un sejour d’une semaine à la Montagne .

Nous partons à Guébriant, Mardi 18 mars à 6h45.

Nous avons rendez-vous devant le collège à 6h30 .

C’est tôt mais comme nous sommes impatients , nous serons là en avance !

Nous aurons déjà aux pieds nos  après-ski et sur le dos notre anorak , parce que quand on descendra du car 8 heures plus tard on

sera dans la neige en Haute Savoie , dans les Alpes !!

Nous sommes très contents de partir , mais certains ont un peu peur ! Nous allons apprendre à faire du ski , nous allons construire

un igloo et faire beaucoup d’autres activités .

Nous vous raconterons tout en rentrant et pendant le semaine grâce à Ionela qui sera notre journaliste pendant la semaine.

Quelques élèves ne partent pas , nous penserons à eux et promis on va vous envoyer des cartes postales .

La CLA  2014

Article lié :

AUJOURD’HUI JE FAIS MA VALISE !

Publié dans GUEBRIANT | 2 Commentaires »

CHERUB N°3 : ARIZONA MAX

Posté par rabelaisblog le 13 mars 2014

CHERUB N°3 : ARIZONA MAX 

CHERUB 3 ARIZONA MAX

SI MON LIVRE ÉTAIT…

Si mon livre était un paysage ce serait un paysage désertique ; la majeur partie du livre se déroule dans une prison qui se trouve  dans le désert. Mais le désert est aussi l’emblème de la solitude et de l’abandon, c’est la sensation qu’on les détenus : ils n’ont pas d’amis (solitude), et ils abandonnent tout espoir de reprendre un jour une vie meilleure. Dans ce livre, le héro James Adams, agent de l’organisme CHERUB, devra entrer dans une prison pour mineurs d’Arizona, se faire passer pour un détenu et se lier d’amitié avec le fils d’un très célèbre couple de gangster actuellement recherchés.

« Au cœur du désert brûlant de l’Arizona, 280 jeunes criminels purgent leur peine dans un pénitencier de haute sécurité. Plongé dans cet univers impitoyable, James Adams, 13 ans, s’apprête à vivre les instants les plus périlleux de sa carrière d’agent secret. Il a pour mission de se lier d’amitié avec l’un de ses codétenus et de l’aider à s’évader d’Arizona max. »

         

Prison

Paysage desertique

Si mon livre était une citation ce serait : « On a deux vies. La deuxième commence le jour où on réalise qu’on en a qu’une. » de Conficius. Cette citation reflète bien les pensées des détenus : ils se rendent compte de leurs erreurs une fois qu’il est trop tard pour se rattraper et qu’il n’auront pas la chance de se reprendre en main, ils n’auront pas de deuxième vie.

 Conficius

Pour aller plus loin…

Confucius, sage chinois, est né dans l’État de Lu (actuelle province du Shandong), Confucius aurait vécu à une période où les empereurs de la dynastie des Zhou avaient perdu leur autorité sur l’ensemble du pays. Du personnage historique, on sait seulement qu’il est issu d’une famille noble déchue – ses ancêtres auraient appartenu à la maison ducale de l’État des Song. Après une jeunesse passée dans la pauvreté, Confucius occupe de hautes charges dans le gouvernement de l’État de Lu, comme ministre de la Justice et comme ministre intérimaire. Il s’illustre par la médiation qu’il entreprend au moment où le prince de Lu entre en guerre avec le prince de Qi. Malheureusement, sa vie politique sera brève. Vers 496 avant J.-C. , il doit s’exiler, par suite d’une intrigue politique. »

POUR EN SAVOIR PLUS SUR CONFICIUS CLIQUE ICI.

Si mon livre était un aliment ce serait sans doute le piment, d’une part parce que ce livre est très « pimenté » car il est très intriguant, avec beaucoup de rebondissements… Et tout comme le piment, riche en goût, ce livre est riche en suspense et surtout ce livre est très accrocheur.

 piment

 

Si mon livre était un animal ce serait le renard. En effet, il s’agit d’un animal très rusé et très vicieux, tout comme le personnage principal, lorsqu’il doit se faire passer par un détenu pour pouvoir libérer le fils des gangsters, et il détient toutes les qualités qu’un agent secret doit avoir. En effet dans le livre, le héro dans s’échapper de prison avec le fils des gangsters, il faut être rusé, habile, machiavélique pour réussir à un jour s’échapper de prison, élaborer un plan d’une stratégie redoutable et mettre son plan a exécution. Ce sont les qualités qu’on pourrait donner à renard : rusé, habile, intelligent,…

 

« Vous devrez vous montrer extrêmement prudent lorsque vous vous trouverez dans cette zone, Car il aura sous la main le bouton qui déclenche l’alarme générale et qui boucle toutes les portes de la prison. Si ça se produit vous ne pourrez plus les ouvrir, même avec une carte magnétique. Quand vous serez sorti du bloc avant d’atteindre la double enceinte vous devrez  passer par la salle de repos du personnel. Il est peu probable que vous y  rencontriez qui que ce soit. D’après mes informations c’est une pièce insalubre pas le genre d’endroit où les surveillants aiment traîner après leur service. [...]« 

CHERUB N°3 : ARIZONA MAX  dans LECTURES CURSIVES renard

 

Si mon livre était un objet ce serait une arme ; l’histoire se déroule dans une prison, et dans ce livre on remarque très vite que la vie là bas, n’est pas de tout repos,  j’ai en effet choisi l’arme car comme dans un duel, c’est la loi du plus fort, toujours le plus gros calibre qui l’emporte. Dans ce livre courage rime avec force, sans l’un il n’y a pas l’autre. James était très fort, il avait reçu d’indomptables entrainements de combat mais n’était rien à côté de ces caïds ; parce qu’ en vérité, James ne savait rien du monde réel, il s’entraînait seulement quelques fois au simulateur, mais les autres détenus, eux, purgent une peine pour des faits atroces.

« Stanley arma son bras et s’apprêta à frapper. Dave bloqua  son poignée avec une facilité déconcertante, lui donna un violent coup de coude à l’estomac puis, au moment où son adversaire se pliait en deux sous l’effet de la douleur, il balaya ses chevilles d’un ample mouvement de la jambe et l’envoya un rouler au sol. »

 dans LECTURES CURSIVESBagarre-impressionnante-dans-une-cellule-de-prison

 

Mon livre en 3 mots :

Amitié : Malgré que le héro ne soit qu’en mission, il se lie d’une amitié très forte avec la cible, malgré sa lutte contre ça. Mais le livre nous apprend un très bel enseignement sur l’amitié : L’amitié est plus fort que tout.

Quelques citations de Balzac pour justifier:

- “Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme, est un sentiment qui manque à l’amour, la certitude”

- “Le malheur a cela de bon qu’il nous apprend à connaître nos vrais amis”

- “Rien ne renforce plus l’amitié entre deux hommes que lorsque chacun des deux considère qu’il est supérieur à l’autre”

Le saviez vous ?

Robert Muchamore, dernier d’une famille de quatre enfants, voit le jour le 26 décembre 1972 à Tufnell Park, au nord de Londres, là même où il fera naître deux de ses principaux héros, James et Lauren Adams. Peu motivé par les études, il enchaîne les petits boulots avant d’être embauché par une agence de détectives privés, « ce qui, dit-il, est loin d’être aussi intéressant que ça en a l’air ». En 1999, alors qu’il passe quelques semaines en Australie, chez l’une de ses soeurs, il entend son neveu d’une douzaine d’années se plaindre de ne rien trouver d’intéressant à lire. Robert Muchamore, que l’envie d’écrire tenaillait depuis longtemps, a trouvé son « créneau » : il se lance dans la rédaction de ce qui deviendra le premier tome de la série CHERUB, 100 jours en enfer parution avril 2004.
C’est le début d’un succès qui ne se démentira pas. Robert Muchamore quitte alors son agence de détectives privés et se consacre à plein temps à l’écriture.

POUR EN SAVOIR PLUS SUR ROBERT MUCHAMORE 

OU ENCORE ICI

UNE NOUVELLE COUVERTURE ET UN NOUVEAU TITRE

 MAXIME

J’ai choisi cette couverture car elle reflète parfaitement, la vie en prison, donc l’histoire. Comme je l’ai expliqué précédemment, l’histoire tourne autour d’une tentative d’évasion ; et sur cette image on voit bien la sensation d’étouffement, qui est beaucoup montré dans ce livre.

C’est un livre que j’ai beaucoup apprécié, d’une part pour son réalisme et d’une autre part pour les sensations qu’il procure, que ce soit pendant ou après la lecture, ce livre fait beaucoup penser. « Entre 4 murs » va bien avec l’histoire également car le héros, James, était enthousiaste de commencer cette mission, mais une fois à l’intérieur il n’avait envie que d’une chose c’était de sortir de cet enfer. Il se sentait à l’étroit d’où le nom « Entre 4 murs » ; malgré cela, il a mené ça mission avec brio.  

Maxime 4°7

Publié dans LECTURES CURSIVES | Pas de Commentaire »

LE SOUS BOIS S’ EVEILLE

Posté par rabelaisblog le 12 mars 2014

Une poésie offerte par Eva
Le sous-bois s’éveille
Les couleurs se souviennent
Ce qui reste de neige
est une douleur oubliée
Dont les fourmis portent la marque
La terre-mère ne veut retenir
que l’annonce de la naissance
Le sous-bois s’éveille
Les couleurs se souviennent
Ce qu’apporte la brume
est un surcroît de délice
Pour le bonheur des moineaux
Le vieux chêne est tout étonné
de tant de rires sous sa barbe
François Cheng – A l’orient de tout – Poésie/Gallimard

Publié dans A ECOUTER | 1 Commentaire »

12345...62
 

lesrhetosdelind |
lesrhetosdelind |
lesrhetosdelind |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Lettre à l'être
| Lettre à l'être