LES 6èmes 6 FONT DU THÈÂTRE !

Posté par rabelaisblog le 24 juin 2013


LES 6èmes 6 FONT DU THÈÂTRE ! dans AUTRES CLASSES visite-theatre-300x225

Au cours de l’année scolaire 2012-2013 les élèves de 6ème 6 ont mené un projet théâtre en 3 temps.

  •   La découverte du théâtre de Saint-Maur et de ses métiers : les  6èmes 6 en visite…

 Le 20 décembre, nous avons eu la chance de pouvoir visiter le théâtre de Saint-Maur de fond en comble : le hall d’accueil avec son exposition sur Le bonheur des dames de Zola, les loges des acteurs, la salle de l’habilleuse, les bureaux administratifs, les 2 salles de spectacle (la grande salle Rabelais et la petite salle Radiguet) et leurs régies, les coulisses et même la fosse d’orchestre sous la scène.

Nous avons assisté pendant un moment à la répétition des pièces Le bonheur des dames  de Zola de Florence Camoin et  C’est la faute à Le Corbusier  de Louise Doutreligne.

Nous avons pu questionner un régisseur, la costumière, le metteur en scène et des acteurs. Nous avons beaucoup appris sur leur métier et nous ne nous doutions pas que le travail était aussi exigeant pour donner vie à une représentation de théâtre.

  •   Les ficelles de la mise en scène : les 6èmes 6 acteurs…

alain-guillo-300x196 dans THEATRE

Le jeudi 21 mars, l’acteur Alain Guillo est venu dans notre classe. Il nous a parlé de son métier et nous a guidés pour jouer des extraits de L’Avare de Molière. Chaque élève est devenu metteur en scène et a donné ses idées.

En faisant jouer le même passage à différents élèves, nous avons constaté que l’on pouvait interpréter un  rôle de multiples façons.

Alain Guillo nous a apporté une aide précieuse en nous expliquant les méthodes et les « trucs » du métier d’acteur. Il a fallu  répéter de nombreuses fois le même extrait de scène. Pour ceux qui regardaient c’était très amusant et pour les apprentis comédiens ce fut un travail fatigant mais très intéressant !

  •  La représentation de L’Avare : les 6èmes 6 spectateurs…

repetition-bonheur-des-dames

Une semaine plus tard, le 28 mars, nous sommes allés voir la représentation de L’Avare au théâtre de Saint-Maur.

Le spectacle a beaucoup plu à tous, en particulier nous avons apprécié de voir les scènes que nous avions apprises par cœur. Même si la langue nous a paru parfois difficile, grâce au jeu des acteurs, nous avons bien suivi l’histoire.

Assister à une représentation de théâtre n’a rien à voir avec regarder un film au cinéma car il y a une proximité avec les acteurs que nous ne pouvons pas avoir avec un simple écran.

Cette pièce bien jouée, aux nombreux effets comiques, nous a donné l’envie de retourner au théâtre.

 Un très grand merci au théâtre de Saint-Maur !

 Ecriture collective des élèves de la classe de français de Mme Meunier

 

Publié dans AUTRES CLASSES, THEATRE | 1 Commentaire »

LE RONDE

Posté par lryf le 26 mai 2013

Improvisation collective en 3°4

LE RONDE dans A ECOUTER les-chevaliers-de-la-table-ronde-300x281

On ne s’en lasse pas, alors une autre version

Publié dans A ECOUTER, THEATRE | 8 Commentaires »

LE PROCES DE LA VENUS D’ILLE – LE FILM !

Posté par rabelaisblog le 23 octobre 2011

 Enfin !!

http://www.dailymotion.com/video/xlvwwn

Publié dans A ECOUTER, THEATRE, VENUS | 1 Commentaire »

A LA RECHERCHE DE MONSIEUR HULOT

Posté par rabelaisblog le 22 juin 2011

Par le Choeur de Rabelais

Sous la direction de M. Touchard

Un film de Monsieur Leraitre,

 Papa de Sébastien Leraitre,  5ème 6.

Image de prévisualisation YouTube

Article lié:
L’excellent site officiel de Jacques Tati : Tativille

Publié dans A ECOUTER, ART ET CULTURE, POESIE, SAINT-MAUR, THEATRE | 13 Commentaires »

3e3 : ULTIMES PRESENTATIONS

Posté par lryf le 22 juin 2011

Image de prévisualisation YouTube

 

Lire la suite… »

Publié dans A ECOUTER, THEATRE | 12 Commentaires »

LA FARCE DE MAÎTRE PATHELIN

Posté par rabelaisblog le 6 juin 2011

ATELIER THÉÂTRE

 

Image de prévisualisation YouTube

 

PATHELIN (depuis son lit, d’une voix mourante) : Guillemette ! un peu d’eau de rose, redresse les oreillers derrière moi. (en colère) Diantre ! A qui je parle ? (Montrant le drapier) La cruche, la cruche ! A boire ! Frotte-moi la plante des pieds.

 

GUILLAUME (depuis la porte) : Je l’entends là !

GUILLEMETTE : Evidemment !

PATHELIN (délirant) : Ah ! Méchante : Viens ici ! (en éternuant) T’avais-je fait ouvrir la fenêtre ? Débarrasse –moi de ces gens noirs qui me guettent ! Abracadabra vade retro Satanas1 Amen ! Amène-les-moi…

GUILLEMETTE : (quittant le drapier : Qu’est-ce ? Comme tu te démènes ! As-tu perdu l’esprit ?

PATHELIN (qui s’agrippe à elle) : Chut ! Ecoute, tu ne vois pas ce que je sens ? Oh ! Un moine noir qui vole. Attrape-le, passe-lui une camisole2 au chat, au chat, comme il monte. (Le drapier, éberlué, se dresse sur la 15 pointe des pieds pour mieux voir.) C’est la grosse bête qui monte, qui monte…

GUILLEMETTE : Enfin, qu’est-ce cela, n’as-tu pas honte ? Eh ! Par saint Guy, c’est trop remuer.

PATHELIN (épuisé) : Ces médecins me tuent avec les drogues qu’ils m’ont fait prendre. Et pourtant, il faut bien leur obéir. Ils nous modèlent comme de la pâte.

GUILLEMETTE  (au drapier, en l’entraînant à l’intérieur :) Hélas ! Cher Monsieur, venez le voir ! Il est au plus mal !

GUILLAUME : Au plumard ?

GUILLEMETTE : Non, au plus mal !

GUILLAUME : Est-il possible qu’il soit tombé malade, en revenant de la foire !

GUILLEMETTE : De quelle foire ?

GUILLAUME : Par saint Jean oui, je crois qu’il y est allé ! (s’approchant de Pathelin, gentil) : Du drap que je vous ai donné à crédit, il me faut l’argent (tout sourire) Maître Pierre, c’est moi…

PATHELIN (son visage s’éclaire) : Ah ! Maître Jean ! (Geste de dénégation du drapier ; Pathelin se lève, se précipite sur son pot de chambre et le tend.) Plus dures que pierres, j’ai chié deux petites crottes noires et rondes comme des billes. Prendrai-je un autre lavement ?

GUILLAUME (en repoussant le pot de chambre) : Est-ce que je sais moi ? Et que voulez-vous que cela me fasse ! Il me faut neuf francs ou six écus !

PATHELIN   (présente au drapier trois objets incongrus) : Ces trois morceaux noirs et pointus, vous appelez ça des pilules ? (en articulant 40 indistinctement) Hi hon han ho ho hi ha ha hoire.

GUILLEMETTE  (traduisant) : Ils lui ont endolori la mâchoire.

PATHELIN : Par Dieu, Maître Jean, ne m’en faites plus prendre, il n’est rien de plus amer. Il lui souffle dans le nez, puis lui présente une cuvette.) A preuve : j’ai tout rendu !

GUILLAUME  (écoeuré) : Mais non, mes neuf francs n’ont point été rendus !

GUILLEMETTE : Rendez-vous à l’évidence ! Allez-vous-en par tous les diables puisque au nom de Dieu vous ne voulez rien entendre !

GUILLAUME : Par le Dieu qui me fit naître, je ne pars d’ici sans mon drap ou mes neuf francs !

PATHELIN  (qui apporte un deuxième pot de chambre) : Et mon urine ? (Il lui tend le pot d’un geste large et asperge le drapier.)

GUILLAUME : Ah !!!

PATHELIN : … Ne vous dit-elle pas que je meurs ? Pour l’amour de Dieu, faites que je ne passe pas de vie à trépas

GUILLEMETTE (Au drapier) : Allez-vous en ! Ce n’est pas charitable de l’exciter ainsi !

GUILLAUME : Saint Placide, priez pour moi ! Six aunes de drap tout d’une pièce… franchement, dites-moi, trouvez-vous normal que je les 60 perde sans rien faire ?

PATHELIN  (assis sur le pot) :Ah ! Maître Jean :[…]

GUILLAUME  (au comble de l’effarement) : Il me faut neuf francs simplement.

GUILLEMETTE : Hélas, vous êtes sans cœur de tant tourmenter ce malheureux. Ne voyez-vous pas qu’il vous croit médecin ! Hélas ! le pauvre chrétien est en grande souffrance : onze semaines, sans aucun répit, qu’il est dans cet état le pauvre homme.

GUILLAUME  :P alsambleu, je ne sais comment cet accident est survenu car je l’ai rencontré aujourd’hui et même… nous avons marchandé ensemble !  C’est du moins ce qu’il me semble ou…je ne sais ce qu’il en est.

GUILLEMETTE  (charmante) : Par Notre-Dame, mon doux Maître vous n’avez pas bonne mémoire. Si vous voulez un bon conseil : un peu de repos vous ferait le plus grand bien. (aguicheuse) Beaucoup de gens pourraient jaser croyant que vous venez me courtiser.(complice) Partez bien vite : les médecins, en arrivant, risquent de nous surprendre.

GUILLAUME  (s’écartant vivement) : je n’ai cure de ce qu’ils pourraient penser, il n’était pas dans mes intentions de … Maugrebleu, qu’est-ce qui m’arrive !! J’étais pourtant sûr… Au fait, n’avez-vous pas une oie sur le feu ?

GUILLEMETTE : Ah ! Bravo ! De l’oie, et quoi encore, Ah ! Monsieur, ce n’est pas une viande pour malade. Mangez vos oies sans venir faire des grimaces, ma foi vous êtes par trop sans-gêne. (Elle le pousse dehors.)

GUILLAUME :Je vous supplie de ne point m’en vouloir mais j’étais persuadé…

GUILLEMETTE : Encore ? (Elle lui ferme la porte au nez)

Anonyme, La farce de Maître Pathelin, XVe siècle, adaptation en français moderne.

 

 

Publié dans THEATRE | 16 Commentaires »

LA FARCE DE MAÎTRE PATHELIN

Posté par rabelaisblog le 25 mai 2011

SCENE 11
(suite de texte)

lafarcedemaitrepathelin.jpg

Pathelin, Guillemette, le drapier, le juge – Chez Pathelin.

Pathelin (rentrant chez lui) : – Que Dieu soit avec vous, Guillemette !

Guillemette : – Qu’Il vous protège !

Pathelin : – Nous avons remporté le procès haut la main !

Guillemette : – Bien ! Et l’argent ?

Pathelin : – Et bien …

Guillemette : – Combien vous a-t-il payé ?

Pathelin : – Je n’ai rien reçu.

Guillemette (haussant le ton) : – Comment, Vous avez remporté le procès et il ne vous a rien donné ?

Lire la suite… »

Publié dans THEATRE | 1 Commentaire »

LES THÉÂTRES PARISIENS

Posté par rabelaisblog le 22 janvier 2011

Image de prévisualisation YouTube

Par Antoine C. , Antoine T et Nicolas, 3ème3

Image de prévisualisation YouTube

Le théâtre de Champs Elysées par Antoine C.

Image de prévisualisation YouTube

La Comédie française par Antoine T.

Image de prévisualisation YouTube

L’opéra Bastille par Nicolas

Publié dans THEATRE | Pas de Commentaire »

THÉÂTRE : ARCHITECTURE

Posté par rabelaisblog le 22 janvier 2011

Image de prévisualisation YouTube

Par Cécile, Mohamed, Walid

Publié dans THEATRE | Pas de Commentaire »

LE THÉÂTRE FRANÇAIS AU XXE SIÈCLE

Posté par rabelaisblog le 22 janvier 2011

 

Image de prévisualisation YouTube

Par Sadio, Lola, Fatima, Celia, 3ème3

ZOOM SUR LES DECORS 

page10.jpg

page11.jpg

Publié dans THEATRE | Pas de Commentaire »

LES COSTUMES AU THÉÂTRE

Posté par rabelaisblog le 17 janvier 2011

            A quoi servent-ils ?

costumes

Au théâtre, les costumes ont une grande importance. Ils permettent au public de différencier chaque personnage, mais aussi de le reconnaître. En effet, au cours d’une pièce, les comédiens ne changent pas de costumes ou très peu pour ne pas troubler le public.

 

Ils réfèrent à la réalité  par leurs liens avec le vêtement d’une époque et ils ont également une fonction symbolique parce quils sont chargés d’une signification forte, celle d’un véritable code vestimentaire. Les costumes varient selon  le genre de pièce (comédie, drame…)

Les costumes servent donc de carte d’identité au personnage. Selon que son vêtement soit troué ou doré, que ses cheveux soient gris ou bruns et qu’il porte des bijoux, on peut l’identifier comme un riche, un pauvre, un vieillard ou même un avare. Ils accentuent les traits de caractère des personnages, et installent parfois à eux seuls l’esprit comique ou tragique  de la pièce.

Les costumes sont  très importants au théâtre. C’est au metteur en scène de les choisir, n’étant que peu décrits dans les écrits des dramaturges.

Les costumes dans le temps

Dans l’Antiquité

Dès l’Antiquité, on connait la notion de costumes. Les acteurs revêtaient des vêtements qui n’étaient pas ceux de la vie quotidienne. Les théâtres étant souvent grands, les costumes permettaient aux spectateurs de reconnaître les personnages. De plus, certains comédiens jouaient plusieurs rôles et changeaient de costumes pour l’indiquer. 

chausure compenséeChaque costume se composait la plupart du temps d’une toge, d’un masque et parfois de chaussures, d’accessoires ou de perruques.

Les costumes différaient selon le genre de la pièce. Pour la tragédie, ils étaient somptueux, les acteurs portaient de longues robes flottantes et des chaussures compensée de 20 cm, appelées cothurnes, qui grandissaient les comédiens. Durant les comédies, les comédiens portaient de simples tuniques et des sandales plates.LES COSTUMES AU THÉÂTRE dans THEATRE masque

Les costumes antiques étaient truffés de codes : des toges pour les hommes libres, des manteaux pour les voyageurs, du tissu jaune pour les courtisanes, des tuniques pour les esclaves et des robes pour les femmes, seuls les hommes pouvant jouer.

Certains accessoires permettaient aussi cette identification: les perruques étaient rousses pour les esclaves et blanches pour les vieux, on mettait un grand nez pour le méchant et une bosse dans le dos pour le philosophe.

Au début, les comédiens étaient juste maquillés, puis pour que cela soit plus voyant, ils adoptèrent les masques. Ceux-ci accentuaient l’expression des personnages. Ils furent d’abord en écorce ou en tissus compressés puis en terre cuite. Ils recouvraient la totalité du visage, sauf les yeux et la bouche, pour permettre au comédien de se déplacer et de s’exprimer facilement. Sur le dessus des masques ,on pouvait placer une perruque ou parfois symboliser un crane chauve.

                                              Au XVIIIe siècle

 Recherches Docs dans THEATREPendant longtemps, le costume n’a représenté que le goût d’un acteur ou la richesse de son protecteur. En France, les classiques étaient joués en habits de cour, ce qui ne permettait pas de reconnaître la classe sociale des personnages ou leur richesse.

 

Dans la comédie et la farce, les costumes étaient souvent influencés par le théâtre italien. Ils étaient très colorés, comme par exemple, le costume l’arlequin. 

C’est à partir du XVIIIe siècle, en recherchant plus de vérité et de nature, que certains acteurs rejetèrent les robes de cour à queue et à paniers et les chapeaux à plumes pour des costumes plus vraisemblables et plus simples. Mais ils étaient peu nombreux car ces nouveaux costumes étaient très peu appréciés par la cour et les nobles, les plus grands quémandeurs de cet art.

Aujourd’hui

Dans le théâtre d’aujourd’hui, les costumes ont moins d’importance que dans l’Antiquité. Ils changent suivant l‘époque où se déroule la pièce. Si cette pièce se déroule dans un passé lointain, les costumes seront crées le plus souvent en fonction de cette époque (des robes pour la renaissance, des toges pour l’antiquité…). Si elle se déroule dans une période proche, ils différeront selon le thème ou le genre de la pièce.

Dans le théâtre du XXIe siècle, les metteurs en scènes choisissent le plus souvent de ne pas prendre de costumes extravagants, mais plutôt de choisir des habits communs pour que l’histoire paraisse véritable et donc que le spectateur puisse se reconnaître dans les personnages.

Quand une pièce se déroule dans le passé, le metteur en scène peut choisir des costumes en fonction de cette époque ou en prendre des plus modernes pour jouer sur le contraste. Plus les costumes sont innovants, plus on a envie d’aller voir la pièce. Le costume est donc un moyen de publicité et permet parfois de rajeunir la pièce jouée.

masqueexposlailapaulinemathilde.jpg

 

 

Leila, Mathilde et Pauline, 3ème3.


Publié dans THEATRE | 3 Commentaires »

DÉJEUNER DU MATIN

Posté par lryf le 8 janvier 2011

Un poème de Jacques Prévert

 
par Amanda, CLA

djeunerluc.jpg


par Sofia, CLA

djeunersofia.jpg
http://www.dailymotion.com/video/x9qh9q

djeunerasmain.jpg

http://www.dailymotion.com/video/x9qi0m

 

djeunerdilan.jpg

 

Image de prévisualisation YouTube

djeunerjunior.jpg

Publié dans A ECOUTER, POESIE, THEATRE | 1 Commentaire »

12
 

lesrhetosdelind |
lesrhetosdelind |
lesrhetosdelind |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Lettre à l'être
| Lettre à l'être