LA DEPOSITION DE LAETITIA COVENS DE PEYREHORADE

Posté par rabelaisblog le 30 avril 2011

Bonjour,

Je me présente, Laëtitia Covens de Peyrehorade, 17 ans, lycéenne,fille du frère de M. Alphonse. J’étais au mariage de mon oncle. Je suis d’Ille aussi, j’habite  juste en face de chez M. de Peyrehorade et je vous dis qu’à part une personne qui voulait se venger de lui ou quelqu’un de jaloux, je ne vois pas d’autres suspects car il était adoré par tout le monde. J’ai assisté au jeu entre l’Espagnol et mon oncle et je peux vous dire tout ce que je sais !

portrait.jpg

 thumbnailimage250.jpg

Ce jour là, mon père m’emmena regarder quelques parties. Le jeu de paume c’est un jeu formidable ! J’étais devant car je suis petite, et je pouvais tout entendre. Mon oncle perdait, il a donc accusé sa bague. Je l’entendis   qui voulait aller mettre la bague au doigt de Vénus. Un autre homme y alla, je le suivis. Quand il eut fini, je remarquai que la tête de l’idole avait changé. Elle avait l’air plus heureuse que jamais, elle pensait peut-être qu’elle était la femme de mon oncle, ma tante…

newyorkislandersvfloridapanthershl9uhdbwlo6l.jpg

Je sais que tout ce que je vous dis est insencé mais… Je pensais à ce moment que mon imagination me jouait des tours… Mais j’en suis presque sûr, du moins autant que je m’en souvienne…Après je suis allée voir la fin de la partie, l’Espagnol de sa voix forte cria  » Je me vengerai !  » J’eus vraiment peur pour mon oncle à ce moment.

 

 

jeffersonaparis199511g.jpgp1080375.jpg

 Après le repas, j’entendis une conversation entre la personne qui était alléemettre la bague au doigt de Vénus, un parisien je crois, et mon oncle. M. Alphonse disait au parisien que la bague était sois-disant coincée au doigt de Vénus. Je partis vite vérifier avant que cet homme n’arrive et je m’aperçus que c’était vrai. J’en étais sûr à ce moment elle pensait alors qu’elle était ma tante. Je me souviens qu’à ce moment là je lançai un grand bâton sur elle tout en disant  » Tu n’es pas ma tante tu entends ! Lâche cette bague, ce n’est pas la tienne !  » .

Le soir vers 3 heures du matin, je suis partie boire de l’eau dans la salle de bain  qui était juste en face de la chambre des jeunes mariés. J’avais ma bougie à la main, puis d’un seul coup, j’entendis d’énormes bruits de pas dans les escaliers, je me dirigeais donc vers la porte. J’aurais dû entendre des bruits de respiration car il faisait nuit et il n’y avait aucun bruit à part ces pas, mais non. La personne ne respirait donc pas ? Je regardais par le trou de la serrure pour rester la plus discrète possible et je vis une personne immense qui était de dos, entrant dans leur chambre. Pour moi, c’était M. Alphonse mais comme j’étais en face je vis qu’il était dans son lit, endormi, je ne pouvais réveiller personne car j’étais seule face à cette personne et si je sortais, je risquais de me faire agresser moi aussi. Cet individu semblait avoir la peau couleur bronze, comme l’espagnol et la Vénus mais il était très fin et peu vêtu. Je ne vous l’ai pas ditplus tôt car quand je l’ai raconté à mon père il ne m’a pas cru, il ne voulait pas que je vous le dise mais je  l’ai fait. Bonne fin d’enquête.

Je pense que je vous ai tout dit.                                   Laëtitia

serrure.jpg

AFFAIRE VENUS D’ILLE : LE PROCES SE TIENDRA-T-IL?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

lesrhetosdelind |
L'année en poésie |
Haizer; ou la magie de la n... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Adorable Rencontre
| juno39