LE COL DES MILLE LARMES

Posté par rabelaisblog le 11 décembre 2016

LE COL DES MILLE LARMES dans A ECOUTER                                                                             

Le col des mille larmes

 Xavier-Laurent Petit_Flammarion jeunesse

Afficher l'image d'origine

                                                                                          

Si Le col des mille larmes était une saison ce serait l’hiver car là où se passe l’histoire, en Tachkent, en Asie, il neige et il fait très froid. Mais même s’il fait froid, et que l’auteur n’en parle qu’une fois dans l’histoire, on peut sentir que les gens qui y vivent s’y plaisent bien.

«Des cols enneigés, réveillés par le froid.
J’habite ici depuis toute petite déjà, je me suis habitué à cet hiver froid et glacial
»

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine
Si Le col des mille larmes était une partie du corps ce serait le cœur parce que le personnage prin
cipal, Galsahan fait des cauchemars dans lesquels elle imagine que son père meure dans un accident en camion, dans les montagnes. Elle fait des cauchemars car son père est absent depuis un moment, il a disparu. Galshan est l’héroïne de l’histoire, elle a 13 ans, elle est plutôt têtue surtout quand elle essaye de convaincre sa mère d’aller à la recherche de son père. Sa mère ne veut pas qu’elle y aille mais elle insiste quand même. Quand elle fait des cauchemars, elle a tellement peur que son cœur bat très vite, il s’affole, et elle devient toute pâle.

«Le cœur affolé, cognant à tout rompre. Elle se réveilla avec le visage pâle»

 

 

Si mon récit était des couleurs ce serait toutes les couleurs parce que ce livre éveille beaucoup d’émotions et chaque couleur émet une émotion différente. Quand j’ai lu ce livre, j’étais parfois contente pour l’héroïne car elle est heureuse d’avoir une petite sœur et une mère qui s’occupe d’elle. Mais quand sa mère lui a affirmé que son père était mort, dans les montagnes et qu’il ne pourrait jamais revenir, ça ma fait de la peine car du coup moi aussi j’ai cru qu’il était mort,ça m’a rendue un peu triste de savoir qu’un personnage assez important pour Galshan n’était plus. Mais Galshan ne se gêne pas pour faire comprendre à sa mère qu’elle pense que son père est vivant, mais c’est inutile car personne, ni sa mère ni les gens du village ne la croient, même quand elle retrouve le briquet de son père.

«-C’est le briquet de mon père, j’en suis certaine!
– Non Galshan, nous te l’avons déjà dit! Il a disparu dans les montagnes et il ne reviendra pas!»

Afficher l'image d'origine

Si mon livre était un fruit ce serait une pomme car au début de l’histoire, Galshan veut apprivoiser un cheval, pour aller chercher son père. Mais elle trouve que c’est dur d’apprivoiser un animal et, comme la pomme, au début, c’est difficile de la croquer car elle est dure. Mais une fois qu’elle a apprivoisé le cheval elle est contente , et comme la pomme, quand on a croqué dedans on est content car on a le bon goût de la pomme dans la bouche.

«- Ce cheval était tenace, c’était dur mais j’ai réussi »

Afficher l'image d'origine

Si mon histoire était une œuvre d’art ce serait La Pie de Claude Monet car dans ce tableau, une pie noire est toute seule dans la neige blanche. Et quand Galshan entend des cris au loin, elle va voir qui ça peut bien être mais il y a tellement de brouillard qu’elle se perd et elle ne sais plus où elle se trouve. Alors elle se retrouve seule dans la neige pendant quelques instants.

«-Je me suis perdue, je ne vois plus rien, je suis toute seule!»

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Si Le col des mille larmes était un instrument de musique ce serait une harpe parce qu’une harpe peut émettre des sons doux, joyeux et parfois tristes. Et dans ce livre il y a a des moments tristes et des moments joyeux. Ce qui est triste c’est qu’à un moment Galshan va perdre espoir car elle ne retrouve pas son père et il lui manque affreusement, mais il faut lire la suite du livre pour savoir que la fin est formidable et très émouvante!

« -Je ne sais plus quoi faire, je suis perdu… »

Si Le col des mille larmes était une musique ce serait River flows in you version piano car Ryham, le père de Galshan veut vite retrouver ceux qu’il aime, sa famille notamment, sa femme et ses deux filles Galshan et Bumbaj, car il est parti pour son travail, en Tachkent, et il doit faire un long trajet en camion pour arriver chez lui. Mais il est tellement pressé de les retrouver qu’il va prendre un chemin plus court mais aussi plus dangereux. Et ceci est une erreur de sa part. Mais il faut lire ce livre pour savoir que ce moment de l’histoire est très triste et va aussi déterminer le commencement d’une histoire surprenante!

« - Alors comme raccourci c’est gagné, grommela-t-il »
« Daala lui avait demandé de ne plus passer par la c’était trop dangereux »

Image de prévisualisation YouTube

Mon livre en trois mots !

-Courage : Courageux car Galsahan ne lâche rien pour retrouver son père, même quand la neige lui fouette le visage, même s’il y a des loups autour d’elle, même si elle doit marcher des kilomètres ou même si elle doit se mettre en danger, elle aime tellement son père qu’elle ne lâche rien.

-Triste : Triste car au début de l’histoire, Galshan, sa sœur et sa mère pleurent beaucoup quand on leur annonce la mort de leur père mais si on lit la suite du livre, on a de très bonnes surprises!

-Émouvant: Émouvant car j’ai trouvé que c’était assez beau de voir un tel amour entre un père et sa fille. Un père qui veut vite retrouver sa fille, mais à cause du travail, il doit attendre longtemps avant de la revoir. Son travail est de faire des livraisons, en camions, dans différentes régions, ce qui est assez dangereux car il doit souvent passer par des montagnes. Et une fille qui veut revoir à nouveau son père même si elle sait qu’elle doit attendre très longtemps, plusieurs jours.

Un nouveau titre !

Un jour, je te retrouverai

Je choisis ce titre car Galshan aime son père et veut le revoir, le retrouver, même si les conditions sont impossibles ou dangereuses, n’importe où, n’importe quand. J’ai bien aimé ce livre et je le conseille car il est facile à lire et il donne des émotions différentes ce qui n’est pas le cas de tous les livres. L’histoire était aussi très passionnante et regorge de surprise.

Des liens sur la vie de l’auteur!

Si vous voulez en savoir plus sur la vie de l’auteur ou sur le livre cliqué ici ( le livre), ( l’auteur) et aussi (la biographie de Xavier-Laurent Petit). Et une interwiew de l’auteur ici même. Mais Xavier-Laurent petit a fait d’autres livres comme celui-ci qui s’appelle Un monde sauvage.

Afficher l'image d'origine

Ma nouvelle couverture !

IMG_0533

Cette couverture évoque Galshan qui est toute seule dans la neige et dans le froid devant un couché de soleil.

Je vous lis le début de mon livre, jusqu’au premier chapitre !

Jeanne Lopez 5e1

Enregistrer

3 Réponses à “LE COL DES MILLE LARMES”

  1. rabelaisblog dit :

    c’est magnifique moi j’adore <3

  2. rabelaisblog dit :

    Coucou ma petite!J’ai beaucoup aimé ta présentation <3
    Tu évoques très bien les émotions!!

  3. rabelaisblog dit :

    c’ est très bien jeanne . L continue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

lesrhetosdelind |
L'année en poésie |
Haizer; ou la magie de la n... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Adorable Rencontre
| juno39