LITTÉRATURE ET CINÉMA

Posté par rabelaisblog le 26 mai 2011

litteratureetcinema.jpg

 

  Quoi de plus agréable que de s’installer confortablement dans un fauteuil avec un carton de pop corn sur les genoux pour visionner Alice au pays des merveilles ? Pour d’autres, rien ne vaut le bon gros livre de Lewis Carroll au coin du feu. Même s’il s’agit du même univers, certains préfèreront lire, d’autres voir. La littérature existe depuis l’aube de notre Histoire, le cinéma est né il y a seulement un siècle. Et pourtant, peu à peu, les rouleaux de pellicule ont remplacé l’encre et le papier. De nombreux romans célèbres  passent de l’état de lettres à l’état d’images animées, c’est le fruit de l’évolution, mais cette évolution est-elle positive? Les adaptations cinématographiques de romans devraient-être bien, ou mal vues? Là est la question.

   Certains diront que pour rien au monde ils n’abandonneraient les piles de papier poussiéreuses qui s’entassent contre les murs, pour des écrans qui font mal aux yeux.

   Ces gens là vous diront que les adaptations cinématographiques sont une entrave à l’imagination. Ils veulent dire  également qu’ils ont une certaine vision décevante du film à cause d’infidélités assez flagrantes par rapport au livre comme dans Dracula de Copolla. Ou encore isl constatent que le choix des acteurs ne correspond pas toujours à ce que nous imaginions en lisant le livre. Par exemple dans Twilight de Stéphanie Meyer, la description des personnages permet d’imaginer des sujets parfaits, à notre image, et pourtant beaucoup furent déçus en voyant le vampire Edward, incarné par Robert Patinson dans le film!

   Vous serez également surpris en apprenant que certains films comme « Forest Gump » sont en réalité des livres! Cela montre une « extinction » progressive de la littérature, une chute dans l’oubli de certains écrivains comme le grand Pierre Boulle dont vous n’avez certainement jamais entendu parler puisqu’il s’est fait voler la vedette par Tim Burton pour l’adaptation de son livre la planète des singes . Des auteurs trouvent comme solution d’adapter eux même leurs romans comme Dalton Trumbo avec son livre Johnny s’en va-t-en guerre . Petite exception, cependant, pour les Bandes Dessinées qui ont toujours eu plus de succès que leurs adaptations à la télévision comme Tom-tom et Nana ou  Garfield .

   Puis certains atouts et plaisirs de la lecture ne sont pas transposables au cinéma comme le suspense, le vrai, qui n’existe que dans les livres. Il y a aussi le pouvoir de lire n’ importe où, n’importe quand, dans le Métro, rien de plus pratique et agréable que de sortir son « Frankenstein » de sa poche en attendant sa station (à condition de ne pas la rater). Le regarder en film demanderait du matériel couteux, encombrant et fragile contrairement à un livre qui nécessite, au pire, une paire de lunettes.

frankenstein.jpg

   Mais il ne faut pas non-plus voir le mal partout car beaucoup de gens préfèrent aller voir un bon film entre amis, un grand nombre n’aime pas lire et énormément ne savent pas lire. Le cinéma peut donc être une solution à ce genre de problème.

   Il peut être une aide pour des œuvres mal comprises, en effet, les livres comme  «Dracula» de Bram Stocker sont des histoires assez difficiles à comprendre à cause de leur narration, ici à plusieurs voix. Leur adaptation au cinéma est plus claire et donc plus simple à comprendre.

    Elles peuvent aussi permettre de montrer des environnements réalistes difficiles à imaginer comme dans les livres de guerre telle Jarhead, la fin de l’innocence d’Anthony Swofford où l’on a du mal à imaginer l’atmosphère de l’armée et des champs de bataille si nous n’y sommes jamais allés. Cet univers est donné à voir dans le film. Nous pouvons donc profiter de l’histoire et découvrir l’environnement exact, voulu par l’auteur.

   En sortant d’une salle de cinéma nous pouvons nous demander si le film vu n’existerait pas en livre car une adaptation peut nous donner envie de lire. Donc soit elle fait sortir un auteur de l’oubli comme Maupassant de nouveau à l’actualité avec l’adaptation de ses «nouvelles» par Claude Chabrol, ou soit elle rend un auteur ou un livre célèbre. C’est le cas de  «Harry Potter» devenu célèbre quatre ans après sa publication, lors de la sortie de son premier film.

Image de prévisualisation YouTube

   Il est donc impossible de répondre à cette pertinente question par oui ou non car toutes les thèses sont défendables et l’opinion est propre à chacun. Le cinéma est une chose distrayante et intéressante même si il ne faut pas en oublier de lire!

Nina Derain, 4e2

6 Réponses à “LITTÉRATURE ET CINÉMA”

  1. derain nina dit :

    merci!:)

  2. Garance dit :

    Bravo Nina ! Ta dissertation est géniale !

  3. athea dit :

    Encore une fois bravo Nina je viens de la relire et en effet ta dissertation est vraiment très bien construite, les références cinématographiques bien choisies. J’ignorais que tu était cinéphile; continue dans cette voie

  4. Iris dit :

    C’est super Nina ! Je trouve que cette dissert’ n’a pas le côté formel de la mienne… Et j’ai vu ta petite touche de cinéphile dedans … :P

  5. lryf dit :

    Oups! C’est corrigé Nina. Sourire

  6. derain nina dit :

    Eh mais je m’appelle pas George Derain!
    exusez moi j’ai oublié de mettre mon nom
    je suis Nina Derain et je suis en 4e2 avec madame Athea.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

lesrhetosdelind |
L'année en poésie |
Haizer; ou la magie de la n... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Adorable Rencontre
| juno39