MALICE

Posté par rabelaisblog le 23 février 2012

MALICE dans LECTURES CURSIVES Malice-couv-230x300

Par Maxime, 5°8

Si mon livre était un mot , ce serait le mot étrange. Pour survivre dans ce monde parallèle, il faut oublier tout ce qu ‘ on a appris et  se défendre pour protéger sa vie. Les parents sont des traitres, les autres sont peut être des amis sans que l ’ on puisse en être certain. Tall Jack (le méchant) est un fou manipulateur, le dessinateur Grendel est un être maléfique doté de pouvoirs surprenants; il dessine sous forme de bande dessinée au milieu des pages écrites, les péripéties de nos héros jusqu’ à une mort probable. Le dessinateur est un être monstrueux qui espère que les personnages de Malice vont vivre un destin tragique, celui qu’il aura décidé.

Si mon livre était une émotion , ce serait la peur envahissante et paralysante. Dans ce monde irréel, il est impossible de se sentir en sécurité. Tout peut basculer sans raison, le monde enchanté est peuplé de moustiques sanguinaires qui surgissent soudainement ..Tout est mauvais.  Et même les amis , personne n ‘ est sûr que ce sont réellement des amis .

image-chat-myst%C3%A9rieux dans RECITSSi mon livre était un animal, ce serait un félin mi -  animal , mi- mécanique  comme un chat. Rusé, imprévisible, il peut  se transformer en une créature maléfique sans raison. D ‘ autres au contraire sont la réincarnation des amis de la reine des chats qui vont mener nos héros, Seth , Justin et Kady hors de ce monde dangereux.

Si mon livre était  un objet, ce serait  une pierre de vie. Car les créatures mécaniques  qui peuplent ce monde  dangereux sont crées à partir de cette pierre de vie.  Elles ressemblent  à un énorme  cristal qui dégage une  lumière intense dans l’obscurité.

Si mon livre était un paysage, ce serait un paysage artificiel, construit de toutes pièces avec des roues qui tournent inlassablement. Il appartient à une autre dimension. Dans une petite chambre sale, « le mal est partout, les monstres grouillent dans le noir, tapis dans les coins  (…) Affamées,  attirées  en ce lieu et prisonnières à  jamais « .

Si mon livre était  une chanson , ce serait  thriller de Michael Jackson. Des personnages maudits sortent de la  nuit et se transforment. C’ est un monde irréel de cauchemars où tout devient possible .

Image de prévisualisation YouTube

Si mon livre était un film, ce serait  Résident Evil. C ‘est un monde  où des monstres  traquent les humains  pour les tuer.  C ’ est un film d’ horreur .

Si mon livre était un vêtement, ce serait une cagoule étrangleuse dont on ne peut pas se débarrasser une fois enfilée. On ne pourrait ni la retirer ni la découper ni l’arracher. Elle aurait comme des mains qui serrent autour de la gorge quand on essaie de l’enlever. J’ai choisi ce vêtement comme un symbole. Une fois entrés dans l’histoire de Malice , les personnages sont piégés, voués à une mort certaine.

Si mon livre était  un aliment , ce serait un escargot gluant qui  quand on voudrait  le manger, se collerait  dans la bouche  pour empêcher de respirer et faire souffrir le plus longtemps possible. J’ai choisi un mollusque comme symbole. Malice est une malédiction : ceux qui y échappent perdent la mémoire et laissent leurs amis mourir.

Si mon livre était une œuvre d’art, ce serait le « cri » d’Edouard Munch. Dans ce tableau, le personnage pousse un long hurlement d’horreur. Le cri se répercute en une succession d’échos peints dans toutes les couleurs ( jaune, rouge, noir…). Ce tableau a été peint quelques années avant la deuxième guerre mondiale. Edouard Munch pressent la monstruosité qui se prépare et lance un cri d’alarme. Ici , le cri est le symbole de l’appel désespéré de Seth et de Justin coincés dans un monde parallèle sans pouvoir revenir vers le réel.

munch-cri

Si mon livre était une saison, ce serait l’hiver froid, humide avec un vent glacial qui pétrifie sur place. C’est une saison impitoyable pour ceux qui n’ont pas de maison, d’amis , de lieu pour se réfugier. Le monde glacial de Tall Jack et de Grendel est le monde de la mort.

Cher Chris WOODING,

Je ne vous remercie pas du récit que vous avez écrit. A cause de vous, la vie est un enfer; chaque jour, la peur me fait mal au ventre, je tremble, j’ai le vertige… Je me sens terriblement seul, je suis coincé dans cette histoire d’épouvante alors que mes deux seuls amis Kady et Seth m’ont abandonné. Ils sont partis chercher du secours mais leur mémoire a été effacée . Ils ne peuvent plus retrouver ma trace. Aujourd’hui, moi, Justin, je suis seul et désespéré face à la perversité de Tall Jack. Je voudrais juste sortir de cet enfer et retrouver ma vie tranquille d’avant.
Justin

 maxime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

lesrhetosdelind |
L'année en poésie |
Haizer; ou la magie de la n... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Adorable Rencontre
| juno39