LE RÊVE DU PETIT MAROCAIN

Posté par rabelaisblog le 3 décembre 2011


Le rêve du petit marocain, dédier à mon père

(Ambrine  5°8)

LE RÊVE DU PETIT MAROCAIN dans RECITS 36c20c9a1-300x225

Il était une fois au Maroc, un petit marocain qui se nommait Najib (cela signifie « créatif »). C’était un brillant petit élève, jamais son père ne lui avait dit de travailler. Il vivait à Marrackech que l’on surnommait et surnomme toujours aujourd’hui « la ville rouge » car toutes les maisons étaient construites en terre rouge.

Pendant les vacances, son père l’envoyait chez sa tante, à la campagne. Là-bas, il oubliait toutes ses bonnes résolutions et se transformait subitement en un véritable monstre! Toutes ses journées à la ferme se résumaient à une longue succession de bêtises horribles! Pire encore, pour ne pas se faire découvrir, il n’hésitait pas une seule seconde à faire accuser d’autres à sa place! Comme il s’amusait bien là-bas…

L’un de ses passe-temps favori était la chasse à l’alouette. Le berger, qui venait donner à boire aux bêtes, renversait toujours un peu d’eau à côté de l’abreuvoir, et cela donnait de grosses flaques d’eau où venaient se désaltérer les alouettes. Le garçon avait fabriqué un piège astucieux qui consistait à attraper l’alouette sans la tuer pour autant. Il posait un grain de blé relié à une petite ficelle pour appâter l’oiseau; il recouvrait le piège de terre fine pour le camoufler et attendait patiemment que sa proie arrive. L’alouette qui après s’être désaltérée voyait le grain de blé appétissant, ne pouvait résister à la tentation et au moment où elle croquait dedans ,et donc tirait sur la ficelle… une autre ficelle plus solide l’attrapait au cou et le tour était joué!

Il les mettait en cage, les ramenait à la maison et jouait avec, il leur apprenait des tours. Les alouettes  sont plus intelligentes qu’on ne le croit (même si elles se laissent tomber dans des pièges aussi primitifs). Il faisait des expériences sur elles, les troquait à des copains contre des bonbons…puis, celles qu’il lui restaient… il les tuait et les mangeait! « Assassin ! », direz-vous, mais, ce n’était qu’un petit garçon, les petits garçons font souvent des bêtises (les filles aussi en font…mais…moins)!

Mais, dans tout ça, son vrai passe-temps préféré était lorsque lui et son cousin Abdelatif partaient ensemble au port d’Agadir à dos d’ânes. Sur des kilomètres, ils devaient se bagarrer à grands coups de pieds et de bâtons contre les bourricots pour les faire avancer. Une fois arrivés là-bas, les deux compères attendaient sagement le retour des pêcheurs, assis sur de grosses caisses en bois amassées au port. Ils regardaient les mouettes s’éloigner au large…

Une fois les hommes revenus de la pêche, les deux polissons se glissaient entre les caisses avec chacun un panier à la main… puis, ils dévalisaient les pauvres pêcheurs qui bien sûr ne remarquaient rien! Une fois leurs paniers pleins de sardines, ils reprenaient leurs ânes et se mettaient en chemin pour la montagne d’Agadir. Cette montagne a une particularité, il y a comme gravée dedans ces

 Pays du monde dans TOUR DU MONDE

trois mots : le dieu, la patrie, le roi.

Là-haut, le spectacle était magnifique, splendide, radieux, sublime, auguste, somptueux, superbe, majestueux, épatant, olympien, magique…c’était fantastique! Ils s’installaient là, faisaient un feu, et commençaient à faire griller leurs sardines. L’odeur leur chatouillait gentiment les narines… Alors, enfin, leurs efforts étaient récompensés. Là-haut, regardant le soleil se coucher, ils se racontaient leurs secrets et leurs rêves les plus fous…

« Quand je serai plus grand, je voudrais devenir fermier comme mon papa, je serai le meilleur fermier qu’y n’ait jamais existé! »  avait confié Abdelatif à Najib. Ce soir, Najib restait silencieux, fixant sans jamais la lâcher la ligne d’horizon… Puis, il commença à son tour son discours, qui ne dura que quelque secondes…

« Tu vois, là-bas, au loin, au-de là la mer, il y a l’Amérique, un jour, j’irai. »

american-flag

A vous d’imaginer la suite… 

Chacun est invité à poursuivre ce récit dans les commentaires


Une Réponse à “LE RÊVE DU PETIT MAROCAIN”

  1. rabelaisblog dit :

    Waohhhh
    Profond !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

lesrhetosdelind |
L'année en poésie |
Haizer; ou la magie de la n... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Adorable Rencontre
| juno39