JE SUIS UNE CHAISE

Posté par rabelaisblog le 2 janvier 2012

 

 

JE SUIS UNE CHAISE dans RECITS chaise-e1323970984928-300x229Je suis une chaise.

Oui, oui, vous m’avez bien lue. Je (c’est-à-dire moi) suis (verbe être première personne) une (article indéfini féminin) chaise (chose en bois, plastique, ou métal à quatre pieds sur laquelle les gens prennent un malin plaisir à s’asseoir). Être une chaise, c’est pas drôle. Pas DU TOUT!!! Surtout quand on est une chaise de classe.  Vous pensez tous que nous ne sommes que de simples objets qui vous servent de « trône ». Et bien non!!! Nous sommes comme vous, avec un cerveau, un cœur et tout ça. Mis à part que nous, on est vos esclaves!!! Tous les jours, je vois passer des gens (ou plutôt leur derrière), qu’ils soient petits, grands, gros, maigres, avec ou sans baggies (j’ai horreur de ça)… On dirait un peu un défilé de mode : tous différents! Parfois, je m’amuse à leur faire de petites frayeurs : je bouge d’un seul coup d’un seul, et eux, qui ne comprennent pas ce qui se passe, tentent de me retenir. Qu’est-ce que je rigole! Bah oui, vous, vous ne trouvez pas ça drôle, mais moi si. La vie d’une chaise est carrément différente de celle d’un être humain. Nous, on est manipulées, maltraitées, et parfois, on subit la torture de l’odeur…

 

Passons. Si je suis ici, c’est pour vous raconter ma vie. Bah oui, de temps en temps, nous les chaises, on aime vider notre sac. Alors alors…

Vous voulez enchaise-n2-e1323971562716-150x145 dans RECITS savoir plus? Bon, si vous insistez… Tenez, je vais vous raconter mon lundi.

Tous les lundis, c’est la même chose : je vois beaucoup beaucoup de derrières, tous dans le même ordre. D’abord y a Jacquot, après y a Cléo, après y a Léonie, après y a Philibert après… Si je continue comme ça, je ne vais pas en finir. Mieux vaut vous raconter tout en détails. Ma journée commence avec Jacquot, le petit rigolo. Jacquot, c’est un p’tit gars tout minuscule maigre comme mon pied, qui n’arrête pas de gesticuler. C’est tout le temps « M’dame M’dame! » ou encore « je sais! je sais! ». Il bouge comme un asticot au bout d’un fil de pêche. Mais qu’est-ce que ça m’énerve!!! Imaginez, vous dormez tranquillement avec un petit maigrichon sur vous (ça doit pas vous arriver souvent, ça, n’est ce pas?), et puis là tout à coup, il se met à bouger, à se tortiller, à se lever, à s’asseoir brutalement… Dès qu’il me fait ça, j’ai envie de devenir un taureau comme ceux des rodéos et de ruer partout. Mais bon, je le fais pas. Déjà, parce qu’il est trop fragile et que je risque de le casser, mais aussi parce que sinon, la table me passera un savon parce que je l’aurai réveillée. Et il faut savoir qu’elle est très méchante, la table quand elle s’y met…

Après Jacquot, y a Cléo, elle, c’est un petit ange : elle s’assoit doucement, ne me tire pas comme une idiote pour me sortir de ma place, et surtout : elle ne bouge pas! Elle reste assise là, sage comme une image, à attendre patiemment. Un ange!

Après elle, y a Léonie, pareille, la parfaite petite fille, un petit détail en moins : elle est comme qui dirait pas très légère… Comment dire, elle me bouche la vue.

Après, vient l’heure de déjeuner. Ah, l’heure de déjeuner. Un moment de détente pour toutes chaises vivant en milieu scolaire. Plus personne pour s’asseoir sur vous, rien du tout! Même les mouches ne s’approchent pas de nous. L’heure du déjeuner, c’est l’occasion de se dégourdir les pieds : on bouge dans tous les sens, on vit quoi! Mais ce moment ne dure pas, il faut bien que ça s’arrête. Et, ce (ou plutôt la personne) qui vient après le déjeuner est le pire de mes cauchemars…

Philibert. C’est lui, qui, chaque lundi me gâche mon après-midi. Tous les lundis, il entre d’un pas lourd dans la classe, démontrant sa force. Il avance vers moi, m’empoigne d’une main forte, et me tire vers lui. Si à ce  moment précis j’avais le droit de parler, je hurlerais. « Asseyez vous. dit la professeur ». Non, non, ne t’assois pas, Noooooonnnnn!!!! (Ça c’est que je dirais). Mais voilà, ce n’est pas moi qui fais les lois, donc je ne peux pas. Donc je disais, lorsque Philibert s’assoit, ça fait comme dans les films d’horreur : je vois son énorme derrière se rapprocher au ralenti de moi, puis ça y est, c’est la déflagration. Boum! Je suffoque, je n’en peux plus, j’ai l’impression que la Terre tourne au ralenti, qu’une minute dure en réalité une vie. De temps en temps, il lâche de petites « odeurs »ou bien histoire de me rappeler que je ne meure pas, ou bien histoire de me torturer. Je n’en peux plus, je sens que mes pieds vont lâcher, je sens que je vais tomber d’un moment à l’autre, écrasée sous le poids de ce garçon. (Faut-il préciser que plus tard, Philibert veut devenir sumo, et qu’il commence déjà à manger ce qu’il faut pour prendre du poids). Autour de moi, je vois les autres se moquer, je vois la table qui me regarde sévèrement, pour dire « ne lâche pas, sinon on est fichues ». Et puis, après une longue souffrance (inutile), la sonnerie retentit, le futur sumo se lève. Libre, je suis libre!!! L’air frais parvient enfin à moi, je respire!!!

Après ce fâcheux « épisode » de mon lundi,  les gamins comme Jacquot, c’est de la rigolade ; je ne suis même plus gênée par les mouvements permanents de leur petit derrière ; je vois le verre à moitie plein : ça me fait de l’air!!!


Bien sûr, je suppose qu’ avant mon récit, vous ne saviez pas ce qu’on endure, nous, les chaises. Mais maintenant que vous avez toutes ces informations, j’espère que vous nous traiterez avec respect, amitié et surtout COMPASSION!!! Nous, les chaises, avons besoin de respect! C’est pour cela que je vous invite tous à ne plus vouloir devenir sumo, musclor ou je ne sais quoi. Maintenant, j’ aimerais que vous arrêtiez de mettre les pieds sur nous, de nous monter dessus… Et à mon avis toutes les chaises sont de mon avis. Et, (je sais que ce n’est pas possible, mais bon, qui ne tente rien n’a rien), j’aimerais que vous arrêtiez de vous asseoir sur nous. S’il vous plait. A une prochaine fois!!!

Moi, la chaise

 

Article lié :

 A VOUS D’ECRIRE LE SCENARIO

9 Réponses à “JE SUIS UNE CHAISE”

  1. rabelaisblog dit :

    Madame, Nathan aurait besoin de l’enregistrement de la chaise que nous avions fait à l’atelier lecture en début d’année. Pourriez vous le lui envoyer par mail?

  2. Margot 5 8 dit :

    Merci beaucoup!!! Il y a déjà des personnes qui s’occupent de faire « Je suis une table » et « je suis une paire de chaussettes » (pour piémal odoren :) ) . Si vous voulez, vous pouvez imaginer encore plein de textes dans ce style!

  3. laurène dit :

    J’aime beaucoup c’est super.

  4. Alice dit :

    C’est trop génial Margot !! Bravo !!

  5. lryf dit :

    Je suis bien d’accord avec toi Tiphaine! Margot vous propose un très beau sujet de rédaction. Et vous? Quel objet auriez-vous envie de faire parler? J’attends avec impatience vos histoires (et j’invite Ambrine à aller finir l’histoire des chaussures qui est dans les brouillons… )

  6. Margot 5 8 dit :

    Merci beaucoup les filles!!!

  7. rabelaisblog dit :

    oui, article très drôle!

  8. tiphaine dit :

    J’adore !!!! Si tu pouvais en faire d’autres ce serait sympa !!;)

  9. Amélie dit :

    Cet article est superbe, on pourrait essayer avec d’autres objets en classe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

lesrhetosdelind |
L'année en poésie |
Haizer; ou la magie de la n... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Adorable Rencontre
| juno39