• Accueil
  • > Recherche : monde imaginaire

Résultats de votre recherche

LE PROJET STARPOINT

Posté par rabelaisblog le 14 juin 2017

Le projet Starpoint

de

Marie-Lorna Vaconsin

Couverture Le-Projet-Starpoint

Si ce livre était une couleur, ce serait le violet parce que c’est le mélange des deux couleurs omniprésentes dans cette histoire : celui du bleu et du rouge. 

Le rouge est la couleur des cheveux de Foresta et l’emblème du livre : c’est ce qui rend Foresta intriguante, ce que le héros remarque dès son arrivée dans la classe et ce qui est mis le plus en valeur sur la couverture, un peu comme la couleur rouge en général. C’est aussi celle du sang des humains de notre monde (qui est un élément clef du livre car c’est ce qui différencie les humains du monde superposé de ceux de notre monde).                    

Le bleu est la couleur du sang sublittoral et c’est celle du fluide phosphorescent qui est présent dans le lac noir dans lequel Pythagore plonge pour aller chercher Louise.      

Et le violet c’est la couleur résultante du mélange entre le sang sublittoral et le sang humain terrestre ; un liquide (fabriqué par le professeur Deanjii) qui est bu par Pythagore pour acquérir des capacités mentales et physiques impressionnantes mais sans succès ; effectivement, lorsque ce liquide est bu dans le continent sublittoral, il permet aux humains de notre monde de retrouver des capacités normales voir même des capacités fulgurantes ! Mais lorsqu’un humain le boit dans son monde naturel où il « va bien », l’effet est inversé : l’individu se met à parler en « gargouillis », les couleurs deviennent trop criardes, agressives pour les yeux et la personne a un mal fou à faire le moindre geste, comme si elle allait dégringoler.

« … Qu’est ce que ça t’a fait ?

- Ca m’a fait…. Oublier ma peur – je n’avais plus peur de rien… Et puis j’étais plus fort aussi – parce que je n’avais plus de problème, plus de barrière physique, plus de barrière morale. J’avais l’impression de tout comprendre en plus large comme si, à la place de mon cerveau, il y avait la grande mécanique de l’univers. »

« En plus de l’urgence qu’il y a à retourner de l’autre côté de l’angle mort, Pyth se remémore ses impressions, tellement fortes, la fois où il a bu du sang sublittoral… »  

 » La première gorgée est comme un envoûtement de son palais. Il avale deux autres gorgées, coup sur coup, et les effets hypnotiques se propagent jusque dans sa tête et tout le haut du corps ; il reconnaît le goût de vitalité organique, la texture soyeuse ; il sent que son cerveau capte de nouvelles ondes. Pour mieux es recevoir, il ferme yeux, puis boit le reste de la fiole.

(…) Une chaleur collante suinte du visage de Pythagore ; il respire lourdement, comme s’il était sous l’eau, équipé d’une bouteille à oxygène. Un glu impalpable recouvre lentement sa perception du monde. Les couleurs virent en vrombissements ; elles semblent en colère – jaune intense, violet ardent, rouge cramoisi. Il repense à l’exposé de son père « les couleurs sont des ondes » – il imagine leurs fréquences qui vrillent. »

starpoint1a

          problèmes corrigésprofesseur Deanjii (dessin rédactrice*)

Si ce livre était un fruit, ce serait une orange et plus précisément, une orange bleue. Les oranges bleues ont un rôle spécial dans l’histoire. Elles permettent d’aider le cerveau à changer de fréquences ce qui est nécessaire pour passer d’un monde à l’autre.                                                                                                                                                C’est un fruit issu du monde de Foresta, rempli de peptines,  particules qui aident à changer de fréquences.      Sans elles, le cerveau est totalement déboussolé et le corps nauséeux.

« La pulpe du fruit éclate dans sa bouche ; aussitôt son esprit s’apaise et prend de la hauteur.

- Les peptines aident à changer de fréquence. C’est ce que les géographes prennent dans les Territoires Mouvants.

Pythagore ignore ce que sont les peptines et les  » territoires mouvants « , mais il a l’impression de le savoir.

Le soleil se lève sur la rue ; une lumière rasante illumine les vitres, les fenêtres en métal cuivré, les yeux de Foresta.

- Tu as les yeux violets…

- Oui.

Elle est juste une fille. Et lui, juste un garçon. Normalement, c’est une situation qu’il sait gérer.

Il reconnaît la Foresta Erivan du lycée et il ne la reconnaît pas du tout.

Les choses sont presque pareilles et radicalement différentes.

C’est ce qui est troublant : il comprend et il ne comprend pas. »

 

                                starpoint1b

Si ce roman était un sentiment, ce serait l’amour. L’amour, c’est ce qui pousse Pythagore à aller sauver Louise. Il l’aime tellement qu’il est prêt à avancer vers l’inconnu pour elle. Egalement, au fil du livre, un brûlant sentiment d’amour pour Foresta va subjuguer le coeur de Pythagore : il devient passionnément amoureux de cette fille qu’il trouvait précédemment étrange. Pythagore a aussi beaucoup d’amour pour son père, et le voir dans le coma l’attriste énormément.  

« Le visage de Pyth fait doucement connaissance avec ces pommettes qu’il a tant convoitées. Sa main remonte jusqu’à la nuque de Foresta ; se perd dans ses cheveux et dans les creux, derrière l’oreille. Il peut sentir ses lèvres qui l’attirent… comme un aimant… auquel… il ne vas plus… résister longtemps.

Pyth pose ses lèvres sur celles de Foresta.

Il l’embrasse – et plonge dans ce baiser comme on plonge dans la mer.

Elle lui rend son baiser.

Une vague se creuse tout autour d’eux et renverse la terre dans le ciel.

Les lèvres de Foresta sont vivantes, électriques, chaudes, douces, rebondies, rebelles, légèrement humides – pas trop ; il pourrait la mordre – pas trop, il resserre ses doigts sur sa nuque. Comme la première fois, il y a de la résistance dans le baiser de la jeune fille ; elle l’embrasse avec toute l’énergie de son corps mais donne l’impression qu’elle pourrait, à tout moment, se désister. »

starpoint1c


Si ce récit était un signe musical, ce serait un crescendo car ce récit commence en douceur, on suit le quotidien d’un lycéen ordinaire mais au fur et à mesure que l’histoire avance, le personnage principal prend de plus en plus de personnalité et sa vie banale se transforme en une très grande aventure périlleuse. Comme les crescendos, on commence tout bas, la musique ne fait pas vraiment d’effet spécial mais on va de plus en plus fort, la musique prend de plus en plus d’intensité et à la fin du crescendo, la musique est au maximum de sa puissance comme le héros de ce roman, qui remporte l’impressionnante bataille de l’Empoing et se sent surpuissant. 

« Il n’entend plus rien – ni les machines, ni l’orage, ni les particules qui grésillent -, juste le public qui s’est levé et dont tous les visages et toutes les bouches restent en suspens sur un « ooooooOOooooooh » interminable jusqu’à ce qu’il atterrisse enfin.

Pyth se réceptionne en tremblant d’émotion.

Il récupère son filin en tirant d’un coup sec, puis, enveloppé par la douce lumière verte du foyer adverse, il plante enfin son câble réglementaire en plein milieu du bloc de bolt.

La seconde qui suit, le ciel se déchire ; des trombes d’eau se mettent à tomber.

Il vient de remporter la bataille de l’Empoing. »

starpoint1d

                                                             

Texte et rédaction : Anitza                                                                                                                                                                                                                                            Recherche Docs : Noa                                                                                                                                                                                                                                                                    En trois mots : Laure                                                                                                                                                                                                                                                                       ITV : Jeanne Buisine                                                                                                                                                                                                                                                                    Illustrations : Jeanne L                                                                                                                                                                                                                                                                                  Lecture : Jade

 

 

Quelques informations sur l’auteur

L’auteur :  Marie Lorna Vaconsin

IMG_0029[1]

Marie L.V est une femme très polyvalente exerçant plusieurs métiers :

Actrice, elle a joué dans les films suivants : La fête des voisins (sorti en 2010) et la fille du 14 juillet (sorti en 2013)

Restauratrice, elle tient avec sa sœur deux bistrots situés dans Paris

Auteur, elle a écrit deux romans : Le monde des possibles et Le projet Starpoint.

Cette jeune femme d’environs 38 ans écrit le roman « Le projet Starpoint » car étant petite, elle allait avec sa sœur dans un monde imaginaire. Ado, elle comprit qu’elle ne pourrait pas y retourner mais plus tard, en grandissant, elle voulut réhabiliter l’existence de ce monde en un roman. Elle dédie ce roman à une tranche d’age assez large nommé « Young adult » allant d’environs 12 ans à 60 ans. L’auteur n’a pas de site officiel mais tu peux cliquer ici ou la pour mieux la connaitre ( si tu ne connais pas l’histoire de ce roman tu peux aller voir par ici)

L’auteur n’étant pas encore très connue, on ne trouve pas beaucoup d’information la concernant (le deuxième lien parle du roman et non d’elle) . Mais si tu es intéressé, tu peux quand même trouver quelques informations .

Noa Luce

Petite lecture en vidéo de Jade pour donner plus d’envie de lire ce livre !!!!

l

lecture_starpoint_HD_(2)_HomeCinema

 

 Le Projet Starpoint en trois mots:

Aventure, car dans ce livre les personnages vivent des aventure comme lors de la bataille de L’empoing ou quand Pythagore et Foresta passent du monde des « humains » à celui de Foresta. Tout le livre est un peu une aventure.

 Amour, parce que dans Starpoint, comme dit plus haut dans le portrait chinois, une relation amoureuse se crée au fur et à mesure de l’histoire entre Pythagore et Foresta. Leur amitié du début c’est changé en amour vers la fin du livre. Il y aussi l’amour que porte Pythagore pour son père et que porte son père pour lui: l’amour fraternel.

Découverte, car dans ce livre, Pythagore et Louise découvrent beaucoup de choses tel que : l’existence d’un monde superposé au leur, ou la différence entre leur sang et celui des humains de l’autre monde, les oranges bleues du monde de Foresta et par la suite Pythagore va découvrir un certain livre assez important pour Foresta… Mais il y aussi Foresta qui découvre le monde de Pythagore et de Louise et grâce a Pythagore elle va apprendre beaucoup de choses sur son monde.

Appréciation:

Nous avons beaucoup aimé ce livre car l’histoire est assez originale,  les personnages et leurs caractères sont aussi attachants. Il n’y a pas vraiment de moment ennuyeux même quand ils ne sont pas très important pour l’histoire. Il y a beaucoup de choses qui ne sont pas expliquées ou qu’on ne comprend pas forcément alors c’est bien qu’il y ait un tome 2, on pourra aussi enfin connaitre la raison pour laquelle le père de Pythagore s’est fait attaqué et aussi savoir comment Pythagore, Louise et Foresta vont s’en sortir!!

 

*le dessin du professeur Deanjii est inspiré de l’artwork d’un personnage appartenant à la société Game Freak.

Enregistrer

Enregistrer

Publié dans A ECOUTER, SAINT-MAUR EN POCHE | 1 Commentaire »

LES SAGES APALANTS

Posté par rabelaisblog le 4 janvier 2015

Les Sages Apalants

 

IMG_1612

 

                  Chère Marie-Sabine et Bruno 

 J’espère que vous me permettrez de vous appeler par vos prénoms, cela me semblait trop sérieux de dire Marie-Sabine Roger et Bruno Pilorget, alors que j’ai tellement aimé votre livre poème « Les Sages Apalants »qu’il me semble vous connaitre un peu. Je vais vous dire ce qui m’a plu dans cette magnifique histoire :

Je trouve le texte très poétique, d’ailleurs il est écrit comme un poème avec par exemple des rimes embrassées :

« Il dormit dans des nids de plume,

Et se percha sur des roseaux,

Devint plus léger qu’un oiseau,

Plus impalpable que la brume. »

Vous employez des mots imagés et même imaginaires: le Dromadociphère, les Apalants. 

On dirait presque une musique:

« Les Apalants vont à pas lents »,

« Les fleurs couleur safran »

     Et les DESSINS !! Comme ils racontent bien l’histoire. Ils invitent au voyage ce que j’apprécie tout particulièrement  car les récits d’explorateurs me fascinent. Ils ressemblent à de beaux tableaux impressionnistes.

    J’aime beaucoup notamment le premier dessin : la chaleur et la couleur orangée avec le bel oiseau qui invite à entrer dans l’histoire, et puis le palmier majestueux, avec la montagne au loin.

    C’était une merveilleuse idée que de faire un livre illustré pour cette histoire, ça m’a transporté dans un monde rêvé. J’ai lu votre livre d’une traite, puis je l’ai relu et relu encore, jusqu’à imaginer ma propre histoire en regardant les dessins

MERCI encore pour ce moment de bonheur.

Je conseillerai votre livre à tous mes amis.

Marine 6eme8 , votre lectrice admirative 

apalants marine

Publié dans LECTURES CURSIVES | 1 Commentaire »

CHARLIE ET LA CHOCOLATERIE

Posté par rabelaisblog le 27 avril 2014

Charlie et la Chocolaterie

de Roald DAHL

charlie et la chocolaterie

Si mon livre était…

http://www.dailymotion.com/video/x1rrl1o

chien errant

Un ANIMAL…Ce serait un CHIEN DES RUES car Charlie Bucket, le personnage principal du roman, est un jeune garçon qui vit dans une petite maison en bois avec ses parents (Mr et Mrs Bucket) et avec ses quatre grands-parents (grand-maman Joséphine et grand-papa Joe, grand-maman Georgina et grand-papa Georges). Mr Bucket travaille comme simple visseur de bouchon de dentifrice, ce qui ne permet pas de subvenir aux besoins de la famille. Charlie est donc un enfant relativement pauvre qui a faim et qui aime écouter les histoires de grand-papa Joe sur la merveilleuse chocolaterie Wonka,la plus grande et la plus célèbre du monde entier,visible depuis la maison de Charlie. Le petit garçon passe tous les jours devant l’usine de chocolat et y reste pour humer la délicieuse odeur de chocolat qui en sort, tel un chien errant et affamé, qui ne cherche qu’une seule chose: MANGER.

« Deux fois par jour, sur le chemin de l’école, puis au retour, le petit Charlie Bucket passait devant les portes de la chocolaterie. Et, chaque fois, il se mettait à marcher très très lentement,le nez en l’air, pour mieux respirer cette délicieuse odeur de chocolat qui flottait autour de lui.Oh!Comme il aimait cette odeur! »

  Lire la suite… »

Publié dans LECTURES CURSIVES | 5 Commentaires »

AURELIEN MALTE

Posté par rabelaisblog le 12 janvier 2014

Aurélien Malte

de Jean-François Chabas

 

  AURELIEN MALTE dans LECTURES CURSIVES 514zycuxxl._sl500_aa240_

 

 Si mon livre était un animal, ce serait un chien, car le chien est gentil, mais peut être aussi méchant quand on l’embête. Dans le livre Aurélien Malte, le héros de l’histoire qui a été emprisonné pour avoir tué son beau père, n’est méchant que quand on l’embête et il est enfermé comme les chiens de la SPA qui ont envie de sortir et qu’on les aime comme ils vous aiment. Un chien peut égorger son maître s’il le frappe trop, comme Aurélien qui prenait des coups et entendait sa mère en prendre, comme on l’apprend au fil du roman. 

chien en cage

Si mon livre était un objet, ce serait une clef, car au cours de l’histoire Aurélien Malte fait la connaissance d’une dame qui vient lui rendre visite régulièrement. Au fur et à mesure du temps, il va éprouver de l’affection pour cette personne. C’est elle qui lui ouvrira les portes d’un monde nouveau quand il sortira de prison avec une nouvelle vision de la vie,  différente de celle qu’il a connue avant. Cette visiteuse lui apporte de l’affection et il lui écrit des lettres sur un cahier que jamais il n’osera lui donner. Aurélien attend les visites de cette visiteuse impatiemment pour la voir et lui parler.  

cle-pistolet-01-300x132 dans LETTRES

 

 

Si mon livre était un aliment, ce serait un oignon car il est doux et quand on le coupe il fait pleurer sans qu’on le veuille et Aurélien Malte est doux et son histoire d’amour est émouvante car il aime en secret sa visiteuse et n’osera jamais lui  dire tout ce qu’il ressent pour elle. L’écriture l’occupe dans sa cellule et permet à Aurélien de nouer une relation importante qui le sort de sa solitude par l’imaginaire.

oignons

 

 

Si mon livre était un sentiment, ce serait la passion car Aurélien se prend de passion petit à petit pour la personne qui le visite en prison ; il se demande s’il  la reverra ou pas quand il sortira. Son affection se transforme en amour… Pour cela il lui écrit des lettres dans un cahier de brouillon et il n’osera jamais les lui donner !  L’écriture permet à Aurélien de raconter des choses qu’il n’a pas pu dire à cette chère visiteuse.

les-secrets-de-la-passion-300x228

Si mon livre était un métier, ce serait écrivain, car dans sa cellule de prison Aurélien Malte écrit des textes sur ce qui se passe chaque jour, et d’autres choses qui lui passent par la tête. Aurélien écrit pour pouvoir se changer les idées de ce qui se passe en prison.

plume

Si mon livre était un paysage, ce serait la montagne, car dans l’histoire, Aurélien Malte nous raconte que son grand-père est mort dans la montagne et  qu’il l’appréciait énormément  donc j’ai pris la montagne car c’est un très beau paysage de liberté et d’évasion et cela a un rapport direct avec l’histoire du livre. Son grand-père prenait une place énorme dans le cœur de Aurélien. Dans le livre Aurélien nous parle des moments qu’il a passés avec son grand-père étant jeune.

montagne

Si mon livre était une autre œuvre d’art, ce serait le film « Autant en emporte le vent », car au fil de l’histoire, Aurélien nous raconte aussi bien les moments de grande violence quand il se bat avec les prisonniers ou de la douleur solitaire quand il se blesse au sport en essayant de se défouler pour oublier la tristesse de sa vie, que des moments de passion qui vont naître de ses rencontres avec sa visiteuse.

autant_en_emporte_le_vent_174

Mon livre en trois mots :

Ce serait : violence, joie et émotion 

 

Violence car Aurélien nous parle de la violence qui se passe entre les prisonniers, que certains peuvent être blessés gravement ainsi que de la violence que son beau père leur faisait à lui et à sa mère. C’est la violence que son père leur a fait subir qu’il a reproduit ensuite sur son beau père pour se venger des coups qu’il a reçus et l’a tué, ce qui l’a emmené en prison.

 

Joie car malgré  quelques passages, ce livre nous parle de la joie d’Aurélien qu’il a de voir et de rencontrer sa visiteuse. Il nous parle des moments heureux qu’il a vécus avec son grand-père avant qu’il ne meure dans un accident de montagne.

 

Emotion car ce livre est très poignant et nous parle de différents sujets. La visiteuse raconte à Aurélien ce qui se passe en-dehors de la prison, ce qui lui donne encore plus envie de sortir et Aurélien lui raconte des rêves qu’il fait la nuit en précisant que depuis qu’il l’a rencontrée, il rêve d’elle et de son grand-père. La visiteuse raconte à Aurélien des choses joyeuses de ce qui se passe dehors et Aurélien  ce qu’il fait la journée en attendant son retour avec impatience.  

 

 L’auteur :

 

Jean-François Chabas est né en 1967 en région parisienne. Il a principalement écrit des livres adressés à la jeunesse et qui traitent de thèmes différents toujours éducatifs. Il vit aujourd’hui au Pays basque et ses livres ont rencontré un grand succès.

Si je devais renommer le livre et lui donner une nouvelle couverture :

 

Pour le titre je donnerais : Amour à distance

J’ai choisi ce titre, car  la femme qui vient visiter Aurélien  est libre et Aurélien  est en prison… tout les sépare, liberté pour l’une, enfermement et solitude pour l’autre et pourtant…. un sentiment va naître au fil de leur relation épistolaire ! Nous ne  saurons jamais ce qui se passera à la sortie de prison d’Aurélien, ceci laissant libre cours à notre imagination.

 

La couverture que j’imagine:

Amour a distance

 

 Loïs – 4°7  

Publié dans LECTURES CURSIVES, LETTRES | Pas de Commentaires »

LES CRYPTIDES tome 1

Posté par rabelaisblog le 6 juin 2013

LES CRYPTIDES  tome 1  dans LECTURES CURSIVES titre-cryptides2 tire-suite-21 dans SAINT-MAUR EN POCHE

                                                                                                                                          les-cryptides-tome-1-a-la-poursuite-du-kraken-de-moix-933796924_ML

 

 Un titre de la sélection Saint-Maur en Poche 2013

J’ai lu les Cryptides d’Alexandre Moix et je l’ai apprécié pour plusieurs raisons. Pour mettre en valeur ce livre, j’ai voulu rendre compte de cette histoire sous la forme d’un portrait chinois. Pour ce qui est de mon point de vue, je recommande ce livre aux amateurs(trices) de romans de science-fiction et d’aventures, il est assez facile à lire. On peut s’identifier facilement aux personnages, sachant que ce sont des adolescents qui mènent l’enquête, à chaque fois, on a envie de tourner la page pour découvrir la suite, et on s’accroche jusqu’à la fin. En lisant les premiers chapitres des Cryptides, j’ai pensé que l’auteur s’était inspiré du Club des cinq (un autre livre que j’ai lu quand j’étais plus jeune) car il y a des similitudes entre les 2 livres au niveau des personnages : avec toujours 4 jeunes et un animal de compagnie. Mais, au fil des pages se trouvent aussi d’autres mystères que vous allez découvrir en lisant cet article mais aussi bien sûr ce livre. ♥   

Ce livre est le premier tome d’une série de 4. C’est un roman d’aventures (assez proche d’un thriller scientifique) « Les cryptides », ayant pour thème la cryptozoologie. La saga a été écrite par l’écrivain, journaliste et réalisateur Alexandre Moix (né en 1972). Ce roman raconte l’histoire de 4 adolescents Adèle (17 ans), Béa (14 ans), Boris (14 ans) et Tom (9 ans) avec Nono leur petit suricate de 3 ans, surdoué, qui vont passer leurs vacances d’hiver en Norvège, dans un manoir, chez leur grand-père. Ce dernier, est scientifique et fondateur de la cryptozoologie, la science des « cryptides », ces créatures énigmatiques monstrueuses, dont l’existence et les origines restent inconnues. Au même moment, un chalutier fait naufrage en Bretagne et quelques jours plus tard c’est un pétrolier qui va faire naufrage en Norvège dans des circonstances inconnues. Enfin, bref, ces 4 jeunes vont faire de drôles de découvertes et vivre des aventures parfois dangereuses qui les conduira, sur les traces d’une créature monstrueuse : le Kraken….                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Une couleur? Le bleu…..

Pigments_bleu

Si mon livre était une couleur, ce serait le bleu. Tout d’abord, le bleu est la couleur qui représente le ciel mais aussi la mer. Le Kraken, le monstre légendaire en question dans ce livre, est un monstre marin de la catégorie des Cryptides, issu d’une légende scandinave, découvert par le Dr. Abelmans, qui veut démontrer son existence ainsi que les 4 jeunes . Grâce à certaines des sources documentaires du Dr. Abelmans, ses messages et appels, les enfants ont pu découvrir que c’était le Kraken qui était à l’origine des naufrages. Le bleu est une couleur froide qui pourrait représenter le climat polaire du lieu où se passe la majeure partie de l’histoire, la Norvège, ainsi que les autres pays comme l’Irlande, l’Allemagne,et la Bretagne (à Plouarec). 

« Après plus de cinq heures d’un trajet long et éprouvant, le bus traversa un pont suspendu au-dessus de l’océan, reliant la petite ville de Tromso au continent….La ville, située sur une île au bout du pont, déroulait sa langue de lumières sur la mer. Chaque maison était un point de couleur qui scintillait dans les ténèbres. Derrière, sur le continent, les collines enneigés du fjord éclairaient le ciel d’une blancheur pâle….Dehors, la température atteignait les -15°C. On sentait l’influence du cercle polaire tout proche. Les enfants frissonnèrent. »

« Le lendemain matin, Plouarec se réveilla sous la neige. Cela faisait des années que ça n’était pas arrivé. Le vent avait cessé. Le ciel était bas. Gris. Engourdi. Dans le silence du port, de gros flocons dansaient serrées les uns contre les autres…. Un épais drap blanc recouvrait le petit village… Fourbue, la mer s’était retirée, laissant échouer les bateaux couverts de neige. La température avait brutalement chuté pendant la nuit. Un froid polaire obligeait les habitants à rester calfeutrés chez eux. »

                                         Un lieu? Un labyrinthe…….

220px-Cretan-labyrinth-circular-disc.svg

Si mon livre était un lieu, je le comparerais à un labyrinthe. Dés que les enfants arrivent chez leur grand-père, à Sløttsund, en Norvège, il se retrouvent dans un grand manoir, où se cachent aussi de nombreuses histoires étranges et des pièces secrètes. C’est dans l’une d’elle que le Dr. Abelmans travaille à ses recherches en tant que cryptozoologue. Presque toutes les nuits, pendant que leur grand-père, Bob et Ophélie la cuisinière dorment ; Tom, Boris, Béa et Adèle prennent le risque de s’y rendre en cachette dans sa pièce secrète pour trouver d’autres recherches et documents sur l’origine de ces naufrages marins et surtout découvrir un  monstre issu de la légende scandinave : le Kraken. Plus les nuits passent, plus ils trouvent de nouvelles informations parfois surprenantes et ils planifient des voyages à l’étranger. Par exemple ils partent en Allemagne pour découvrir une bibliothèque, et découvrent des choses sur le savant « Pontoppidan » et l’enquête progresse de plus en plus. Il leur arrive parfois de tomber dans des pièges comme quand ils  arrivent en Irlande où ils rencontrent un descendant de Pontoppidan. Mais le jour suivant, il meurt, parfois lorsqu’ils demandent des renseignements à certaines personnes, ces dernières ne savent pas la réponse ou ne les écoutent pas ou sont exclus.

Pour se rendre dans la pièce secrète, ils sont obligés d’utiliser des techniques très rusées, car la pièce est censé être inaccessible.

                                        

                                         Un animal? Un suricate…….

Si mon livre était un animal, ce serait un suricate. Dans la brigade des 4 petits aventuriers, se trouve aussi un animal de compagnie, un petit suricate, que sa maîtresse, Béa, affectionne beaucoup. Mais l’auteur insiste sur le fait que ce petit suricate est aussi surdoué et capable de presque tout: il alerte à la moindre des choses suspectes par des gestes et des mimes, il peut à la fois servir de compagnon, de petit guide pour Béa, Tom, Boris et Adèle et il est très doué aux échecs et aux dames. De plus, un jour, alors qu’ils sont en voyage en Bretagne, avec Bob qui sert d’assistant au Dr. Abelmans (car il est très âgé), un soir où Bob a été enlevé et ligoté par un groupe d’hommes dans une forêt,  le suricate l’ayant aperçu réussit à  le sauver. Mais parfois cet animal fait aussi l’objet de problèmes au sein du groupe. Boris pense que cet animal ne sert à rien, à part courir dans tous les sens. Quant à Béa elle veut absolument le garder, même quand ce ne sera pas possible, sous peine qu’elle refuse de partir à l’aventure avec les 4 autres. L’aînée est toujours obligée de la convaincre. Une fois dans le manoir, ce suricate a pu donner du fil à retordre aux  4 enfants. Il disparaît et les 4 enfants doivent passer une nuit à le trouver sans que personne ne les voie. Finalement, ils réussissent à le retrouver, caché dans la bibliothèque de la pièce secrète du Dr. Abelmans.

Au final, c’est grâce à ce suricate que les enfants ont découvert la fameuse crypte où le Dr. Abelmans travaillait  sur les cryptides. Comme les suricates, les 4 enfants sont toujours unis pour concerter, mais aussi divisés en 2 groupes pour éviter les conflits, mais on ne laisse personne de côté. Les suricates vivent toujours en groupe unis, en dehors de ce groupe, lorsque les suricates s’isolent, ils sont exposés à une mort quasi certaine. De même, pour les 4 aventuriers en lice, s’ils ne sont pas soudés et réunis, qu’une personne sorte du groupe et ne participe pas à l’action, l’aventure n’aura pas lieu, l’enquête ne pourra pas avancer.

« Nono n’était pas un suricate comme les autres. Sauvé d’une d’une inondation en Namibie qui avait détruit tout son clan, alors qu’il n’était qu’un bébé, le fragile animal avait été récupéré puis domestiqué par le Dr. Abelmans, le grand père des quatre enfants. Au grand étonnement de ce dernier, les capacité intellectuelles et psychomotrices du jeune mammifère s’avèrent hors du commun et dépassaient de loin celles de son espèce…..Depuis lors, Nono et les enfants étaient devenus inséparables. Ils formaient tous les cinq une tribu que le suricate protégeait avec dévotion et servait avec fidélité. N’importe quel enfant au monde aurait rêvé de posséder un animal aussi extraordinaire.. Sa splendide fourrure gris fauve, douce comme du duvet d’oie, en faisant un e peluche idéale pour la nuit. Ça avait d’ailleurs été source de disputes quasi quotidiennes pour savoir qui de Béa, de Boris ou de Tom dormirait avant que la question soit définitivement tranchée…Filou, joueur, facétieux il était d’une énergie, d’une patience et d’une gentillesse incroyables. »

Un état d’esprit ? L’esprit d’équipe……..

Si mon livre était un état d’esprit, ce serait bien l’esprit d’équipe. En effet, l’auteur veut nous montrer combien l’esprit d’équipe est un point essentiel pour Adèle, Boris, Béa et Tom, dans cette histoire. Car pour que les aventures continuent et que les recherches progressent, ces 4 personnages doivent rester unis, soudés, il ne faut laisser personne de coté. Or, le fait d’être unis n’a pas été évident pour tous les 4. Boris et Béa, les jumeaux ne s’entendent pas du tout et ils leur est arrivé parfois de se battre, jusqu’à ce que l’aînée Adèle intervienne. Quant à Tom, qui parait plus sage que les autres, il passe tout son temps à s’isoler et à s’enfermer à lire des livres de savants. Même difficulté pour Adèle, bien qu’elle soit l’aînée des 4 pour commander l’équipe et s’intégrer. Quant à cette dernière, elle s’est un jour isolée en pleurant, victime d’un chagrin d’amour, car sa rencontre avec Arno, le jeune serveur du bar et neveu du commandant Galard, a été pour elle, un moment inoubliable, ils sont tous les 2 très amoureux. De plus, ils ont un point commun : Tous les 2 ont perdu leur parents. Le soir en rentrant chez elle, elle s’ absente lors du dîner, jusqu’à ce qu’Ophélie, la désagréable cuisinière de la maison, vienne la chercher mais aussi pour la consoler. C’est l’esprit d’équipe qui a pu  réunir les 4 personnages, et faire progresser l’enquête, chacun participe. Il faut savoir que ces 4 enfants ont des talents hors-normes: Boris est un excellent informaticien capable même de pirater des dossiers confidentiels, Béa est une grande falsificatrice, capable même de faire de faux papiers, des relevés d’empreintes de manière pointilleuse. Tom passe toute la nuit à fouiller des informations et à piquer des dossiers susceptibles d’être intéressants pour la recherche et quant à Adèle, fière de ses 17 ans, elle fait l’interprète, elle sait parler plusieurs langues: l’allemand, l’anglais, le norvégien, et comprend le français, elle fait toutes les démarches administratives. À ce point là, l’auteur veut montrer l’intérêt de l’esprit d’équipe, si on sait s’unir en mobilisant, en regroupant les différents talents et savoirs que possèdent chaque membre de l’équipe, ce qui va ainsi donner de l’intérêt à cette équipe, et éventuellement lui permettre d’effectuer un travail collectif dans de meilleurs conditions en ne cessant de progresser.  

                                         

                     Un tableau? Tempête de neige en mer de Joseph William Turner …..

0hdTempete_de_neige

J’ai choisi le tableau Tempête de neige en mer de William Turner pour décrire ce livre. Ce tableau montre un navire qui va faire naufrage à cause d’une gigantesque tempête de neige dont le vent n’est pas très visible. Je pense que ce tableau montre la violence de ce monstre qu’est bel et bien le Kraken, dont les origines ne sont pas très bien connues. Ce monstre est gigantesque, pas très reconnaissable et dévastateur comme une tempête, il est capable de tout jusqu’à même renverser des navires. Personne n’a su le capturer et le tuer, et son existence n’est qu’une simple légende, selon les populations. C’est pourquoi le Dr. Abelmans veut démontrer son existence, même si les habitants et les médias n’ont plus confiance en lui, qu’ils l’accusent de trahison. Mais avant de découvrir ce monstre, tout le monde pensait qu’ une simple tempête était  à l’origine des naufrages.

« Yan Galard, le capitaine, avait la réputation d’un bourlingueur…. Des intempéries, il en avait connu ! Des tempêtes, il en avait traversé par dizaines. Des orages par centaines. Il avait affronté les vents les vents les plus violents, résisté aux vagues les plus terrifiantes. Plusieurs fois perdu dans des brouillards dont on ne revient jamais, il avait su chaque fois éviter le naufrage….Brouillard, grésil, gros grain ou coup de tabac, il prévoyait tout. »

« La tempête faisait rage. Le vent projetait contre les fenêtres une pluie plus violente encore. Son vacarme infernal soulignait de manière cruelle le drame qui venait de se jouer . Quelque part en pleine mer, le capitaine Yan et son équipage avaient fait naufrage. …

-…la seule tempête que mon oncle n’avait pas prévue…., marmonna Arno, triste et pensif »

  Le saviez-vous ?

Joseph Mallord William Turner fut un peintre anglais né le 23 avril 1775 à Londres et mort le 19 décembre 1851 à Chelsea. Il a réalisé plusieurs paysages différents et aussi des aquarelles. Il effectuait de nombreux voyages en été. C’est l’ un des plus grands peintres de paysages de l’école anglaise, il était très passionné de peinture depuis son enfance.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      

Les cryptides

Les cryptides sont des animaux énigmatiques, mystérieux ou encore non identifiés que la science officielle réfute. Des bêtes encore jamais vues à ce jour ou des monstres que l’on croyait imaginaires ou légendaires mais qui appartiennent à la réalité. Parmi les cryptides, il y a le monstre du Loch Ness, le Yéti, le Kraken, le Grand serpent ou d’autres moins connus mais plus difficiles à lire et tout aussi terrifiants comme le Chupacabras (le vampire de Porto-Rico), le serpent du Congo, la bête de Bodmin Moor ou le Mothman., L’Olghoï-Khorkhoï……..   

                                                                                        

                                                              En 3 mots, ce livre est…

-Passionnant…. Ce livre est passionnant, car il reflète l’histoire de 4 adolescents, qui passent de simples vacances de noël, en Norvège, alors qu’en réalité, tous les 4 vont parcourir des aventures incroyables en faisant des découvertes parfois surprenantes, remplies de surprises et de suspense.

-Nocturne…. Je dirais que ce livre à l’air nocturne. Car la majeure partie du temps, dans l’histoire, c’est dans la nuit que les enfants se retrouvent, se concertent, et partent en cachette dans bibliothèque secrète de leur grand-père, et trouvent de nouvelles informations, sans parler de la nuit Norvégienne qui est très longue par rapport à la nuit française.

-Effrayant…. Ce livre peut être aussi effrayant, tout simplement avec les histoires de monstres légendaires qui sont à l’origine de plusieurs naufrages de navires pétroliers et de disparitions de commandants (selon le Dr. Abelmans). Ces histoires, sont tellement impressionnantes, qu’elles sont médiatisées et font même la une de plusieurs journaux télévisées et de quotidiens norvégiens.

Mais la fin de ce livre est tout simplement…..

… Étrange

 Tant de questions sans réponses…. Incroyables et inimaginables, c’est en relisant ce livre, que j’ai découvert ceci. J’ai remarqué qu’il faut être très attentif car les vraies réponses se cachent dans le livre, le but de l’auteur est peut-être qu’on lise le livre en entier, sans décrocher. C’est souvent dans les passages les moins passionnants qu’on peut trouver de précieuses réponses, mais on est tellement plongé dans l’action qu’on a parfois tendance à passer à côté de la plaque. A la fin on se sent pris au piège, par l’envie de lire le tome suivant pour découvrir la vérité toute entière, alors qu’elle est cachée dans le livre.

Je vous recommande également le 2ème tome de la saga le livre (ci-dessous) que vous allez découvrir grâce à l’interview de l’auteur (Alexandre Moix) faite par le site de littérature destiné à la jeunesse   » Les Histoires sans fin » qui cache aussi un autre mystère…..  Mais les réponses se cachent-elles vraiment dans ce tome suivant?

                                                                                       CRIPTIDES2                                                                                                                                                                                                                                                                     http://www.dailymotion.com/video/x9nmdv                                                                                             

                                                                   

      Si mon livre devait avoir un nouveau titre, Je choisirais……

                                                                                                                                           nouvelle-couverture-cryptides                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

      Si je devais poser 5 questions à l’auteur, ce seraient:  

1) De quoi vous êtes-vous inspiré pour écrire Les Cryptides?

2) étiez-vous passionné par les créatures légendaires?  

3) Est-ce que Adèle, Béa et les garçons vont découvrir le mystérieux animal de l’aquarium au cours des autres tomes?

4) Allez-vous continuer d’écrire d’autres tomes sur les cryptides?

             5) Et la question tant attendue de tous: Nono est-il aussi un cryptide?  (vu ses capacités)      

Tharsiny 3°4*

Publié dans LECTURES CURSIVES, SAINT-MAUR EN POCHE | 1 Commentaire »

MON ANGE D’ELEONORE CANNONE

Posté par rabelaisblog le 22 juin 2012

MON ANGE D'ELEONORE CANNONE  dans LECTURES CURSIVES

Coca_Cola_Elle_va_changer_sa_recette_aux_Etats_Unis dans SAINT-MAUR EN POCHESi ce livre était une boisson ce serait du COCA -COLA car nous trouvons cette boisson  sucrée, énergisante mais aussi pétillante. Dans ce livre il y a des passages palpitants qui nous rappellent des bulles pleines de surprises (il y en a toujours une pour nous chatouiller la gorge).  Le côté énergisant et sucré de la boisson nous maintient en éveil et nous donne envie de la finir tout comme on a envie d’aller au bout des nombreuses aventures à rebondissement de ce roman. Il arrive toutes sortes d’aventures à Edmond (le personnage principal). Il se fait renverser par une voiture, il a un ange qui lui arrive une fois soudainement pour lui dire de reculer alors qu’il allait traverser une route au feu rouge, il sort avec la plus belle fille du lycée… Il vit dans un univers ou le plus important pour lui c’est le skate.  

 

Si ce livre était un personnage imaginaire ce serait une SORCIÈRE car certaines sorcières sont cruelles, laides, et font parfois peur… Au milieu de ce livre Edmond est méchant avec tout le monde, il insulte la sœur de son meilleur ami, se dispute avec lui et adopte le même comportement avec son ange. Il devient méchant car il se sent suffisamment puissant pour vivre sa vie tout seul sans l’aide de personne. Mais comme la plupart des sorcières de contes de fée après mûre réflexion il se transforme en personnage gentil et attentionné…

laurenesorcireEmma et Laurène 5°8

Chère Eléonore Cannone,

Je suis heureux de pouvoir enfin t’écrire pour te dire que je suis déçu et content à la fois du rôle que tu me donnes dans ce livre. Je trouve ça « cool » d’être le personnage principal, j’adore me sentir important, être un héros… Ce qui me plaît aussi, c’est que les aventures  se déroulent dans l’univers du skate, mon hobby favori. Ça change du foot !! En plus, c’est plutôt chouette de ta part de me confier à un ange, celui qui apparaît pour m’empêcher de traverser alors que le feu est vert. Il m’a sauvé la vie et il m’a tellement fait progresser en skate, cet ange, que j’aurais presque pu gagner ce concours si je ne m’étais pas fâché avec lui au point de le faire disparaître… et d’avoir un accident alors que je traversais une route en courant. STOP !!! C’est bon maintenant, assez de compliments, passons aux points négatifs !

Je ne comprends pas pourquoi tu me fais devenir méchant au milieu de l’histoire… Pourquoi me mettre dans les bras de la plus belle nana du lycée alors que c’est une peste ? Pourquoi suis-je si maladroit ? (traverser deux fois une route en frôlant la mort faut le faire quand même) Pourquoi me faire insulter la sœur de mon meilleur ami ? Tu vas peut-être trouver une excuse en me disant que je ne savais pas qui elle était mais tout de même… je n’aime pas ce rôle de méchant, qui se fait piéger par une fille pas sympa.

Enfin, sans rancune, ce livre est super, j’aime trop être un héros… même si ça ne dure pas ! Merci de l’avoir écrit.

Edmond

Publié dans LECTURES CURSIVES, SAINT-MAUR EN POCHE | 2 Commentaires »

LES MOTS – JEAN-PAUL SARTRE

Posté par nirvamaster le 28 mai 2012

 

LES MOTS - JEAN-PAUL SARTRE dans LECTURES CURSIVES les-mots_couv

Les Mots est un livre autobiographique qui reprend la vie de Jean-Paul Sartre, célèbre écrivain et philosophe français ayant vécu au 20ème siècle. Cette autobiographie publié en 1964, raconte en plusieurs parties la vie de l’écrivain en commençant par ses origines familiales et en finissant par une réflexion sur sa vie.

Il doit jouer la comédie pour plaire à sa famille et il s’enferme dans un monde imaginaire . Il parle de sa passion pour la littérature qu’il acquiert très jeune. On découvre par la suite que Jean-Paul Sartre n’étant pas très doué à l’école change plusieurs fois d’établissements. Il se passionne pour le cinéma et entreprend  d’écrire. D’abord en vers, par lettre à Karl puis, des petites histoires imaginaires en prose. On le retrouve ensuite dans une période de «non écriture» pendant  la 1ère guerre mondiale mais qui va quand même l’inspirer pour écrire de nouveaux récits sur le sujet. Jean-Paul croit aussi que le «Tout Puissant» n’existe pas et que c’est le «Saint Esprit» qui dirige sa vie. Il conclut le livre en expliquant qu’il s’est engagé entièrement dans ses ouvrages.

Un animal ???

oiseau dans PHILOSOPHIE

Si mon livre était un animal, ce serait l’oiseau.

Car comme dit précédemment, Jean-Paul s’enferme dans un monde imaginaire où il se sent libre ainsi coupé du monde réel . L’oiseau est un des symboles du rêve et de la liberté. L’oiseau symbolise aussi la découverte qui est un des atouts fondamentaux d’un écrivain, on voit dans le texte que Jean-Paul qui ne connait pas le cinéma le découvre avec curiosité et passion ce qui le pousse à rêver encore plus loin.

Un objet ???

 dans RECITS

Si mon livre était un objet, ce serait un livre 

comme on le voit dans l’autobiographie, Les livres sont pour lui des objets mystérieux. En observant ses grands parents se disputer sur leurs goûts  littéraires il se mit en tête que seul la littérature méritait d’être lue. Malheureusement il ne savait pas lire et les livres qui lui étaient prêtés n’étaient pas significatifs pour lui.

Le livre est aussi son domaine de travail et de repos, c’est un recueil de savoir.

Un sentiment ???

189e55ab

Si mon livre était un sentiment, ce serait l’amitié

Jean Paul Sartre dans son enfance était une personne plutôt asociale. Quand il entra au collège ce fut un grand changement dans sa vie, il n’avait pas l’habitude de travailler en groupe mais grâce à l’aide de son professeur principal, ses résultats remontèrent et il commença à se  sociabiliser. Il perdit pendant un temps le goût de la littérature pour se consacrer à ses amis. Je crois que cette période a été un grand changement pour lui car toujours axé sur sa mort, Jean Paul pensa alors plus à sa vie et tout ce qui en découlait.

Un tableau ??? 

tableauMagritte

   Si mon livre était un tableau, ce serait « La belle société » de René Magritte

Dans ce tableau, on voit la double vie que Sartre mène durant son enfance où il essayait de plaire aux membres de sa famille. Tous ses faits et gestes répondaient aux attentes de ses proches. Mais d’un autre côté, on retrouve un enfant rêveur, passionné de littérature étant un peu seul. Cela dura jusqu’à ses neuf ans. 

Phrases clés du livre

« Ce n’est pas tout de mourir ; il faut mourir à temps. »

Comme on le sait, Jean Paul Sartre est passionné par la mort qu’il craint mais qui le fascine en même temps .

« J’étais un enfant, ce monstre que les adultes fabriquent avec leurs regrets. »

Cette phrase est très connue comme une illustration concrète de son enfance et de sa vision des choses.

« Le génie n’est qu’un prêt: il faut le mériter par de grandes souffrances,
par des épreuves modestement, fermement traversées. »

Ma préférée ! Elle montre bien la dureté du travail quand il faut atteindre un but précis.

 

 

Un nouveau titre pour le livre

9782070366071-177x300

L’existentialisme

dyn008_original_450_300_pjpeg__c9b26efc44a9e8e510aa23a196926eec

Courant philosophique du XXe siècle que l’on doit à Jan Paul Sartre qui affirme que l’homme est libre, qu’il n’est pas déterminé. C’est ce qu’il fait et ce qu’il va faire qui détermine ce qu’il est. L’homme doit trouver sa juste valeur et doit décider par lui même des ses actions. Dans ses ouvrages, Sartre déclare que dieu n’existe pas et que c’est l’existence qui précède l’essence.

Interview de Sartre

Jean Paul Sartre était un personnage très médiatisé par ses discours de solidarités mais aussi par ses pensés politiques et philosophiques.

Image de prévisualisation YouTube

 Quentin Rosso 3ème2

Publié dans LECTURES CURSIVES, PHILOSOPHIE, RECITS | Pas de Commentaires »

L’ ARBRE AMBRE

Posté par rabelaisblog le 19 mai 2012

 

L’Arbre Ambre

                                                                   L' ARBRE AMBRE   dans RECITS DSCF0069-300x240
(inspiré d’une histoire vraie)

Notre père nous avait mis en garde contre lui, « L’arbre Ambre », « L’Arbre des Animatranis*«  ou aussi appelé « L’abre des djinns* »(djinn*: fée ou démon). Il nous avait raconté que ce jujubier avait été planté autrefois par un arrière-arrière-arrière oncle de notre famille nommé « Ambre »(prononcé « Anbar » en arabe). En fait, tout le monde disait qu’il était maudit, et on pouvait le prouver par des phénomènes très spéciaux … Pour que vous compreniez de quoi cet arbre est capable, il faut que je vous raconte tout ce qu’on sait de lui et les histoires qui courent à son sujet.

La première histoire que papa nous a raconté, c’est l’histoire de Aïcha Kandicha. Ce démon est capable de changer de forme mais quand il montre sa véritable apparence … on se rend compte que c’est une femme avec des pieds de vache ! Voilà l’histoire de Aïcha :

Un paysan était dans son jardin en train de cultiver sa terre quand il entendit qu’on toquait derrière le mur du jardin, il n’alla pas ouvrir. C’est alors qu’il vit une jambe passer par-dessus le mur (qui faisait au moins deux mètres) puis une autre ! Une femme avec un enfant dans les bras atterit juste devant lui, elle lui dit :

« - Donne moi du lait

- De quel droit me donnes-tu des ordres et rentres-tu chez moi sans mon accord, vilaine sorcière ! »

À ces mots, la femme s’approcha lentement de l’homme, le dévisagea puis, ouvrit grand, grand, GRAND la bouche! Elle avala le paysan tout cru !

Ceci n’est qu’une légende africaine comme les autres mais il y a eu des témoins et ce n’est pas fini !

Une autre histoire, mais celle-ci bien réelle, est arrivé :

Après cette histoire de paysan dévoré par Aïcha vue près de l’arbre, un bûcheron décida d’aller couper l’Arbre pour en finir une bonne fois pour toutes ! Une fois arrivé au pied de l’arbre, il commença son travail mais, même après une demi-heure à essayer de couper l’Arbre par le tronc, le jujubier n’avait toujours pas une égratignure. L’homme décida donc de couper les branches de l’Arbre mais il commençait à faire tard…il en coupa une seule, puis il décida de rentrer chez lui et de reprendre le travail le lendemain.

Le lendemain matin, il voulut se lever mais … ses deux bras étaient paralysés ! Il consulta les meilleurs médecins du Maroc mais aucun ne fut capable d’expliquer ce qui lui arrivait. Aujourd’hui, l’homme n’a toujours pas retrouvé l’usage de ses bras et partout, on raconte que c’est l’Arbre qui l’a puni de lui avoir coupé une branche … Vous voyez que cet arbre est dangereux !

Avec tout ça, on aurait dû avoir les chocottes mais non, même quand on est allé le voir, nous, les deux sœurs rebelles, on n’avait pas peur ! Lire la suite… »

Publié dans RECITS, TOUR DU MONDE | 7 Commentaires »

ERAGON

Posté par nirvamaster le 1 mai 2012

 

ERAGON

ERAGON dans LECTURES CURSIVES eragon-193x300

 

Ce livre est un de mes livres préférés car il relate une histoire hors du commun, celle d’un jeune paysan nommé Eragon. Il découvre un œuf de dragon et il passe du jour au lendemain de simple paysan à  dragonnier étant à la tête d’une armée de rebelles dirigée contre le pouvoir de Galbatorix. Ce livre nous rappelle notre enfance, en montrant toute la beauté de l’Héroic Fantasy. Il a été écrit par un jeune romancier du nom de Christopher Paolini qui avait 16 ans au début de l’écriture du livre. Ce livre étant un succès énorme, il a été adapté au cinéma. Il est suivi de 3 autres tomes. Avec un style bien à lui, l’auteur nous fait découvrir un monde merveilleux où malheureusement règnent la guerre et le chaos mais où une seule personne peut tout changer.

l__oeuf-300x176 Eragon dans Moyen-Age Si mon livre était une couleur, je choisirais le bleu qui représente l’eau, le ciel et le voyage lointain. Il symbolise l’infini, le divin, le spirituel. Il est associé à la fraîcheur et à la pureté. Le bleu est aussi la couleur de la paix. Dans le livre, Eragon qui mène une vie tranquille trouve un œuf bleu d’où sort une dragonne. Après cela, il part à la conquête du ciel.

 

Voici un extrait où Eragon décrit l’œuf juste après sa découverte :

 » Aucune pierre n’était naturellement aussi bien polie que celle-ci. Sur la surface bleu foncé, sans défaut, de petites veinures blanches dessinaient comme une toile d’araignée. La pierre était froide et lisse sous les doigts du garçon, telle de la soie rigide. »

dragon-300x267 Fantastique dans RECITS  Si mon livre était un animal je choisirais le dragon. Cet animal Céleste qui passionne les hommes depuis plusieurs siècles est l’animal favori des romanciers de « médiévale fantaisie ». C’est un animal d’origine religieuse et imaginaire tout comme le sphinx et la sirène. Selon les légendes, les dragons auraient la forme de reptiles volants, crachant du feu. On retrouve le dragon sous le nom de Saphira dans le livre comme adjuvant et qui aide le héros tout au long de l’histoire. Le nom d’Eragon est aussi tiré du mot dragon. Plus d’infos ->

Si mon livre était une œuvre d’art je choisirais Dragon Rider d’un peintre que je ne connais pas. Ce tableau représente un dragon et son dragonnier sur le haut d’un rocher. Il représente aussi le côté guerrier du dragonnier qui combat les forces du mal au côté de son dragon. Ce tableau définit parfaitement le lien qui unit Eragon et Saphira.

evan_shipard-204x300 Moyen Age Bibliographie Littérature jeunesse

 Si mon livre était une musique je choisirai la musique officielle de pirate des caraïbes. Cette musique jouée par un orchestre symphonique représente l’aventure dans un monde inconnu comme dans le livre où Eragon, chevauchant sa dragonne, vole dans le ciel infini. Certain extraits de cette musique montre un aspect parfois sombre, mais aussi parfois joyeux.

Image de prévisualisation YouTube

 

Battle_of_crecy_froissart-300x258Si mon livre était une période de l’histoire, je choisirais le Moyen-Age. Cette période est beaucoup romancée par divers auteurs comme J. R. R. Tolkien (Seigneur des Anneaux) ou encore Robert E. Howard (Conan le barbare). C’est à cette époque qu’apparaissent diverses légendes liées en majeurs partie à la religion, comme la légende des templiers ou encore Le conte du Graal. C’est aussi l’époque des chevaliers et des châteaux forts. L’histoire se déroule durant une époque médiévale, où les chevaliers et rois ont le pouvoir sur leurs sujets. On remarque souvent au cours du Moyen-Age que des révoltes éclates contre le pouvoir des rois à cause de la famine… Plus d’infos ->

Voir la bibliographie sur le Moyen-Age

 Voir aussi :

Eragon, sortie en 2006 et ayant obtenu 3 nominations dans les festivals. Il est réalisé par Stephen Fangmaier et il est produit par plusieurs sociétés dont la 20th Century Fox. Il relate l’histoire d’Eragon tome n°1, mais malheureusement, quelques différences sont frappantes comme les oreilles pointues des elfes qui n’apparaissent pas dans le film ou encore la disparition de Joed,...  Plus d’infos ->

Image de prévisualisation YouTube

Mon livre en 3 citations

- »Si tu veux être heureux, Eragon, ne te préoccupe ni de l’avenir, ni de ce sur quoi tu n’as aucun contrôle. Concentre-toi sur le présent et sur ce que tu peux changer. »

-Roran à Eragon : « La mort nous définit. Elle nous guide, elle nous forme, elle nous rend fous. Es-tu encore humain si tu n’es plus mortel ? « 

- » Le sage ne se soucie pas de l’avenir; il boit, il chante, fait ripaille et profite des joies de ce monde tant qu’elles s’offrent à lui. »

Eragon est un livre qui reprend la vie d’un jeune adolescent ayant des problèmes d’adolescence mais qui doit devenir rapidement un homme pour faire face à Galbatorix. Au cours de son aventure, il rencontre divers personnages qui l’aideront et qui lui apprendront à devenir un homme. C’est cet aspect là qui passionne les adolescents qui lisent le livre.

Nouveau titre pour mon livre

eragon-tome-1-216x300

 

Le genre littéraire: Fantasy

 Paolo_Uccello_047-300x223

C’est un genre littéraire qui présente un ou plusieurs éléments irrationnels qui relèvent généralement d’un aspect mythique et qui sont souvent incarnés par l’utilisation de la magie.

Voici quelques sites en rapport avec ce genre littéraire :

Sur Wikipedia pour une description complète du genre

Sur Fantasy.fr pour l’actualité en rapport littéraire ou cinématographique

Sur Fantasy Forum pour les discussion sur le genre

 Liens Utiles

Sites en rapport avec Eragon (livre) :  Sur le site officiel ; Sur un forum  ; Sur Wikipedia 

Sites en rapport avec Eragon (film) : Sur Allociné ; Sur Dpstream  ; Sur Wikipedia

Sites en rapport avec les dragons : Sur Cosmovisions ; Sur Dragon Céleste ; Sur Wikipedia

Sites en rapport avec le Moyen-Age : Sur An1000 ; Sur Moyen Age.org ; Sur Wikipedia


Quentin, 3°2

Articles liés :

CHRISTOPHER PAOLINI SERA SAMEDI À LA GRIFFE NOIRE

CHRISTOPHER PAOLINI à la librairie La Griffe Noire

 

Publié dans LECTURES CURSIVES, Moyen-Age, RECITS | 3 Commentaires »

CHRISTOPHER PAOLINI SERA SAMEDI À LA GRIFFE NOIRE

Posté par rabelaisblog le 26 avril 2012

CHRISTOPHER PAOLINI SERA SAMEDI À LA GRIFFE NOIRE dans ART ET CULTURE eragon-griffe-noire1-300x47Christpher Paolini, Vous le connaissez ?

C’est l’auteur de la série  Eragon :  L’Aine, Brisingr, et de L’Heritage 4eme tome de la saga à succès!!!.

Il sera à la Griffe Noire le 28 avril à 17 h 30  pour dédicacer vos livres Eragon (pour plus d’infos, cliquez ici!!!).

N’hésitez pas ! Si vous connaissez cet auteur, rajoutez des informations sur lui ! :)

Précisez dans un commentaire les questions que vous aimeriez lui poser et nous les poserons pour vous.

Il a commencé à écrire Eragon à l’âge de 15ans !!!

eragon-griffe-noire dans RECITS


           Envie d’aventure ? Quelle question ! Qui cracherait sur une envolée fantastique avec le père d’Eragon ? Mais attention, ce voyage n’est pas sans risques ! Pensez à nourrir vos sacs d’une bouteille de rêve, d’ un peu de folie, d’une ou deux paires d’imagination et de votre dragon à vous.

           Eh oui ! Que croyez-vous ? Qu’il ne reste vraiment que trois dragons en ce monde ? Pfff… Mais cette flamme au creux de votre cœur qui fait pétiller vos yeux avides de péripéties entre l’imaginaire et le réel, ce feu qui fait vibrer vos mains inquiètes qui tournent les pages fébriles de VOTRE histoire, d’où pensez-vous qu’elle vienne ? Apprenez votre langue ardente auprès de notre grand manitou Christopher Paolini, qui se posera, rien que pour vous, le samedi 28 entre les griffes noires de votre librairie favorite.

          Alors préparez vos questions et montrez lui que les élèves de Saint Maur sont en voie de devenir les plus grands dragonniers de tous les temps ! Acérez vos remarques, étirez votre flair, envoutez de formules elfiques vos flèches de savoir et venez participer à la joute amicale et littéraire avec nous !

         Les dragonniers ne prennent pas de vacances voyons ! (Bon… je regrette déjà d’avoir écrit cette dernière phrase…)

       « Atra esterni ono therlduin, Mor’nan lifa unin hjarta onr, Un du evarinya ono varda », comme disent nos amis les elfes. Le ou la premier(e) à trouver la traduction et à la poster en commentaire gagnera… Rien du tout, si ce n’est de la fierté et le droit honorifique de se gratter l’oreille gauche !

 Un lycéen qui cajole toujours ses premiers pavés

Venez nombreux !

Publié dans ART ET CULTURE, RECITS, SAINT-MAUR | 10 Commentaires »

HALO : L’ AMOUR INTERDIT

Posté par rabelaisblog le 29 février 2012

 

Halo: L’Amour interdit

par François 5°8

HALO : L' AMOUR INTERDIT   dans A ECOUTER Francois-Halo-Alexandra-AdornettoDe Alexandra Adornetto

lamour-246x300 dans LECTURES CURSIVESSi ce livre était une émotion, ce serait l’amour car toute l’histoire est basée sur la relation entre Bethany, un ange, et Xavier, un mortel. Tout les oppose: l’ange, pour les hommes, est un être spirituel qui ne peut s’incarner sur Terre; l’homme, pour les anges, est un être de chair et de sang qui ne fait pas partie de son monde. Ces deux mondes coexistent mais ne se rencontrent pas habituellement. A travers ces deux êtres que tout oppose , l’auteur va construire une histoire d’amour a priori impossible. L’amour est, en effet, un sentiment profond qui peut défier toutes les difficultés et les différences entre les êtres.

  »- Peut-être, sauf que cet amour et sans espoir. Ton devoir est de faire preuve de compassion envers toute l’humanité, donc tes sentiments exclusifs pour ce garçon vont à l’encontre de ta mission. Vous venez de mondes différents. Votre histoire est impossible. Tu as mis en danger ta propre vie et la sienne ».

Si ce livre était une partie du corps, ce serait le coeur car les anges sont la bonté incarnée et ils ne peuvent faire de mal à personne sauf lorsqu’ils sont attaqués par les forces du mal. Ils représentent toutes les valeurs et les qualités auxquelles l’image du cœur renvoie: l’amour de son prochain, la générosité, l’esprit de sacrifice, la volonté de paix et d’entente entre les hommes mais aussi le monde des sentiments, souvent complexe et contradictoire, comme l’amour que ressent l’ange Bethany pour le mortel Xavier, qui la détourne de sa mission première sur Terre (combattre le mal et ne pas dévoiler aux hommes qu’elle est un ange ) pour vivre un amour terrestre avec Xavier.

 » Mon corps était aussi fragile que celui des humains. C’est d’ailleurs cette fragilité qui inquiétait Gabriel. Mais on m’avait choisi pour cette mission, justement parce que j’étais plus en phase avec les humains que les autre anges ».

Si ce livre était une saison, ce serait le printemps car tout comme les bourgeons fragiles et tendres au début du printemps, les anges n’ont aucune connaissance du monde des humains et n’y sont pas préparés au début du roman. Puis, au cours de l’histoire, comme les bourgeons au cours du printemps, ils s’ouvrent au monde et grandissent avec lui.

« Chaque fois que je saisissais un objet, le m’émerveillais de sa fonction. Je trouvais la vie des humains extrêmement  compliquée… Il y avait des appareils pour faire bouillir l’eau, des prises dans les murs pour l’électricité, et toutes sortes d’ustensiles de cuisine et de salle de bain destinés à faire gagner du temps et à améliorer le confort ».

pentax-cameleon-appareil-photo-personnalisable-image-393234-article-ajust_650-300x199Si ce livre était un animal, ce serait un caméléon car cet animal se fond dans son environnement en changeant ses couleurs. Il se camoufle ainsi au danger et ne se fait pas repérer par les prédateurs. Tout comme lui, les anges arrivant sur Terre s’incarnent dans de jeunes adolescents pour entrer en contact avec les hommes sans se faire repérer. Ils doivent tout apprendre des habitudes humaines qui leur sont parfaitement étrangères: les habitudes alimentaires, les comportements mais également les sentiments. L’ange Bethany s’y fait prendre d’ailleurs. Elle devient tellement proche des humains qu’elle est la plus humaine des anges. Ainsi en devenant humaine, elle n’est plus immunisée contre la douleur et les sentiments. Elle devient fragile aussi bien physiquement qu’émotionnellement. 

« Nos contacts avec les humains se limitaient au strict minimum. Nous faisions les courses le soir dans la ville voisine, Kingstone, nous ne laissons entrer et ne répondions pas au téléphone. »

Si ce livre était une oeuvre d’art, ce pourrait être L’Annonciation fait à Marie de Titien. Dans ce tableau, le peintre  Titien représente le moment où le divin s’incarne en un ange pour annoncer à Marie qu’elle porte l’enfant Jésus. L’archange Gabriel descend sur Terre pour porter ce message au monde des hommes. Titien peint le monde du divin illuminé d’une lumière dorée et peuplé par des anges qui représentent la bonté et l’innocence. Marie, qui appartient au monde des hommes, est peinte dans une partie du tableau aux couleurs plus sombres. La jonction entre ces deux mondes est réalisée par l’ange Gabriel. Le livre de Alexandra Adornetto raconte également la rencontre entre ces deux mondes. Trois anges s’incarnent dans de jeunes adolescents Bethany, Gabriel et Ivy, pour porter un message de paix aux hommes et les défendre des  forces du mal. Ils ont mission de se taire mais Bethany l’annoncera au mortel Xavier. L’auteur s’inspire de l’univers biblique (les anges et ce qu’ils représentent, les ténèbres et les démon ) pour raconter une histoire d’ombre et de lumière, d’attirances et d’opposition, de réel et d’imaginaire (ou de spirituel), d’amour et de mort, de guerre et de paix.

Lettre à l’auteur.

Venus Grove

le 5 Janvier 2012

          Cher auteur, cher Alexandra Adornetto,

je vous écris pour vous remercier de m’avoir permis de descendre sur Terre, moi qui suis un ange. Ma première découverte ce fut la couleur et la beauté des paysages; j’étais émerveillée. Toutes ces couleurs réunies dans ce même endroit pour la première fois, c’était magnifique et inattendu pour moi qui vient d’un monde où tout est blanc. Le chaud, le froid, le doux, le rêche, ces sensations étaient nouvelles pour moi. J’ai vraiment aimé découvrir le monde des humains: la famille de Xavier m’a semblé très unie, même si les relations entre eux sont compliquées (je ne suis pas sûr d’avoir tout compri ). Mais aussi les différents caractères des humains: calme, sérieux, coléreux, naïf,… et plein d’autres encore.

Quand j’ai fait la découverte de Fantôme, un petit chien gris, je l’ai tout de suite aimé. La femme qui le gardait avait besoin d’un foyer pour lui, alors je l’ai adopté et ce fut le début d’une très forte amitié. C’est incroyable comment un animal peut vous aimer de façon pure et innocente… un ange à fourrure! Mais au-delà de tout, ma plus grande découverte dans ce monde fut Xavier. Quelle explosion de sensations incroyables! J’ai appris ce que voulait dire aimer quelqu’un. Cette relation n’est pas simple mais elle promet un beau chemin à réaliser sur Terre. Vous m’avez permis de découvrir les beautés de ce monde, je vous en remercie du fond du cœur.

Bethany

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | 1 Commentaire »

LE CHIEN JAUNE

Posté par rabelaisblog le 31 janvier 2012

LE CHIEN JAUNE 

(Simenon)

LE CHIEN JAUNE  dans LECTURES CURSIVES le_chien_jaune02-248x300

 

SIMENON_Georges-231x300 dans RECITS

 Simenon est un auteur reconnu pour tous les livres et polars qu’il a écrits.

Né à Liège (Belgique) le 12 février 1903 et mort à Lausanne (Suisse) le 4 septembre 1989, il fut tout d’abord journaliste puis écrivain. 

Ce livre raconte une histoire de meurtres dans le village de Concarneau situé en bord de mer en Bretagne. L’histoire commence le vendredi 7 novembre, il est onze heure moins cinq. C’est un soir de tempête. Le village est désert, tout le monde dort. Seules les trois fenêtres de l’hôtel de l’amiral sont encore allumées. Mr Mostaguen sort alors de l’hôtel et se met en tête de vouloir allumer un cigare. Le fait que l’homme soit un peu alcoolisé et que le vent souffle ne facilite pas sa tache. Le douanier, alors seul témoin de la scène dit que l’homme s’approcha  d’un seuil de deux marches puis soudain qu’il se mit à vaciller puis tomba raide dans la boue du trottoir. Le douanier rit puis s’aperçut que l’homme ne bougeait plus. Il comprit alors ce qui venait de se passer et courut prévenir l’aubergiste. Mais il fut surpris de voir qu’en rentrant un chien jaune sorti de nulle part le suivit et alla se coucher près de la serveuse. Après, une série de meurtres fera venir Maigret dans ce village de Concarneau.

Maigret est un inspecteur qui est né presque clandestinement dans quatre romans avec dans chacun de ces romans, un nom différent. Il est par la suite resté dans une collection de Simenon car il est officiellement créé le 20 février 1931. Les quatre romans sont: Train de nuit - La jeune fille aux perles - La femme rousse - La maison de l’inquiétude - L’homme à la cigarette.

Avec Maigret, un nouveau type d’enquête apparaît mais aussi un nouveau type d’enquêteurs car durant ses enquêtes, Maigret ne cherche pas vraiment à résoudre l’histoire, mais plus à comprendre l’auteur des meurtres, à comprendre ses motivations et une fois qu’il a compris tout cela, l’histoire se résout complètement pour lui. Dans les romans de Maigret, on le décrit comme un enquêteur qui fume la pipe, peu bavard mais avec un grand franc-parlé, portant un imperméable et un chapeau. De plus, sa sympathie pour les petites gens est reconnue, tout comme ses goûts de petits bourgeois.

maigret2-300x224

Si mon livre devait être une couleur ce serait du noir car durant tout le livre il est presque impossible de voir le bout de l’enquête. Seulement à la fin, tout s’explique. De plus, il est impossible de suivre le raisonnement de Maigret car c’est un inspecteur qui parle très peu de ce qu’il conclut. En résumé il est presque impossible sans les explications du raisonnement de Maigret de comprendre comment lui a résolu cette enquête. Cette affaire est toujours aussi sombre pour le lecteur.

 

 Si ce livre devait être un sentiment ce serait l’angoisse (suspense) car tout au long du livre des meurtres et des tentatives de meurtres sous toutes les formes se produisent mais on ne sait jamais qui sera la prochaine victime ni où se passera ce crime. Puis au fur et à mesure que l’on avance dans l’histoire, la liste des cibles potentielles se réduit jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’une. C’est à ce moment que l’on s’attache le plus au livre.


renard_roux-300x198

Si mon livre était un animal, ce serait le renard car Maigret est futé et rusé. Il est futé car il est le seul à pouvoir déduire des résultats des évènements qui se passent. Il est aussi  rusé car il ne se fait pas avoir par le bluff de ses adversaires et sait comment analyser le comportement de certains personnages.

 

Si mon livre devait être une œuvre d’art se serait le tableau « le cri » d’Edvard Munch. Le personnage du tableau a l’air de perdre la tête, exactement comme les cibles potentielles pour un meurtre dans le livre. L’un d’entre eux perd la tête complétement et demande à être mis en prison pour une raison imaginaire, alors que ce qu’il cherche vraiment, c’est être en sécurité. 

CHIEN, en effet, le chien jaune ne paraît pas très important mais pourtant, il ne fait qu’inquiéter les gens de la ville. Pourquoi est il apparu en même temps que le début des meurtres ??? Pourquoi va-t-il tout le temps s’assoir au pieds de la serveuses de l’hôtel de l’amiral ??? A qui appartient-il ???? Pourquoi est-il tout le temps sur les scènes de crime ??? Tant de questions que Maigret doit résoudre et qui inquiètent les gens de la commune.

BLUFFl car il est impossible de savoir qui a vraiment fait quoi !!!! Même les victimes de tentatives de meurtres peuvent mentir. Et si tout le monde était en tort dans cette histoire ?? En passant par les clients de l’hôtel, la serveuse et un mystérieux inconnu qui terrorise toute la région du haut de ses deux mètres et avec ses mains énormes. Qui est vraiment le vrai coupable ???

COMPLICATIONS  car l’histoire est très compliquée et on ne voit que très peu où Maigret veut en venir. De plus des affaires très anciennes sur certaines victimes sont révélées ce qui complique encore plus le récit en cours.

Drames à Concarneau

pourrait être un nouveau titre pour ce livre car durant tout le récit, une suite d’accidents, de drames se produit dans ce village d’habitude si calme.

Ce livre fut adapté au cinéma en 1932 par Jean Renoir et Pierre Renoir sous le titre La nuit du carrefour

Alex-la-nuit-du-carrefour-renoir-simenon

  Une bande annonce en portugais

Image de prévisualisation YouTube

Alexandre 3°2

Publié dans LECTURES CURSIVES, RECITS | 1 Commentaire »

12
 

lesrhetosdelind |
L'année en poésie |
Haizer; ou la magie de la n... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Adorable Rencontre
| juno39