Michel Houellebecq

Posté par rablogroumanie le 17 juin 2012

Michel HOUELLEBECQ

Michel Houellebecq  dans AMITIE FRANCO-ROUMAINE MH_Bookfest1-296x300

 

Né à la Réunion en 1956, Michel Houellebecq est une figure très renommée de la littérature contemporaine française. Ses œuvres multiples traitent avec un accent toujours polémique de thèmes comme la solitude, le détachement du monde, l’absurdité de la vie professionnelle, ce qui lui a souvent valu d’être controversé. Lauréat de plusieurs grands prix littéraires, il obtient le prix Goncourt en 2010 avec le roman La Carte et le Territoire, récemment traduit aux Editions Polirom.

 « Parmi les auteurs français de ma génération, je présente cette singularité d’avoir été assez peu influencé par la littérature anglo-saxonne – à l’exception de certains auteurs de science-fiction.

 En Allemagne comme en Russie, j’ai obtenu beaucoup de succès, et lorsque j’ai été interrogé sur le phénomène, j’ai répondu que j’en étais, au fond, assez peu surpris. Une certaine logique me paraissait à l’œuvre – j’aurais été bien en peine de préciser les modalités de son accomplissement, mais ce que je pouvais dire, c’est que j’avais été, dans ma jeunesse, extrêmement influencé par des auteurs allemands et russes.

 Je ferai exactement la même réponse en ce qui concerne la Roumanie. A ceci près que les auteurs roumains dont il est question ont choisi de s’exprimer en français.

 Mes relations avec Cioran sont difficiles. C’est un styliste de premier ordre, il écrit magnifiquement en français. Il n’empêche que, sur un plan philosophique, sa pensée n’est qu’une version simplifiée et appauvrie de celle de Schopenhauer. Et il ne cite jamais Schopenhauer, aussi brièvement que ce soit ; cela, je ne parviens pas à lui pardonner.

Absolue et sans mélanges est, par contre, l’admiration que j’éprouve pour Eugène Ionesco. C’est à mes yeux un des plus grands auteurs du XXème siècle ; je le classe, par exemple, très au-dessus de Beckett.

 Lorsqu’est paru « Rester vivant » (mon premier livre, à l’exception d’un essai sur Lovecraft, nécessairement beaucoup moins personnel), le seul auteur vivant à qui j’ai eu envie de l’envoyer était Eugène Ionesco. J’ai obtenu par un ami son adresse boulevard du Montparnasse ; et je lui ai envoyé mon livre, avec une lettre confite d’admiration tellement excessive que l’ensemble en était peut-être ridicule (mais, au moins, il était sincère). Et puis, deux semaines après mon envoi, j’ai appris la nouvelle de sa mort. »

 

 

 

 

2 Réponses à “Michel Houellebecq”

  1. rablogroumanie dit :

    Merci pour votre opinion, vous avez le droit de vous exprimer. J’ai lu votre poésies. Bonne chance!

  2. J’adore cet auteur. Il est peut-être l’un des rares d’aujourd’hui qui passera à la postérité…

    Ses premiers livres, que ce soient ses poèmes ou son essai sur Lovecraft sont brillants. Ce dernier est d’une concision et d’un justesse rares.

    Je partage son point de vue concernant Ionesco : je le place au-dessus de Beckett, mais je ne lui voue pour ma part aucune une admiration, n’étant pas un inconditionnel du théâtre e l’absurde.

    Bonne journée.

    Dernière publication sur Le Marginal Magnifique : Déménagement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

lesrhetosdelind |
lesrhetosdelind |
lesrhetosdelind |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Lettre à l'être
| Lettre à l'être