• Accueil
  • > Recherche : icone livre libre droit

Résultats de votre recherche

LÉON

Posté par rabelaisblog le 2 mars 2011

 

Léon

 De Léon Walter Tillage

Ce livre autobiographique, raconte la vie d’un petit garçon noir, né en 1936 dans le Sud des États-Unis après la guerre de sécession. Dans un état, où les droits accordés aux noirs, instaurés dans les états du nord, ne sont pas respectés. Car après La guerre civile qui confronta les États esclavagistes du Sud aux États anti-esclavagistes du Nord (1861-1865) qui se solda par une victoire du Nord, les États du Sud n’acceptèrent pas l’abolition de l’esclavage proclamée par Lincoln en 1865… Les habitants et dirigeants de ces États continuèrent donc de traiter les Noirs comme une « race » inférieure à la  »race Blanche » . A partir de ce moment, nous ne parlons plus d’esclavage, mais de ségrégation. 

Si ce livre était une couleur, ce serait : Le Blanc.

Car c’est la couleur de la Liberté. Une liberté à laquelle Léon aspire. La liberté d’étudier, de travailler, de s’exprimer, de faire valoir ses droits. Des choses élémentaires pour nous, mais inimaginables pour ces Hommes noirs

« A cette époque, les Noirs n’avaient pas droit à la parole. Il leur était impossible de poursuivre un homme blanc en justice. »

victorlincoln.jpg

Lincoln, The Emancipator

« En accordant la liberté à l’homme asservi, nous garantissons la liberté de l’Homme libre, geste doublement honorable de don et de protection. Nous garderons honorablement, ou nous perdrons lâchement, le dernier, le plus bel espoir qui soit au monde. » extrait d’un discours d’Abraham Lincoln, 16e président des États Unis d’Amérique, après l’abolition de l’esclavage, 1865.

Si ce livre était un animal, ce serait  L’Antilope.

victorantilope.jpg

Car les enfants blancs, qui possédaient une belle école avec un bus scolaire, s’amusaient à lancer des pierres sur Léon et ses amis, qui rentraient de leur école à pieds(plus de 7km de trajet), sous l’œil approbateur des adultes. Le seul moyen pour eux de ne pas rentrer la peau en sang, était de courir, courir le plus vite possible pour se cacher. Comme l’antilope qui doit échapper à ses prédateurs.

« Chaque fois qu’on voyait le bus des enfants blancs arriver, on déguerpissait, cherchant un endroit où se cacher. Si le chauffeur arrêtait le bus à notre niveau, on savait qu’on allait avoir des ennuis. »

Si ce livre était un paysage, ce serait  Le Grand  Canyon. 

victorcanyon.jpg

Le grand canyon représente bien le fossé qui sépare les droits des Hommes blancs et ceux des Hommes noirs à cette époque.

« … il y avait le long des routes ce qu’on appelait des Tastee-Freez (Snack). Il y avait là aussi un panneau «  RÉSERVÉ AUX BLANCS » et un autre « NOIRS »… Mais nous, nous devions rester là jusqu’à ce que le serveur se sente d’humeur à nous servir. »

Si ce livre était un végétale, ce serait  Le coton. 

victorcoton.jpg

« The Cotton Pickers » Winslow Homer, 1876.

Car Léon et ses frères et sœurs, devaient, avant et après l’école, aider leur père à s’occuper des récoltes de leur « propriétaire »Mr Johnson. Mais aussi, ramasser le bois, et aller chercher de l’eau au puits, car sa famille et ses  »frères noirs »  n’avait ni électricité, ni eau courante.

Si ce livre était un homme célèbre, ce serait  Martin Luther King. 

victormartin.jpg

Léon, fait référence à Martin Luther King, comme à un homme qui donna aux Hommes noirs, le courage et la force de lutter pour leurs droits. Malgré les fortes répressions des forces de police, qui n’hésitaient pas à lâcher des chiens sur la foule, ces hommes et femmes noirs, manifestaient, pour faire entendre leur cri de détresse.

 Martin Luther King fut le leader du mouvement pour les droits sociaux du peuple afro-américain dans les années 60. Il est part ailleurs connu pour son célèbre discours  » I have a dream » qu’il prononça lors d’une marche pour la liberté, le 28 août 1963 sur les marches du Lincoln Memorial à Washington.

Image de prévisualisation YouTube 

« En prison, il y avait des hauts parleurs qui nous expliquaient que Martin Luther King était un communiste, qu’il travaillait pour les Allemands et qu’il allait briser la paix entre les Blancs et les Noirs. »

Si ce livre était une fête, ce serait : Noël

noelakin.jpg

   Bien qu’à cette époque, les Blancs ne se mélangeaient pas avec les Noirs, une exception existait : Noël ! A Noël, Blancs et Noirs se retrouvaient, et s’offraient des cadeaux, partageaient un repas, le temps d’une soirée. Une autre cérémonie plus triste, réunissait les deux « partis », les obsèques. Dans ce cas là, tout le monde apportait du réconfort et des petit cadeaux à la famille en deuil.

Malgré d’énormes inégalités, il subsistait quelques moment de partage « interracial ».

Si ce livre était une musique, ce serait 

War

victorbob.jpg

de Bob Marley,1976.

Léon, dans son adolescence, s’engage dans la lutte contre le racisme et l’exploitation des Hommes noirs, en manifestant à ses risques et périls…

Dans cette chanson, Bob Marley appelle à l’égalité de tous les hommes.

Image de prévisualisation YouTube

« …. En attendant que la couleur de la peau d’un homme n’ait pas plus de signification que la couleur de ses yeux… » Bob Marley, extrait des paroles de War.

Si ce livre était une peinture du XXe siècle, ce serait 

The builders, de Jacob Lawrence, 1947.

victorthebuilders.jpg

Car on y voit, des hommes Blancs et Noirs, travailler ensemble,à une tache pénible, ce qui, quelques années plus tôt, aurait été réservé aux Noirs… Ce que reflète ce livre en mettant en avant le fait qu’à cette époque, les « nègres  » (mot péjoratif) et donc Léon étaient privés d’instruction.

« … comme nous étions de couleur, tout ce qu’il nous fallait apprendre, c’était à lire notre nom, à l’écrire… »

Et donc, ils n’avaient aucun moyend’accéder à des emplois bien rémunérés et àdes conditions de travail correctes…

« Alors pourquoi aller à l’école ?  … Nous n’obtiendrions jamais un boulot dans une banque ou dans un drugstore »

L’absence d’humanité que l’on observe au Sud des États-Unis à cette période de l’histoire m’a fait comprendre à quel point ce peuple a souffert, et pourquoi, il est essentiel d’accepter la couleur, la nationalité, les coutumes et les différences de chacun des individus qui vit autour de nous. Et pourquoi, l’égalité des droits de tous les Hommes est importante pour maintenir la paix sociale.

5 mots qui définissent ce livre

-     Haine : J’ai été choqué, bien que je connaissais les grandes lignes du traitement qu’on infligeait aux Noirs à cette époque, la violence des actes commis envers ces gens à la peau noire, considérés comme des Hommes sans âme ni sentiment. Comme lorsque le père de Léon, se fait écraser par une voiture conduite par de jeunes Blancs sous les yeux de son fils… Ils auront pour seule « punition » d’aller présenter des exucses auprès de la Famille, sans procès ni condamnation.

-      Persévérance : On se rend compte à la lecture de ce livre, à quel point ce peuple fut courageux ! Malgré les atrocités que l’Homme Blanc a  pu commettre envers son frère noir. Les Hommes noirs se sont battus pour pouvoir faire valoir leurs droits d’être humain, par exemple – et c’est pacifiste – en manifestant dans les rues, par la musique, à travers des icônes de cette révolution (Marcus Garvey, Martin Luther King, etc..), qui poussaient leur « frères et sœurs » à continuer à croire en la Liberté.

La musique qui représente vraiment cette bataille est le Blues, qui à cette époque et encore aujourd’hui, était utilisé pour faire passer un message de d’espoir et de résistance. Le Blues fut inventé par des esclaves noirs originaires d’Afrique, sur le Continent Nord-Américain. Du Mississippi jusqu’à Chicago, ces hommes et femmes ont inspiré bon nombre de nos rockers et artistes contemporains… Pour citer les plus grands d’entre eux, on choisira ( John Lee Hooker, Cab Calloway ) que moi même, j’apprécie beaucoup. Ou dans un autre registre musical encore, Ray Charles qui chanta: Georgia on my mind , composée par Hoagy Carmichael en 1930. Ray Charles l’interpreta en 1960 pour faire face aux lois ségrégationnistes de l’Etat de Georgie. Cette chanson deviendra d’ailleurs par la suite, l’hymne officiel de Georgie.

Image de prévisualisation YouTube    Je trouve cette chanson et surtout cette interprétation magnifique !

-      Désespoir :Certains adolescents et adultes Blancs, en venaient à lapider, à fouetter ou à passer à tabac des enfants, des femmes et des hommes Noirs, jusqu’à ce que mort s’en suivre, pour la seuleet simple raison qu’ils étaient de couleurs… De nombreuses familles furent détruites par ces actes barbares et inhumains.

-      Inégalité: Lorsqu’ un Homme Blanc commettait un meurtre sur un Homme Noir, la justice n’ouvrait aucune enquête et les coupables ressortaient les mains et la conscience propre de cette affaire… Alors qu’un Noir, pouvait être condamné à mort pour avoir bu dans la fontaine d’eau « RÉSERVÉE AUX BLANCS».

Misère En plus d’être mal traité, les Hommes Noirs vivaient dans la misère, pas d’électricité, pas d’eau courante, des rations de nourriture souvent insuffisantes pour nourrir toute une famille, pas d’accès au soins et des vêtements abîmés et en nombre très restreint (car trop coûteux)  » … l’école se terminait à deux heures de l’après midi. Nous fillions directement à la maison… Il nous fallait aller couper du bois et puiser de l’eau pour la nuit « 

Si je devais renommer ce livre, je l’appellerais :

La couleur de l’inégalité.

 

     Victor, 3e3

Articles liés:
LÉON
  Lecture cursive de Mathilde
L’AUTOBIOGRAPHIE (2ème partie)

Publié dans LECTURES CURSIVES | 3 Commentaires »

 

lesrhetosdelind |
L'année en poésie |
Haizer; ou la magie de la n... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Adorable Rencontre
| juno39