METAPHYSIQUE DES TUBES

Posté par rabelaisblog le 8 mars 2011

 

 Métaphysique des tubes

chez Albin Michel

amlienothomb.jpg

                                                   

Carte d’identité:

Si j’avais été l’auteur du livre d’Amélie Nothomb, au commencement de mon texte, à la naissance de ce livre, pour pouvoir échafauder ce « projet », je lui aurais créé une carte d’identité. Pas une carte d’identité comme toutes les autres, avec le nom, le prénom, la date de naissance… Une carte d’identité ou figureraient les traits de personnalité du livre. Et je pense que pour créer cette identité, ça se passerait comme cela:

Pour trouver une identité, il faut choisir et imprégner le livre de ce qui nous entoure. Alors je partirais me promener dans la rue, regarderais autour de moi pour voir ce qui me plait, et ce qui ne me plait pas. Je marcherais. Sur le trottoir, je vois des filles qui jouent à la poupée. Mon livre parlera donc d’une petite fille. De la vie d’une petite fille, de sa perception des choses. Ce qu’elle ressent, ce qu’elle pense. Tout y sera dit. Sans que ce soit une journal intime. Ce serait comme si nous nous trouvions dans la tête de la petite fille. On étudiera sa curiosité, son envie de grandir…

 

rpetitefillelibe.jpg

 

C’est le matin, il est tôt. Au loin, le ciel est encore rose. Donc, si mon livre devait représenter une couleur, ce serait le rose. Le rose qui me fait penser au Japon, au lilas… Et c’est parfaitement logique qu’Amélie vive au Japon. Je me représente ce pays comme un pays calme, intelligent, simple, tout comme elle.  

 japon.jpg

Je viens de trouver plusieurs traits de personnalité à mon livre. Je marche tranquillement. Bientôt, je vais arriver à côté de la rivière. où il y a des carpes. Je n’aime pas les carpes. Donc la petite fille de mon livre n’aimerapas les carpes. La carpe est un poisson, or je deteste le poisson. Il est hors de question que mon personnage aime les carpes.carpe.jpg

 Dans mon livre, les carpes représenteront tous les côtés négatifs de la vie. La mort, la peur, la méchance.

Voila, je suis au bord de l’eau. Sur ma droite, un homme avec des lunettes prélève un échantillon de la rivière. Sûrement pour faire des expériences. Ce qui me fait penser que ma petite fille sera très intelligente. Trop intelligente. Mais il me faut une raison pour qu’elle soit intelligente. Je réfléchis tandis que je passe devant l’église. Voilà. Ma petite fille sera Dieu. Elle ne sera pas arrogante, pas forcément très puissante et imbue de sa personne. Elle sera juste Dieu. C’est un fait, pas quelque chose  à contredire ou à devoir démontrer.

 Je continue de marcher, quand il se met à pleuvoir. La pluie. J’adore la pluie. C’est beau, ça sent bon… Mon livre évoquera l’odeur de la pluie, ses bruits, ses clapotis sur le sol en béton ou sur la terre humide. Les gouttes d’eau qui tombent sur la surface d’un lac, provoquant une légère symphonie… les arbres trempés qui brillent, les parapluies qui volent, les voitures qui éclaboussent. Tout cela évoquera la passion de mon livre.

lapluie.jpg

 Je cours jusqu’à chez moi. Je tourne la poignée de ma porte d’entrée, toute ronde. Ce qui me fait penser que mon livre sera comme une boule.

unron.jpg

 Une boule qui glisse, qui est insaisissable, comme la logique de mon livre. Parce qu’il n’y aura pas de logique dans mon livre. Tout ce qui y sera dit sera un fait, pas quelque chose à prouver. Comme l’existence de dieu pour ma petite fille.

 Pourtant, si mon livre était une partie du corps humain, il serait le cerveau.

cerveau.jpg

 Pas parce que c’est de là que viennent toutes les logiques. Mais parce que c’est de là que viennent toutes les créations. Et ma petite fille est une création. Ce qu’elle est, ce qu’elle pense, c’est une création. Un état d’esprit. Mon livre sera un état d’esprit.
carteidentitamlie.jpg

Mon livre parlera de Dieu, de cette puissance qui fait vivre des milliers de personnes, des débats qui l’entourent, de ses pouvoirs sur le monde. Mon livre parlera de la vie et de la mort. Si on doit en avoir peur, si on doit les retarder… De la parole aussi. Mon livre aura besoin de représenter la parole pour exprimer ses pensées. Car sans la parole, les pensées restent dans la tête de celui qui les pense. Mais une pensée est faite pour être dite, ou en tous cas, dans mon livre, tout ce qui passera dans la tête d’Amélie voudra en sortir pour être exprimé. En fait, mon livre sera basé sur la réflexion.

Mais je ne suis pas l’auteur de ce livre. Donc si vous voulez voir à quoi il ressemble, vous n’avez qu’à le lireClin doeil

Cécile, 3ème3

Article lié:
l’autobiographie (2ème partie)

2 Réponses à “METAPHYSIQUE DES TUBES”

  1. pauline dit :

    Ce livre est bizarre mais tellement bien écrit!!

  2. axelle dit :

    Ce livre se distingue des autres . Ce livre à l’air intéressant à lire ! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

lesrhetosdelind |
L'année en poésie |
Haizer; ou la magie de la n... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Adorable Rencontre
| juno39