LE JOURNAL D’ANNE FRANK

Posté par rabelaisblog le 31 janvier 2012

LE JOURNAL D’ANNE FRANK

LE JOURNAL D'ANNE FRANK dans LECTURES CURSIVES lejournaldannefrank2

Biographie :

Anne Frank est née  le 12 juin 1929  à Francfort, elle vivra heureuse jusqu’au 6 juillet 1942 où elle vivra clandestinement. Sa famille sera dénoncée le 4 août 1944. Déportée a Auschwitz puis à Bergen-Belsen Anne mourra du Typhus tout comme sa sœur en février ou mars 1945. Son père sera le seul survivant de sa famille.

Résumé :

Anne Franck reçoit pour ses douze ans un cahier. Elle en commencera l’écriture le 12 juin 1942 et le tiendra jusqu’au 1er août 1944.

Ce cahier sera pour elle, l’amie qu’elle ne peut avoir, celle à qui on peut tout confier, elle écrira comme on écrit à son amie, elle l’appellera « Kitty »

Dans son journal, elle raconte les persécutions subies par  les juifs, ce qu’ils pouvaient faire et surtout ne pas faire…

Puis avec l’aide de quatre amis non juifs , la famille Frank va se cacher afin de ne pas subir la rafle par les Allemands.

Anne Frank nous raconte sa vie clandestine avec les siens dans un grenier appelé « l’annexe ». Elle explique ses sentiments, ses craintes, ses joies….. Elle décrira l’attitude et le comportement de chacun, les tensions psychologiques au jour le jour, ses premiers amours ainsi que la difficulté pour une adolescente de vivre enfermée en ayant qu’une crainte, celle d’être découverte…

Elle apprendra au fur et à mesure, l’arrestation de ses amis juifs par les allemands, la difficulté pour se nourrir, s’habiller et surtout le manque de liberté. Elle apprendra aussi la vie en communauté, le partage de sa chambre avec un parfait inconnu, lui aussi caché afin de ne pas être pris.

Elle considèrera l’écriture de son cahier

comme la seule façon de s’en sortir.

 

Si ce livre était une musique, ce serait

« Requiem for a dream »

 Image de prévisualisation YouTube

 dans LECTURES CURSIVES

On ressent dans cette musique toutes les peines et les désespoirs dans lesquels se retrouvent plongés Anne et ces milliers de juifs condamnés à la mort.

 

Si ce livre était un lieu, ce serait une prison

prison.12135590561-300x225

 

A partir de 1942, partout sur les vitrines des commerces tenus par les juifs on pouvait lire toutes les interdictions écrites par les allemands :

Les juifs n’ont pas le droit de prendre le tram ; les juifs n’ont pas le droit de circuler en autobus, ni même dans une voiture particulière ; les juifs ne peuvent faire leurs courses que de trois heures à cinq heures, les juifs ne peuvent aller que chez un coiffeur juif ; les juifs n’ont pas le droit de sortir dans la rue de huit heures du soir à six heures du matin ; les juifs n’ont pas le droit de..

« Je m’invente toujours de beaux rêves mais la réalité c’est que nous devons rester
ici jusqu’à la fin de la guerre. »

 

Si ce livre était un objet ce serait « un violon »

 morgan-violon

 

Le son du violon peut être doux comme la sérénité que l’on retrouve parfois dans le journal d’Anne Frank ou puissant comme la rage, la peine,..

« Papa est toujours si gentil, il me comprend si parfaitement, et j’aimerais bien
pouvoir me confier à lui sans éclater aussitôt en sanglot »

 

Si mon livre était une saison ce serait « l’hiver »

 

Cette période est longue triste et froide.

Longue pour ces deux ans restés cachés dans « l’annexe ».

Triste pour ces désirs refoulés et cette adolescence qu’elle ne peut vivre.

Froide pour les esprits bouleversés en manque  d’humanité.

Si mon livre était un sentiment, ce serait « La colère »

 

 

La colère contre ce pouvoir antisémite, contre la promiscuité et contre toutes ces interdictions qui sont faites aux juifs. 

« Les phrases trop violentes ne sont que l’expression d’une colère que, dans la vie normale, j’aurais soulagée en trépignant deux ou trois fois dans une chambre fermée ou en jurant derrière le dos de maman »

 

Si mon livre était une ville ce serait « Auschwitz »

Auschwitz-children_2-61ec6

Auschwitz, camp de concentration où beaucoup de juifs ont trouvé la mort. Anne et sa soeur Margot vont aussi trouver la mort dans un camp de concentration, à cause du Thyphus.

Morgan 3°2

2 Réponses à “LE JOURNAL D’ANNE FRANK”

  1. Yara Cristina dit :

    Oh, j’ai regardé le film qui parle de l’histoire de cette fille, et j’ai le livre de Anne Franck en portugais , c’est touchant, comme dit Margot.

  2. Margot 5 8 dit :

    J’aime beaucoup ta lecture cursive, elle est très touchante

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

lesrhetosdelind |
L'année en poésie |
Haizer; ou la magie de la n... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Adorable Rencontre
| juno39