IRINEÏ ET LE GRAND ESPRIT DU MAMMOUTH

Posté par lryf le 30 mars 2020

La chronique de Clément, 4e6 -2020

J’ai fait une très belle découverte avec le roman de Val Reiyel, Irineï et le grand esprit du Mammouth. Son histoire fantastique m’a laissé rêveur. Ce roman que j’ai dévoré en deux soirées m’a beaucoup plu, même si j’ai été déçu de ne pas savoir ce qui allait se passer pour Dolgen et Hope et c’est pour cela que j’ai déjà commandé le deuxième tome. 

Ce que j’ai trouvé très beau, c’est aussi la différence entre Irineï et John : L’un habite dans une ville du désert et l’autre dans la toundra sibérienne. Mais malgré ces différences, ils tissent des liens très forts. Je me suis vite attaché à Irineï qui malgré la tristesse qui le ronge depuis la mort de ses parents, la mort de sa mère pour laquelle il se sent fautif arrive toujours à faire du bien autour de lui. Il parvient même à parler avec les animaux! Un pouvoir que je lui envie! 

Je trouve que ce livre est très bon car il fait prendre conscience aux enfants et aux adultes de l’importance de la Nature et du Respect de l’autre. 

Clément2

3 Réponses à “IRINEÏ ET LE GRAND ESPRIT DU MAMMOUTH”

  1. Julia dit :

    En parlant de parler avec les animaux ou les pigeons la communauté des psychiatres a laissé ce message :

    En ce temps de confinement il est normal de parler aux murs, au plantes et aux objets.
    Ne nous appelez pas pour rien. Appelez nous uniquement s’ ils vous répondent.

    J’ai adoré Irineï mais mes parents hésitent à acheter le tome 2 pendant le confinement.
    Bon confinement à tous et bonne journée

  2. SAINT-MARC Leon dit :

    Depuis que nous sommes confinés,les bruits des voitures ont disparu et les chants des oiseaux sont revenus.Le coronavirus a permis à plusieurs espèces de ne pas s’éteindre et les ornithologues ont remarqué que le nombre d’oiseaux a augmenté depuis que nous sommes confinés.L’autre point positif est qu’il y a moins de gaz émis dans l’atmosphère mais la pollution lumineuse est toujours présente ce qui aggrave un peu la vie des oiseaux.
    Le confinement a un peu de bon !

  3. Val Reiyel dit :

    Merci Clément pour ta chronique qui me fait très plaisir!
    Tu as raison, entre John et Irineï, entre Los Angeles ville du désert californien et la toundra glacée de Sibérie, il y a peu de points communs… mais les liens du coeur balayent les différences!
    Je suis contente que tu aies pu réfléchir au respect de la Nature et de l’Autre. En ces temps où nous sommes enfermés, ce sont en effet des thèmes importants sur lesquels nous pouvons nous pencher…
    Désolée pour l’horrible suspense à la fin du tome 1 ;-)
    Et j’adore ton dessin, c’est la première fois que j’en ai un comme ça, montrant Irineï blotti dans les pattes du mammouth…
    Moi aussi j’aimerais beaucoup parler avec les animaux… en ce moment je discute avec les pigeons qui viennent sur mon balcon, c’est une première étape et j’irai vers les loups plus tard :-)
    Merci encore Clément, prends bien soin de toi et de ceux qui t’entourent…
    Val Reiyel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

lesrhetosdelind |
L'année en poésie |
Haizer; ou la magie de la n... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Adorable Rencontre
| juno39