Résultats de votre recherche

LEONARDO

Posté par rabelaisblog le 22 juin 2018

                                              
Léonardo

                                                                                 

Si le livre était un Métier, ce serait Biographe. En effet c’est l’histoire d’une jeune fille appelée Mélissa (la narratrice) qui réalise des vidéos racontant la vie de Léonard de Vinci. La plupart des gens pourrait penser que Melissa est le personnage principal puisque c’est elle qui raconte l’histoire. Mais selon moi le véritable personnage principal est Léonard de Vinci, car c’est sa biographie et non celle de Mélissa, qui n’est qu’un prétexte pour rendre l’histoire plus intéressante. Sans cela l’histoire semblerait plus longue, il y aurait trop d’informations d’un coup et on s’ennuierait très vite; ce serait un documentaire et le roman qui documente est plus divertissant. Mélissa parle à la première personne du singulier, on voit tout du point de vue de la jeune fille:


« Je suis comme toi, une heure de bla-bla, ça ne m’intéresse pas.
Je vais donc te proposer des épisodes courts, comme une série si tu préfère.
Pas le temps de t’endormir! »

Parfois elle essaye d’imaginer ce qu’aurais pu ressentir Léonard de Vinci ou Léo comme elle aime l’appeler : Leonardo. « A Rome, Leo se fait un nouveau copain et pas n’importe qui: Machiavel! Ça te dit quelque chose? Son vrai nom pas frenchisé c’est Niccolo Machiavelli. Ça me donne envie de l’appeler Mac, OK ? ». Le livre est donc Biographe car il raconte la vie de Léonard de Vinci.


leonardMelissa_200

 

JOCONDE

Si le livre était une Oeuvre d’art, ce serait  La Joconde. La Joconde reste l’oeuvre d’art la plus connue de Léonard de Vinci. De nombreux visiteurs viennent de l’autre bout du monde la voir au Louvre et beaucoup de travaux de Léonard de Vinci ont été perdus ou pas encore découverts. Elle représente très bien le style de peinture de Léonard de Vinci c’est à dire l’art de la Renaissance. Dans ce tableau on voit bien toutes les techniques apprises ou inventées par Léonard de Vinci comme le sfumato, le chiaroscuro ou encore l’unione. Je trouve que le livre nous apprend beaucoup de choses intéressantes sur le tableau et Mélissa le décrit très bien avec beaucoup de détails. Léonard de Vinci reste un des plus grands génies de l’Histoire, il était peintre, sculpteur, architecte, médecin légiste, ingénieur, astronome, scénographe, machiniste, organisateur de fête… Mélissa parle de tous ses métiers en détails. Léonard de Vinci était encadré de plusieurs personnes de haute classe, comme les Médicis, Machiavelli, François 1er ; eux aussi seront cités dans le texte.

Sfumato: les ombres et les lumières se fondent sans traits ni lignes comme une fumée, ce rendu est du à la superposition de plusieurs couches de peinture.

Chiaroscuro(clair-obscur): il simule le volume avec des couleurs plus clairs que d’autres.  

itSi le livre était un  Pays  ce serait l’Italie. L’Italie est le pays natal de Léonard de Vinci, c’est dans ce pays qu’il a passé la plus grande partie de sa vie et ou il a créé ses plus grandes inventions. Il a voyagé dans toute l’Italie: il est parti de Vinci son lieu de naissance, puis il est allé à Florence pour son apprentissage au près du Maestro. Une fois son apprentissage fini, il a quitté Florence pour rejoindre Milan et il y est resté 17 ans. Il est ensuite allé à Mantoue ou ses projets sont tombés à l’eau donc il est parti à Venise ou là non plus il n’a pas pu réaliser ses projets à cause de la guerre. Il atterrit ensuite à Florence sans un sou. Il finira sa vie en France à la demande de François 1er  roi de France aimant beaucoup l’art. Ils deviendront vite amis. Léonard de Vinci mourra en France, avec François 1 er à qui il avait légué la Joconde à son chevet. La vie d’artiste est très difficile mais Léonard de Vinci n’aura jamais baissé les bras de toute sa vie, il, a cru en ses rêves jusqu’au bout. 

 

Le livre est très intéressant, parce qu’on se cultive sur la vie de Léonard de Vinci tout en s’amusant car Mélissa rajoute des commentaires tout au long du livre sur chaque instant de la vie du génie.

Le livre est prenant, car il captive on n’a pas envie de le lâcher, on a envie de connaitre la suite. Va-t-il pouvoir terminer au moins un de ses projets jusqu’au bout ? Deviendra-t-il riche ? 

Le livre est branché, car l’idée de présenter le sujet principal sous forme de vidéos est nouvelle; et on peut voir l’évolution de certaines machines entre la Renaissance et aujourd’hui.

Un nouveau titre ?

 Le génie de la Renaissance

Je trouve que ce titre convient mieux, car Léonard de Vinci est considéré comme un génie et il cite aussi la période où il a vécu. Je pense que le vrai titre du livre est trop simple et on ne sait pas forcément de qui ou de quoi on parle. Alors qu’avec le nouveau titre on sait déjà mieux de qui on parle. Comme le livre ressemble à une biographie ou encore à un documentaire le titre nous informe que le livre est instructif.  

Le vrai titre du livre est déjà bien, car on entend la voix de la narratrice. On comprend que c’est un personnage du récit qui parle et qui donne son point de vu. 

Quelque mots sur l’auteur 

Cécile Alix naît le 6 septembre 1972 dans l’est de la France.C’est une excellente auteur mais aussi une philosophe, historienne, conférencière, formatrice pour futurs enseignants et pour finir instructrice dans le milieu théâtral:

« Je propose des ateliers d’écriture, ateliers philo, théâtre, lectures animées et conférence jeunesse adaptées à un public de la grande section à la 5ème et à un public familial. J’aime rencontrer mes lecteurs et j’interviens régulièrement en écoles, collèges, bibliothèques… Mon passe-temps favori: semer des graines dans les esprits juvéniles, bien les arroser, puis les regarder pousser… »

Cécile nous raconte dans son livre avec plein de joie, la vie de cet homme hors du commun. Le récit est parsemé de dessins qui permettent de mieux comprendre les projets de Léonard de Vinci. Elle a réussie à faire de son livre un récit à la fois instructif et gai.

 Emmanuelle, 5e6

Publié dans LECTURES CURSIVES | Pas de Commentaires »

JOURNAL D’UNE PESTE

Posté par rabelaisblog le 18 juin 2018

Résultat de recherche d'images pour "journal d'une peste tome 1"de Virginy L.SAM

VIRGINY L.SAM est une auteure récente dans le monde de la littérature jeunesse. Elle a écrit plusieurs romans comme par exemple toute la collection de  Journal d’une Peste ou encore Les carnets (presque) ordinaires de ma vie.

Si le livre était  une plante, ce serait le cactus car cette plante est aussi piquante que le caractère de l’héroïne Fanette. C’est une jeune fille de 13 ans qui est  très méfiante, solitaire et en quelque sorte une petite méchante car elle a toujours une idée derrière la tête pour embêter son entourage !

Résultat de recherche d'images pour "dessin cactus aquarelle"

°Si le livre était un endroit ce serait le collège de Fanette car malgré qu’elle n’aime pas l’école elle est très heureuse là-bas car elle est entourée de ses amis et c’est là-bas que son fameux côté farceur ressortira. Elle aime beaucoup charrier ou plutôt embêter ses professeurs et faire des farces à ses camarades!

Image associée

Si le livre était une œuvre ce serait le tableau si dessous que j’ai choisi car celui-ci a beaucoup de couleurs  qui me font penser aux farces et à la bonne humeur de l’héroïne mais d’un autre côté il y a les cactus qui font penser au caractère bien trempé de Fanette

Résultat de recherche d'images pour "tableau peinture cactus connue"

 

TOUCHANT:

J’ai trouvé ce livre touchant car il parle des relations qu’il y a entre générations: Fanette est extrêmement proche de son grand père qui vit dans une Maison de Retraite (Le clos des Sirènes) Il faut savoir que les parents de Fanette ne sont pas vraiment d’accord avec les visites trop fréquentes de leur fille dans la maison de retraite. Ils ne rendent jamais visite au grand père car ils trouvent qu’il a perdu la tête.

Elle lui rend visite très souvent surtout à la fin des cours! Le grand père de Fanette a vraiment le même humour qu’elle (farceur, et enfantin) C’est pour ça  que Fanette et son papi adorent s’amuser et rigoler ensemble, c’est ce qui m’a  beaucoup plu dans ce livre !!!

Résultat de recherche d'images pour "dessin d'un grand pere avec sa petite fille"

AMUSANT:

J’ai aimé ce livre car Fanette peux être très joyeuse en compagnie de ses amis et de son grand père et dés quelle rentre chez elle, elle est moins enthousiaste moins joyeuse mais par contre elle est toujours farceuse !

J’ai également aimé ce livre car Fanette se confie à nous en nous racontant ses secrets, ses pensées! Entre le lecteur et Fanette il y a comme un lien d’amitié qui se forme…

Le livre propose aussi de très jolies illustrations qui soutiennent bien le texte.

Résultat de recherche d'images pour "journal d'une peste illustrations"

Pourquoi Fanette est-elle qualifié de PESTE ?

Fanette est une petite Peste car elle aime beaucoup énerver, taquiner, embêter les gens et surtout dans son livre elle nous donne pleins de farces à faire ou des astuces comme par exemple:

« Comment réussir à éviter un repas de famille » ou bien « Farces à faire à la prétentieuse de la classe »

D’ailleurs Fanette a inventé des petites citations que je trouve vraiment très bien pensées comme par  exemple:

- »Être peste ou ne pas être »

- »Peste un jour peste toujours »

- »Pépé Gaston mon adoré »

- »Peste et fier de l’être »

J’ai vraiment beaucoup aimé toute la collection (5 tomes).  Ce sont des livres très faciles à lire.

Son caractère est vraiment très drôle, il y a beaucoup de Pep’s dans le livre et de très belle illustrations (doodles) qui font vraiment penser à un journal intime !!

Je recommande le livre

EN BONUS:

Image de prévisualisation YouTube

 Cristina, 5e6

 

Publié dans LECTURES CURSIVES | Pas de Commentaires »

HUNGER GAMES

Posté par rabelaisblog le 13 mai 2018

                                            

hunger games livre 

Suzanne Collins

Hunger Games est une trilogie de science-fiction dystopique c’est à dire qui imagine un futur malheureux. Dystopique est le contraire du mot utopique, où on imagine un futur monde sans soucis, comme dans un conte de fée . 

Si ce roman était un lieu ce serait l’arène où se déroule le jeu des Hunger Games dit « le jeux de la faim  » en français car c’est dans l’arène que commence le révolte menée par Katniss Everdeen, une jeune fille de 16 ans (dans le tome 1) qui a pris la place de sa sœur de 12 ans lorsque celle-ci a été tirée au sort pour participer à ce jeu. D’où la révolte contre le capitole organisateur des Hunger Games. Ce jeu « Hunger Games  » est un jeu où les participants, une fille est un garçon de 12 à 18 ans de chaque district sont tirés au sort chaque année. Ce jeu consiste à survivre. Le dernier des 24 candidats dans l’arène, donc le gagnant aura pour récompense de la nourriture et des vivres pour tout son district. Pour le capitole ce jeu est un moment de fête où l’on mange à s’en faire vomir tandis que des enfants sont en train de s’entre tuer .

arene hunger games vrai

Si ce roman était un nombre ce serait le nombre 13 car Panem, une ville d’Amérique du Nord est divisée en 13 districts dont un reste secret. Le capitole qui dirige les districts de Panem a réussi à les mettre en conflit à cause des Hunger Games et du manque de communication entre les districts. Mais avec la révolte menée par Katniss les 13 districts s’unissent contre le capitole.

 «  Je m’appelle Katniss Everdeen. Je devrais être morte. Maintenant je vais mener la révolte. »

« Je dois maintenant prendre les choses en main, devenir le visage, la voix, l’incarnation de la révolution.
La personne sur laquelle les districts – pour la plupart en guerre ouverte contre le capitole -
peuvent compter pour leur ouvrir la voie vers la victoire  » . (p.16-17 du tome 3 )

                                                                                                                                                                                                                    chiffre 13 vrai                                                Panem

 

Si ce roman était un tableau ce serait « les 4 cavaliers de l’apocalypse » car le capitole met en oeuvre ces 4 cavaliers – la Mort en faisant mourir 23 enfants par an avec les Hunger Games; la Famine en ne faisant pas exporter les produits de districts en districts, chacun devant se nourrir des aliments de son district; la Guerre en assassinant tout opposant au capitole; la Conquête en ayant le pouvoir sur tout Panem -.

 

                                                                             les 4 cavaliers de l'apocalypse tableau de 1887 par Viktor Vasnetsov (clic!)

                                        Si vous voulez en savoir un peu plus sur l’auteur Suzanne Collins                                                                 

                           Voici une vidéo qui vous montrera la vision du capitole envers cette organisation :

                                                                                                                                                        Image de prévisualisation YouTube

J’ai beaucoup apprécié cette trilogie car au fur et à mesure de l’histoire, en partant d’une simple envie de sauver sa sœur, Katniss en arrive à des idées révolutionnaires pour libérer tous les districts du pouvoir qu’exerce sur eux le capitole. Personnellement, cela me fait penser à une organisation sociale d’esclavagisme, où une minorité de puissants décide du sort des plus démunis qui n’ont aucun droit, ce qui justifie les principales cause de la révolte: la liberté et l’égalité . En y réfléchissant, cette histoire peut être vue comme un roman politique car elle renvoie à différent modèles politiques de l’histoire. Ce qui me choque le plus c’est le fait que cet événement s’appelle « le jeu de la faim  » comme si c’était un JEU .

       Un de mes passages préférés se trouve vers la fin de l’histoire quand Katniss dit :

« Ce qu’il me faut , c’est le pissenlit au printemps . Le jaune vif qui évoque la renaissance plutôt que la destruction. .La promesse que la vie continue , en dépit de nos pertes . »

         

  5e4 chanez

Publié dans LECTURES CURSIVES | 8 Commentaires »

LE CAMBODGE

Posté par rabelaisblog le 11 avril 2018

                                                                                                                                                             

Mon pays d’origine,

Le Cambodge

cambodia

La Culture

Le Cambodge est LE CAMBODGE  dans TOUR DU MONDE arrow-10x10 mon pays d’origine. La culture est semblable à celle de la Chine, parce que, la Chine et le Cambodge ont les mêmes caractéristiques, les mêmes traditions mais pas toutes les traditions, juste quelques unes  comme le nouvel an chinois par exemple. Le Cambodge est proche du Vietnam et de la Thaïlande.

La Langue

La langue du pays où j’ai vécu et que mes parents parlent est le cambodgien, c’est une langue difficile à apprendre, un exemple :

 

La Tradition vestimentaire

Le  » Sampot « , est un vêtement porté par les femmes et les hommes en période de festivité ou à n’importe quelle occasion. C’est un vêtement très populaire en Asie du sud-est. Dans certain pays, on peut le porter à longueur de journée, et pour certaines personnes cela sert également de pyjama. On peut le porter pour dormir comme pour sortir. Le sampot revient dans les années de le Funan era  parce-que le roi du cambodge a demandé aux civils de porter le sampot quand les chinois  venaient au Cambodge pour  les fêtes.
Pour les Cambodgiens, Les Thailandais et les Laotiens “le Sampot” (appellation Cambodgienne, “Sin” Appellation Laotienne et Thailandaise), est devenu un costume traditionnel pour les mariages.

sampot


khmer greeting

Les Fête Nationales

Il y a 3 grandes fetes nationales importante célébrées au Cambodge. Le premier c’est la Nouvel An Cambodgien (Chaul Cham Thmey) au mois d’Avril (du 13-16 Avril) de chaque année. C’est une fete nationale mais aussi commune a la Thailande (Songkran), Le Laos (Pi Mai) et La Birmanie (Thingyan). La tradition pendant le nouvel an c’est de jeter de l’eau puis de la poudre. Le nouvel an se déroule sur 3 jours. Le premier jour est reserve a la famille, les enfants et les petits enfants doivent aller laver les pieds de leur parents ou leurs grands parents. L’annee Cambodgienne est differente de l’année.

1397102944-cambodian-village-festival-welcomes-khmer-new-year_4423568

La seconde fete c’est le « Pchum Benh » pour les bouddhistes pour prier pour leurs ancêtres (comme pour la Toussaint en France).

Pchum-Ben-Day

La troisième fete c’est le Festival de L’eau qui se déroule au mois de Novembre pour célébrer les anciens soldats pendant l’empire Khmer sous le règne du Roi Jayavarman VII. Il y a également une fete commune que les Cambodgiens celebrent tous les ans au mois de Fevrier et cela depend de l’année lunaire cela peut être au mois de Janvier c’est le Nouvel An Chinois (Chaul Cham Cheun) par l’influence chinoise et Vietnamese (Fete de Tet) et par la présence domininante des chinois au Cambodge et dans toute l’Asie Pacifique.

water-festival-

water-festival

La Gastronomie 

Le “Kuy Teav” est un plat très populaire au Cambodge et à travers toute l’asie pacifique malgré  les différentes appellations. Le seul point commun de ce plat avec celui de nos voisins c’est sa composition de base qui est faite à partir de bouillon de porc ou de poulet et accompagné de pâtes fraîches. Chaque pays asiatique à son propre goût. Ce plat n’est pas considéré comme un repas particulier comme le petit-déjeuner , le déjeuner ou le diner mais c’est un plat qui se consomme a longueur de journée.

Oui, j’aime ce plat, et les ingrédients c’est dans cette source , » Kuy Teav  » .

kuy teav

La musique etla danse

Il existe 2 types de danses au Cambodge. La premiere étant la danse traditionnelle pratiquée a la cour royale. Cette danse s’appelle Le  » Robam preah reach trop  » qui signifie « la danse de richesse royale », c’est une danse traditionnelle commune par quelle élément entre le Cambodge et la Thailande. Cette danse est accompagnée d’une musique traditionnelle .

C’est une musique influencée par l’Inde et découverte par la Reine Cambodgienne, sa Majesté Sisowath Kossamak Nearyrath. Sa Majesté la Reine de son vrai nom et titre « Preah Mahaksatriyani Sisowath Monivong Kossamak Nearirath Serey VathanaLa » est nee le 9 Avril 1904 et décédée le 27 Avril 1975. Elle est devenue Reine du Cambodge entre 1955 et 1960, en se mariant avec son cousin Norodom Suramanit. Sa Majesté La Reine Sisowath Kossamak Nearyrath a eu un fils Le Roi défunt Norodom Sihanouk (ne le 31 Octobre 1922 et décède le 15 Octobre 2014 a Beijing en Chine). Est ne de l’union de son fils Le Roi défunt Norodom Sihanouk et de son epouse Phat Kanhol, sa petite fille la princesse Norodom Bopha Devi (nee le 8 Janvier 1943). Sa Majesté la Reine  mere Sisowath Kossamak Nearyrath a transmis l’amour de la danse traditionnelle Royale a sa petite fille la princesse Norodom Bopha Devi lorsqu’elle avait 15 ans. La princesse Norodom Bopha Devi est devenu la premiere danseuse de Ballet Royale a l’age de 15 ans (photo ci-dessus)

La deuxième étant la danse populaire appellee « Ramvong ». C’est une danse commune avec la Thailande et le Laos dont l’appellation est « Lam Vong ». 

Image de prévisualisation YouTube

La Reine Sisowath Kossamak Nearyrath

kossamak

La danse

img_ballet_royal_bopha

L’Artiste

Vann Nath (ne 1946 - décède le 5 Septembre 2011) est un peintre connu pendant la période des Khmer Rouge. Il a fait parti de l’un des artistes de 22 pays avoir reçu le prix prestigieux de Lillian Hellman pour son courage face a la politique percutante durant le regime Khmer Rouge. Il est le 8eme Cambodgiens a avoir reçu ce prix.

Vann Nath

Vann nath

1315724150-vann-nath-a-khmer-rouge-survivor-dies-at-age-66_825297

SANYO DIGITAL CAMERA

L’Architecture Remarquable

L’architecture remarquable du cambodge est , » L’Angkor Wat « , parce-que, beaucoup de touristes vont à Angkor Wat pour les temples. Angkor Wat est classe parmi les 7 merveilles du monde dans le patrimoine mondiale de l’UNESCO. Angkor Wat c’est le momument le plus precieux pour les Cambodgiens. Ce temple est à Siem Reap, c’est loin de l’endroit ou je vis, et oui j’ai déja visité. Il y a plus de 1760 sculptures Apsara (Apsara represent la l’esprit feminine pendant l’air Hindu et Bouddhiste) La légende populaire dit que si vous vous rendez a Angor Wat et avez la chance de toucher les seins de la sculpture cela vous portera chance.

Les Sculptures Apsara

sculpture de apsara

Angkor Wat

angkor wat

La région d’où je viens est le , » Phnom Penh «  , c’est loin de , » Siem reap «  , parce-que les deux villes sont séparées , alors c’est mieux de partir tôt pour aller à l’Angkor wat, ça prend au moins six heures pour y arriver. Oui, j’ai déja visité le pays mais, je n’ai pas visité la ville de Siem Reap parce que, je ne suis pas resté assez longtemps. Je ne suis resté que  quelques jours avec mes amis et ma famille. Je préfère Phnom Penh, parce que, je connais mieux la ville et je ne serai pas perdu, alors que si je vais à Siem Reap, je serai perdu pour au moins trois heures !!

Le Cambodge, j’aime bien ce pays,  j’adore la nourriture. Il y a des ingrédients que j’adore et que tu ne peux pas trouver en France. J’ai beaucoup d’amis au Cambodge, je connais la ville mieux que la France, j’ai beaucoup de souvenirs avec mes amis, mon école et les repas que j’ai pris. Mes amis m’ont dit , » N’oublie pas nos souvenirs et n’oublie jamais tes amis « , c’était difficile de quitter le Cambodge, ils m’ont aussi dit , » Bon courage en France mon ami, on ne va jamais t’oublier« . C’était  trés gentil de leur part, j’aime mon pays et j’aime mes amis.

Brandon

Publié dans TOUR DU MONDE | Pas de Commentaires »

LE PROJET STARPOINT

Posté par rabelaisblog le 14 juin 2017

Le projet Starpoint

de

Marie-Lorna Vaconsin

Couverture Le-Projet-Starpoint

Si ce livre était une couleur, ce serait le violet parce que c’est le mélange des deux couleurs omniprésentes dans cette histoire : celui du bleu et du rouge. 

Le rouge est la couleur des cheveux de Foresta et l’emblème du livre : c’est ce qui rend Foresta intriguante, ce que le héros remarque dès son arrivée dans la classe et ce qui est mis le plus en valeur sur la couverture, un peu comme la couleur rouge en général. C’est aussi celle du sang des humains de notre monde (qui est un élément clef du livre car c’est ce qui différencie les humains du monde superposé de ceux de notre monde).                    

Le bleu est la couleur du sang sublittoral et c’est celle du fluide phosphorescent qui est présent dans le lac noir dans lequel Pythagore plonge pour aller chercher Louise.      

Et le violet c’est la couleur résultante du mélange entre le sang sublittoral et le sang humain terrestre ; un liquide (fabriqué par le professeur Deanjii) qui est bu par Pythagore pour acquérir des capacités mentales et physiques impressionnantes mais sans succès ; effectivement, lorsque ce liquide est bu dans le continent sublittoral, il permet aux humains de notre monde de retrouver des capacités normales voir même des capacités fulgurantes ! Mais lorsqu’un humain le boit dans son monde naturel où il « va bien », l’effet est inversé : l’individu se met à parler en « gargouillis », les couleurs deviennent trop criardes, agressives pour les yeux et la personne a un mal fou à faire le moindre geste, comme si elle allait dégringoler.

« … Qu’est ce que ça t’a fait ?

- Ca m’a fait…. Oublier ma peur – je n’avais plus peur de rien… Et puis j’étais plus fort aussi – parce que je n’avais plus de problème, plus de barrière physique, plus de barrière morale. J’avais l’impression de tout comprendre en plus large comme si, à la place de mon cerveau, il y avait la grande mécanique de l’univers. »

« En plus de l’urgence qu’il y a à retourner de l’autre côté de l’angle mort, Pyth se remémore ses impressions, tellement fortes, la fois où il a bu du sang sublittoral… »  

 » La première gorgée est comme un envoûtement de son palais. Il avale deux autres gorgées, coup sur coup, et les effets hypnotiques se propagent jusque dans sa tête et tout le haut du corps ; il reconnaît le goût de vitalité organique, la texture soyeuse ; il sent que son cerveau capte de nouvelles ondes. Pour mieux es recevoir, il ferme yeux, puis boit le reste de la fiole.

(…) Une chaleur collante suinte du visage de Pythagore ; il respire lourdement, comme s’il était sous l’eau, équipé d’une bouteille à oxygène. Un glu impalpable recouvre lentement sa perception du monde. Les couleurs virent en vrombissements ; elles semblent en colère – jaune intense, violet ardent, rouge cramoisi. Il repense à l’exposé de son père « les couleurs sont des ondes » – il imagine leurs fréquences qui vrillent. »

starpoint1a

          problèmes corrigésprofesseur Deanjii (dessin rédactrice*)

Si ce livre était un fruit, ce serait une orange et plus précisément, une orange bleue. Les oranges bleues ont un rôle spécial dans l’histoire. Elles permettent d’aider le cerveau à changer de fréquences ce qui est nécessaire pour passer d’un monde à l’autre.                                                                                                                                                C’est un fruit issu du monde de Foresta, rempli de peptines,  particules qui aident à changer de fréquences.      Sans elles, le cerveau est totalement déboussolé et le corps nauséeux.

« La pulpe du fruit éclate dans sa bouche ; aussitôt son esprit s’apaise et prend de la hauteur.

- Les peptines aident à changer de fréquence. C’est ce que les géographes prennent dans les Territoires Mouvants.

Pythagore ignore ce que sont les peptines et les  » territoires mouvants « , mais il a l’impression de le savoir.

Le soleil se lève sur la rue ; une lumière rasante illumine les vitres, les fenêtres en métal cuivré, les yeux de Foresta.

- Tu as les yeux violets…

- Oui.

Elle est juste une fille. Et lui, juste un garçon. Normalement, c’est une situation qu’il sait gérer.

Il reconnaît la Foresta Erivan du lycée et il ne la reconnaît pas du tout.

Les choses sont presque pareilles et radicalement différentes.

C’est ce qui est troublant : il comprend et il ne comprend pas. »

 

                                starpoint1b

Si ce roman était un sentiment, ce serait l’amour. L’amour, c’est ce qui pousse Pythagore à aller sauver Louise. Il l’aime tellement qu’il est prêt à avancer vers l’inconnu pour elle. Egalement, au fil du livre, un brûlant sentiment d’amour pour Foresta va subjuguer le coeur de Pythagore : il devient passionnément amoureux de cette fille qu’il trouvait précédemment étrange. Pythagore a aussi beaucoup d’amour pour son père, et le voir dans le coma l’attriste énormément.  

« Le visage de Pyth fait doucement connaissance avec ces pommettes qu’il a tant convoitées. Sa main remonte jusqu’à la nuque de Foresta ; se perd dans ses cheveux et dans les creux, derrière l’oreille. Il peut sentir ses lèvres qui l’attirent… comme un aimant… auquel… il ne vas plus… résister longtemps.

Pyth pose ses lèvres sur celles de Foresta.

Il l’embrasse – et plonge dans ce baiser comme on plonge dans la mer.

Elle lui rend son baiser.

Une vague se creuse tout autour d’eux et renverse la terre dans le ciel.

Les lèvres de Foresta sont vivantes, électriques, chaudes, douces, rebondies, rebelles, légèrement humides – pas trop ; il pourrait la mordre – pas trop, il resserre ses doigts sur sa nuque. Comme la première fois, il y a de la résistance dans le baiser de la jeune fille ; elle l’embrasse avec toute l’énergie de son corps mais donne l’impression qu’elle pourrait, à tout moment, se désister. »

starpoint1c


Si ce récit était un signe musical, ce serait un crescendo car ce récit commence en douceur, on suit le quotidien d’un lycéen ordinaire mais au fur et à mesure que l’histoire avance, le personnage principal prend de plus en plus de personnalité et sa vie banale se transforme en une très grande aventure périlleuse. Comme les crescendos, on commence tout bas, la musique ne fait pas vraiment d’effet spécial mais on va de plus en plus fort, la musique prend de plus en plus d’intensité et à la fin du crescendo, la musique est au maximum de sa puissance comme le héros de ce roman, qui remporte l’impressionnante bataille de l’Empoing et se sent surpuissant. 

« Il n’entend plus rien – ni les machines, ni l’orage, ni les particules qui grésillent -, juste le public qui s’est levé et dont tous les visages et toutes les bouches restent en suspens sur un « ooooooOOooooooh » interminable jusqu’à ce qu’il atterrisse enfin.

Pyth se réceptionne en tremblant d’émotion.

Il récupère son filin en tirant d’un coup sec, puis, enveloppé par la douce lumière verte du foyer adverse, il plante enfin son câble réglementaire en plein milieu du bloc de bolt.

La seconde qui suit, le ciel se déchire ; des trombes d’eau se mettent à tomber.

Il vient de remporter la bataille de l’Empoing. »

starpoint1d

                                                             

Texte et rédaction : Anitza                                                                                                                                                                                                                                            Recherche Docs : Noa                                                                                                                                                                                                                                                                    En trois mots : Laure                                                                                                                                                                                                                                                                       ITV : Jeanne Buisine                                                                                                                                                                                                                                                                    Illustrations : Jeanne L                                                                                                                                                                                                                                                                                  Lecture : Jade

 

 

Quelques informations sur l’auteur

L’auteur :  Marie Lorna Vaconsin

IMG_0029[1]

Marie L.V est une femme très polyvalente exerçant plusieurs métiers :

Actrice, elle a joué dans les films suivants : La fête des voisins (sorti en 2010) et la fille du 14 juillet (sorti en 2013)

Restauratrice, elle tient avec sa sœur deux bistrots situés dans Paris

Auteur, elle a écrit deux romans : Le monde des possibles et Le projet Starpoint.

Cette jeune femme d’environs 38 ans écrit le roman « Le projet Starpoint » car étant petite, elle allait avec sa sœur dans un monde imaginaire. Ado, elle comprit qu’elle ne pourrait pas y retourner mais plus tard, en grandissant, elle voulut réhabiliter l’existence de ce monde en un roman. Elle dédie ce roman à une tranche d’age assez large nommé « Young adult » allant d’environs 12 ans à 60 ans. L’auteur n’a pas de site officiel mais tu peux cliquer ici ou la pour mieux la connaitre ( si tu ne connais pas l’histoire de ce roman tu peux aller voir par ici)

L’auteur n’étant pas encore très connue, on ne trouve pas beaucoup d’information la concernant (le deuxième lien parle du roman et non d’elle) . Mais si tu es intéressé, tu peux quand même trouver quelques informations .

Noa Luce

Petite lecture en vidéo de Jade pour donner plus d’envie de lire ce livre !!!!

l

lecture_starpoint_HD_(2)_HomeCinema

 

 Le Projet Starpoint en trois mots:

Aventure, car dans ce livre les personnages vivent des aventure comme lors de la bataille de L’empoing ou quand Pythagore et Foresta passent du monde des « humains » à celui de Foresta. Tout le livre est un peu une aventure.

 Amour, parce que dans Starpoint, comme dit plus haut dans le portrait chinois, une relation amoureuse se crée au fur et à mesure de l’histoire entre Pythagore et Foresta. Leur amitié du début c’est changé en amour vers la fin du livre. Il y aussi l’amour que porte Pythagore pour son père et que porte son père pour lui: l’amour fraternel.

Découverte, car dans ce livre, Pythagore et Louise découvrent beaucoup de choses tel que : l’existence d’un monde superposé au leur, ou la différence entre leur sang et celui des humains de l’autre monde, les oranges bleues du monde de Foresta et par la suite Pythagore va découvrir un certain livre assez important pour Foresta… Mais il y aussi Foresta qui découvre le monde de Pythagore et de Louise et grâce a Pythagore elle va apprendre beaucoup de choses sur son monde.

Appréciation:

Nous avons beaucoup aimé ce livre car l’histoire est assez originale,  les personnages et leurs caractères sont aussi attachants. Il n’y a pas vraiment de moment ennuyeux même quand ils ne sont pas très important pour l’histoire. Il y a beaucoup de choses qui ne sont pas expliquées ou qu’on ne comprend pas forcément alors c’est bien qu’il y ait un tome 2, on pourra aussi enfin connaitre la raison pour laquelle le père de Pythagore s’est fait attaqué et aussi savoir comment Pythagore, Louise et Foresta vont s’en sortir!!

 

*le dessin du professeur Deanjii est inspiré de l’artwork d’un personnage appartenant à la société Game Freak.

Enregistrer

Enregistrer

Publié dans A ECOUTER, SAINT-MAUR EN POCHE | 1 Commentaire »

LA REVOLUTION DANS LA PEAU

Posté par rabelaisblog le 22 janvier 2017

La révolution dans la peau

Serge Rubin


IMG_1755

photo personnelle

Si la révolution dans la peau était une saison, ce serait l‘hiver car parfois l’hiver est très dur comme cette l’histoire.  Le récit évoque le fait que les esclaves sont très mal traités, les blancs les prennent pour des objets, de la marchandise. C’est inhumain.

 téléchargement

« : Il recule un peu, prend de l’élan. Le fouet commence à lacérer le dos du fugitif. »,

« Il y a une hiérarchie à maintenir si vous ne voulez pas que les quatre-vingt-dix-mille esclaves de votre ile  (Guadeloupe),
se croient
  les égaux des dix-mille Blanc à qui ils appartiennent. »

 Si mon roman était un objet ce serait une lettre car c’est grâce à une lettre que Lucille-jeune fille aventurière, vivant en Guadeloupe et mariée à un jeune homme possédant des esclaves noirs- change complètement sa vision des noirs et devient même en faveur de l’abolition de l’esclavage, car elle fait la découverte d’une révélation surprenante…

«Cette lettre va bouleverser ta vie»
IMG_1760
   

 Si la révolution dans la peau  était un film ce serait  Moi moche et méchant car au début, le héros du film est un méchant qui a pour objectif de voler la lune. Par la suite, grâce à l’adoption de trois jeunes filles, il se rend compte qu’il a de l’affection pour elles. Il décide donc de se reprendre en main en essayant d’arrêter son coéquipier, qui, lui, continue de vouloir voler la lune. Je trouve que ce film représente bien La révolution dans la peau car dans les deux oeuvres les personnages évoluent et leur vision de la vie change. C’est au fil de son voyage que l’héroïne évolue. Elle part de Guadeloupe à bord d’un bateau, puis fait escale à Nantes, et rejoint Paris en calèche. Ses escales, ses rencontres, tout au long de cette aventure, vont lui fait vivre une transformation qui va changer sa vie. On pourrait en déduire que le voyage est essentiel car si Lucille était restée chez elle,en Guadeloupe, elle n’aurait peut-être pas ouvert les yeux sur le fait que la couleur n’a pas d’importance et que ce qui compte c’est ce qui se trouve à l’intérieur de chacun.

images                                        Image de prévisualisation YouTube

                                                                                                                          

« Je méprise les noirs autant que toi »
dit Lucille à son ex-mari au début du récit.

 « J’embrasse Evariste »
dit-elle à la fin du récit en parlant de son ancien esclave, de couleur noire dont elle est tombée amoureuse.

 

TROIS PETITS MOTS…

EMOUVANTLe roman est très palpitant et fait ressentir beaucoup d’émotions, certains passages sont particulièrement tristes et touchants.

PRENANT : C’est un récit très dynamique, on a tout le temps envie d‘avancer car il y a presque tout le temps de l’action et des changements de situations qui apportent cette « énergie » au livre.

ESPOIR: La révolution dans la peau me fait penser à l’espoir car l’histoire nous démontre que l’humain peut changer de vision sur le racisme.

Mon avis 

J’ai trouvé ce roman plutôt intéressant car il n’y a pas trop de description mais suffisamment pour réussir à visualiser les personnages . Je l’ai également apprécié car je n’ai pas l’habitude de lire ce genre de livre .Le récit n’est pas trop long  et il  y a peu de personnages ce qui facilite la lecture (je ne le conseille pas aux personnes qui aiment les livres épais ), il est écrit avec des mots simples, parfois anciens  mais qui restent  compréhensibles .

 

POUR EN SAVOIR PLUS

L’auteur,Serge Rubin, est né a Paris et n’est pas très connu pour l’instant mais pour en savoir plus c’est par ici !!

 

Le voyage de la couleur

Si je devais renommer mon roman, je l’intitulerai Le voyage de la couleur car c’est un voyage à la fois dans la tête de l’héroïne et en même temps un voyage « physique » vers Paris.

IMG_1820

Lecture audio

 

 5e1 Noa

 

 

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | Pas de Commentaires »

VOYAGE AU CENTRE DE LA TERRE

Posté par rabelaisblog le 19 janvier 2017

 Voyage au Centre de la Terre

de Jules Verne

voyage au centre de la terre

Mr Otto Lidenbrock est un minéralogiste retraité Allemand. Il habite dans une grande maison. C’est un homme qui n’est pas très aimable mais son neveu Axel l’adore. Axel, lui, vient voir son oncle de temps en temps, il est passionné de minéralogie depuis son plus jeune âge. C’est un jeune homme d’environ vingt ans, allemand aussi et il aime l’aventure. Mr Lidenbrock et Axel avaient le projet de descendre au cœur de la Terre. Pour cela ils eurent besoin d’un guide nommé Hans, un chasseur d’eider* Islandais, que le professeur payait trois rixdales* par semaine.  A l’origine Mr Lidenbrock et Axel avaient trouvé un parchemin écrit de la main d’Arne SKANUSSEM, un savant Islandais de l’époque des croisades.

*Rixdale: francs

*Chasseur d’eider: Cette « chasse » consiste simplement à recueillir le duvet dont la femelle de cet oiseau tapisse son nid. 

Si  Voyage au Centre de la Terre  était une partie du corps, ce serait le nombril parce que c’est le centre du corps et qu’un géologue retraité, Mr Lidenbrock,  Axel, Hans, embarquent pour une odyssée au centre du globe.

Résultat de recherche d'images pour "mr lidenbrock descendant au centre de la terre"

« C’est parti, Axel, nous allons au cœur du globe. »

 

Si Voyage au Centre de la Terre  était un instrument de musique, ce serait un saxophone. Les personnages s’engouffrent dans les entrailles du globe en descendant dans le Sneffels, un volcan Islandais éteint, et ressortent par le Vésuve comme les notes de musique dans un saxophone.

« On entrait dans le globe par un endroit et on ressortait par un autre. »
 

vésuve

Si « Voyage au Centre de la Terre » était une saison, ce serait l’été. Il fait toujours chaud dans les entrailles de la Terre. Paradoxalement, il ne fait pas chaud à en mourir, la température maximale atteinte est de 45°C   

Afficher l'image d'origine

En trois mots ?

Désespoir d'Axel, perdu.

Désespoir d’Axel, perdu.

Mystérieux: on se demande si Axel le narrateur perdu, va retrouver ses compagnons.

« J’étais dans le noir le plus complet et je me demandai si je retrouverais mes compagnons. »

 

 

 

Combat entre deux animaux antédiluviens

Combat entre deux animaux antédiluviens (dinosaures)

 

 

 

 

Profond: on est profondément emballé par l’histoire, surtout au moment où le professeur Lidenbrock, Axel et Hans assistent à un combat de dinosaures. Sous terre !

« Devant nous se déroulait un massacre, deux bêtes se battaient. »

Ainsi qu’au moment où ils descendent dans les abîmes de la Terre « Cette descente semblait infinie. »

                                

                    

                                                                                                 

 

La descente des personnages

Sauvage : Le monde souterrain est peuplé de créatures hostiles comme des dinosaures.
« Soudain un troupeau de Mégalausaures passa à moins de vingt mètres de nous. »

Résultat de recherche d'images pour "dinosaure voyage au centre de la terre"

 

 

Je pense que Jules Verne veut faire croire aux gens qu’il est possible de descendre au centre de la Terre parce que ses écrits ont l’air d’avoir été vécus. Pourtant par rapport au livre Le Tour du Monde en 80 jours, il est possible de faire le tour du globe en moins de temps. Donc l’image « fictive » que les gens se font des récits de Jules Verne est différente à chaque récit. Cet auteur était un visionnaire du 19/20e siècle. De plus il a imaginé pouvoir faire le tour en 80 jours, maintenant on peut le faire en beaucoup moins de temps.

 

J’ai adoré ce livre parce qu’à certains moment il y a du suspense. J’ai aimé le passage où ils descendent dans les abîmes de la terre, les personnages ne savent pas à quoi s’attendre. Il y a aussi de l’action comme quand ils fuient un combat entre deux dinosaures, on se demande s’ils vont tomber de leur embarcation et se faire dévorer ou si tout va bien se passer. Je conseille ce roman  aux autres personnes à condition qu’elles aiment le suspense.

 Pour plus d’infos sur…

 

Otto Lidenbrock cliquez ici

 

Axel Lidenbrock  cliquez ici

 

Hans Bjelke cliquez ici

 

L’eider cliquez ici

 

 L’auteur allez voir ici

 

Voila un extrait du film si vous êtes intéressés (J’ai trouvé ce film assez sympathique, ça change un petit peu l’histoire originale mais si on s’est intéressé aux deux on comprend) :

 

Image de prévisualisation YouTube

 

 Je vous propose Un nouveau titre :

 Descente dans les abîmes de la Terre

et une nouvelle couverture 

fichier odt Page de couverture

5e1 Mathys

Enregistrer

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | Pas de Commentaires »

EMILE ET LES DETECTIVES

Posté par rabelaisblog le 19 janvier 2017

Emile et les détectives
Erich Kastner:

unnamed - Copie

 

  Si mon livre était des couleurs ça serait les couleurs bleu et rose car ce livre émet deux émotions différentes comme ces deux couleurs. Le bleu me fait penser à l’angoisse et le rose à la joie. J’ai angoissé quand Emile, le jeune héros de ce livre se trompe de gare et ne peut pas voir sa grand -mère et je me suis réjouie quand il s’est fait des nouveaux copains à Berlin en sortant de la gare, qui ensuite vont le suivre et l’accompagner tout au long de son aventure.

  pink-1121216_960_720 - Copie

 Si mon livre était un instrument de musique ce  serait un *Ukulele car aucun moment dans ce livre n’est triste. Il y a du mystère mais jamais de tristesse… Ce livre est plein d’émotion quand Emile prend le train de Neustadt pour la première fois  dans l’idée d’offrir un bouquet de fleurs à sa Grand mère, plein d’émotion quand il rencontre ses copains, plein d’émotion quand il poursuit celui qui lui a dérobé son argent, plein d’émotion quand l’un de ses copains tombe amoureux, et enfin plein d’émotion quand,  une fois l’argent retrouvé, la grand mère invite tout le monde autour d’un repas.

 
unnamed (1)

 Si mon livre était une partie du corps ce serait les pieds car dans ce livre Emile et sa bande de copains vont courir dans toute la ville  pour rattraper un voleur surnommé « l’ homme au chapeau melon ». Cet homme a prolongé  son voyage pour voler Emile et plonger sa main dans la poche intérieure du manteau du jeune garçon qui s’était endormi au moins durant la moitié du voyage qui le  menait à sa grand mère.  « l’homme au chapeau melon »  a profité qu’Emile s’endorme pour lui dérober son argent !

unnamed (2)

« Emile se réveilla au moment où le train se remettait en marche. En fait, il s’était endormi et, pendant son sommeil, il était tombé de la banquette en bois et se retrouvait maintenant par terre, étreint par l’angoisse, son cœur battant comme un marteau piqueur. »…

 Si mon livre était un fruit ce serait des groseilles car c’est un fruit très savoureux et surprenant dans son goût . Dans ce livre, chaque future page a envie d’être savourée…on attend la suite…comme quand on a envie de déguster une grappe de groseilles. Ce livre est surprenant dans son style d écriture raconté comme une aventure et comme un roman policier.

unnamed (4)

J’aurais aimé que cette histoire soit plus longue…

  

unnamed (3)Si mon livre était un objet ce serait une valise car Emile ne fait que voyager avec sa valisette qu’il « trimbale » avec lui du début à la fin de son voyage pour Berlin. Je compare l’histoire aussi à une valise car on ne connaît pas son visage du voleur, hormis le fait qu’il ait un chapeau melon. Une valise, tant que l’on ne l’a pas ouverte, reste aussi secrète et mystérieuse car elle peut contenir  des billets comme des vêtements.

 
Si mon livre était une œuvre d’art ça serait l’homme au chapeau melon, de René Magritte. Le visage de l’homme se cache derrière la colombe, un peu comme quand Emile a connu Monsieur Grendeïs plus connu sous le nom de « l’ homme au chapeau melon ». L’écrivain ne le décrit jamais. Il propose du chocolat à Emile  dans le train et une heure après cet homme lui dérobe tous ses deniers. « l’homme au chapeau melon » se montre  gentil au tout début mais peu de temps après, il dévoile son caractère  de voleur et mal meneur.

unnamed (6)

…« Près de la fenêtre, un homme avec un chapeau melon sur la tête , était absorbé par la lecture de son journal. Au bout d’un moment, ce dernier le replia, sortit de sa poche une barre de chocolat et la tendit à Emile»…

unnamed (5)Si mon livre était une saison ce serait l’Automne car j’imagine tout à fait l’homme au chapeau melon avec une gabardine, un chapeau melon et des gants en cuir arpentant ce train dans une saison assez froide mais pas trop.

unnamed (7)

Si mon livre était une musique ce serait « Pacific 231 d’Artur Honegger » car le fond de musique retranscrit les bruitages d’un train qui roule. La musique est pleine de suspense comme une enquête qui doit être résolue, et d’angoisse sur laquelle on peut aussi imaginer une course poursuite d’hommes dans ce train qui avance.

 

 

 Image de prévisualisation YouTube

 

UN NOUVEAU TITRE ?

A la poursuite de Man in the bowler hat

 

Je donne ce nouveau titre à mon livre car Emile et sa bande de copains détectives se mettent à la poursuite du voleur en empruntant différents chemins, essayant d’encercler l’homme au chapeau melon dans la ville de Berlin.

NOUVELLE COUVERTURE

Emile au départ du train

 

Mon livre en 3 mots 

Passionnant, car il y a plusieurs chapitres où l histoire nous fait voyager à Berlin. Il y a beaucoup de suspense et plus je lisais, plus j avais lenvie que lhistoire ne se termine pas.

 Merveilleuxcar la fin de lhistoire est heureuse, toutes les frustrations de l’histoire sont évaporées. Un des copains dEmile noue une relation amoureuse avec * Pony bibi…

 Palpitantcar Emile arpente les rues de Berlin, essoufflé et malmené par « l’homme au chapeau melon ». Emile va connaître plusieurs infortunes et, d’aventures en mésaventures il maintient le lecteur en attente avec une certaine angoisse.

 unnamed (9)

Ce livre a un véritable scénario du début à la fin, Emile a  peur  car il a peint la statue du Grand Duc, il ne peut s’aider de la Police qui risque de le « coincer »  et devient un détective malgré lui avec ses amis pour démasquer le voleur et le faire arrêter. Il aura même un article dans le journal sur son exploit.

Définition des mots :

 *Berlin : Capitale de l’Allemagne

*ukulele : Instrument à cordes d’origine Hawaienne

*Madame Tischbein : Mère d Emile

*Pony bibi :La cousine d’Emile

 Voici  le «  Emile et les détectives» réalisé en 1931

Image de prévisualisation YouTube

 Voici en lecture un extrait que j’adore car 2 générations sont représentés dans l’extrait et dans le livre 3 générations : 1*La Grand mère 2*  la mère, la tante, l’homme au chapeau Melon et 3* Emile et ses amis.

EMILE ET LES DETECTIVES   dans A ECOUTER cleardot

  5 ème 1 – Sarah-Lou

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | 2 Commentaires »

LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS

Posté par rabelaisblog le 6 janvier 2017

                         

Le tour du monde en 80 jours

             

80 jours adam

 

En 1872, un riche gentleman Londonien nommé Fileas Fogg parie 20 000 livres ( 500 000 francs ) qu’il fera le tour du monde en 80 jours. Accompagné de son valet de chambre, Jean Passepartout, il part de LONDRES et tente de remporter ce pari  qui, pour l’époque, semble impossible ( à l’époque, les avions n’existaient pas, on ne pouvait voyager qu’en train ou en bateau et il suffisait d’une interruption pour que Fileas Fogg perde son pari) …

Si le tour du monde en 80 jours était un endroit du monde, ce serait Londres car c’est la ville dans laquelle on retrouve un peu de tous les pays traversés et de toutes les cultures rencontrées par Fileas Fogg, On peut y rencontrer  des personnes originaires de la plupart des pays du Commonwealth comme des Indes, d’Égypte, d’Afrique de l’Est et de Hong Kong .

Londres est aussi la ville de départ et d’arrivée de Fileas Fogg.

« Donc, ajouta-t-il en consultant son calendrier de poche, puisque c’est aujourd’hui mercredi 2 octobre,
je devrai être de retour à Londres le samedi 21 décembre ici-même« 

 

                                                                                                                             Londres

  

TPhoto_00001

Fileas Fogg est un homme à la carrure imposante, qui reste toujours de marbre face aux choses les plus incroyables. Il est aussi très organisé et très maniaque dans sa manière de faire les choses.

Exemples :

 » C’était un homme qui pouvait avoir 40 ans, de figure noble et belle. »

 » Il paraissait posséder au plus haut degré ce que les physionomistes appellent « le repos dans l’action » faculté commune a ceux qui font plus de besogne que de bruit.

 » C’était le programme du service quotidien [...] tout était noté, prévu, régularisé ».

Si mon livre était une musique, ce serait la lettre à Élise car c’est une musique qui alterne des des tempos rapides et d’autres plus calmes comme dans cette histoire.

En effet, ce roman présente :

- des moments avec beaucoup d’action, comme par exemple :

  • lors de la traversée de la Mer Rouge, les personnages sont attaqués par des requins.
  • En Inde, Fileas Fogg va sauver une jeune femme d’un sacrifice humain.
  • En Amérique, les personnages sont attaqués par des Sioux et le secrétaire de Fileas Fogg, Jean Passepartout, est enlevé ; Fileas Fogg va aller le sauver.

- et d’autres moments qui sont plus descriptifs :

  • présentation assez longue des paysages rencontrés,
  • parfois des discours long et, à mon avis ennuyeux, de Fileas Fogg (par exemple sur l’utilité des passeports au début du roman).

Image de prévisualisation YouTube

Si j’avais écrit ce livre, je lui aurait donné comme nom: Course contre la montre car s’il ne veut pas perdre son pari, Phileas Fogg doit se dépêcher !

TPhoto_00027

                                                                                                                                               Lucie 5e1

 

Enregistrer

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | 4 Commentaires »

L’ODYSSÉE

Posté par rabelaisblog le 6 janvier 2017

                                                                   

odyssee

Si l’Odyssée était un objet ce serait un bateau car Ulysse le personnage principal et ses compagnons,veulent retourner sur leur île Ithaque. C’est la capitale du royaume d’Ulysse qui compte quatre iles Doulichion, Samé, Zante et Ithaque elle-même. Ils reviennent de Troie où a eu lieu une grande guerre  donc ils doivent naviguer  un long moment en bateau.

bateau sira

Si l’Odyssée était un endroit du monde ce serait une île car Ulysse et ses compagnons s’arrête toujours sur des îles sur lesquelles ils veulent faire des poses, des siestes, un peu manger…

carte ulysse sira

 

Si l’Odyssée était un sentiment ce serait la tristesse car Ulysse va perdre petit à petit tous ses compagnons au fil de son voyage car des créatures bizarres vont les tuer comme le Cyclope, Charybde et et Scylla…

Ce serait aussi la peur car les créatures bizarre sont vraiment très effrayantes et dans l’Odyssée on ne sait jamais ce qui va se passer.                                                                                                    

Ce serait aussi l’amour car Ulysse veut absolument retourner sur son ile pour retrouver sa femme Pénélope qui lui manque beaucoup tout comme son fils Télémaque car il ne les a pas vus depuis plus de 9 ans.  OUvrez cristiana coeur

                                              

Et ce serait aussi l’amitié car Ulysse et ses compagnons sont vraiment proches les uns des autres et dés qu’un des compagnons meurt, ils pleurent tous de tristesse et c’est pour cela que je trouve que c’est un vrai lien d’amitié.

Si l’Odyssée était un animal ce serait un escargot car un escargot c’est lent et  pour retourner à Ithaque Ulysse et ses fidèles compagnons  mettent plus de 9 ans à cause des dangers qui leur font perdre beaucoup de temps : soit les créatures mangent, dévorent les compagnons d’Ulysse, soit elles les emprisonnent pendant plusieurs jours ou années.

                                                                    escargot sira                       

Homère c’est un poète ou un aède de la fin du VIIIe siècle av Jésus Christ. Il est célèbre grâce à l’Iliade et l’OdysséexUlysse_selon_Berard.jpg.pagespeed.ic.U6RfCjqMYN

Un nouveau titre ?

A la découverte des îles

odyssee nouvelle couverture

 

EN TROIS MOTS?

AVENTURE car l’odyssée raconte un voyage avec beaucoup de mésaventures. Je le conseille à ceux qui aiment les récits avec du suspense

RUSES car Ulysse trouve toujours de très bonnes ruses pour échapper aux monstres comme pour l’histoire du cyclope où il dit qu’il s’appelle Personne.

COURAGE car Ulysse  et ses compagnons malgré tous les dangers, tiennent  absolument à retourner sur leur  ile Ithaque et ils ne veulent pas renoncer. Ils sont déterminés. Ulysse tient vraiment à retrouver sa femme Pénélope et son fils Télémaque.

  MON PETIT AUDIO:     

                                                             5e1 Sira                                

Enregistrer

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | Pas de Commentaires »

U4 KORIDWEN

Posté par rabelaisblog le 14 décembre 2016

 U4 Koridwen de Yves Grevet

 

 

Si U4 Koridwen était une ville ce serait Paris car c’est le lieu où les 4 personnages principaux Koridwen, Stéphane, Yannis et Jules se rendent. Ils veulent y aller pour remonter le temps car une épidémie a ravagé 90% de la population, dont leur famille. S’ils arrivent à remonter dans le temps, personne ne mourra.

Image 1

L’épidémie est due à un virus nommé U4 (U pour Utrecht car c’est là que sont apparus les premiers symptômes du virus et 4 car les auteurs nous racontent 4 histoires différentes) qui a épargné les jeunes âgés de 15 à 18 ans. Le principe du livre est que 4 auteurs se sont associés pour inventer chacun une histoire et un personnage différent.

Yves Grevet a écrit l’histoire de Koridwen qui est une jeune fille habitant en Bretagne. C’est la seule qui arrive à accomplir ce pourquoi elle est partie à Paris.

Carole Trébor a écrit l’histoire de Jules. Ce garçon n’a pas eu besoin de faire beaucoup de chemin car il habite déjà à Paris lors de l’épidémie.

Florence Hinckel a écrit Yannis. Ce jeune vient de Marseille et c’est lui qui a fait le plus de route.

Enfin, Vincent Villeminot a écrit Stéphane qui est une jeune fille (elle souffre de s’appeler Stéphane alors que c’est une fille) venant de Lyon.

«Petit à petit, l’idée de partir s’affirme comme une évidence. Tu voudrais aller à Paris, Max?»

 

Si U4 Koridwen était une partie du corps ce serait les cheveux car c’est ce que Koridwen préfère chez elle. C’est une jeune fille bretonne qui vivait dans un hameau au Menesguen avant de le quitter pour Paris. J’ai choisi les cheveux car il n’y a qu’eux qui ont un paragraphe juste pour eux dans le livre. Ses cheveux sont d’une magnifique couleur auburn et d’une masse abondante.

                         «J’ai toujours aimé mes cheveux. C’est ce que je préfère dans mon physique.
Depuis que je suis toute petite on s’extasie sur leur masse abondante et leur magnifique couleur auburn

                                                                      Image 2

Si U4 Koridwen était un animal ce serait un rat car c’est l’animal qui refait surface pour dévorer les cadavres de l’épidémie U4. Il n’y en avait pas dans son hameau en Bretagne mais Paris en est rempli. A Paris, rester dans les rues devient dangereux. Mais parfois, Koridwen n’a pas le choix, elle doit aller se réapprovisionner en nourriture et elle doit aller dans les égouts. Si quelqu’un arrive, les rats lui donnent l’alerte car les personnes “bienveillantes” ne vivent plus dans les immeubles vacants de Paris. Elles vivent dans des R-Point (ce sont des centres pour accueillir les jeunes épargnés par le virus. Là, les adolescents sont nourris et logés). Au début, vivre dans un R-Point est juste conseillé. Après un certain temps, vivre dans un R-Point est obligatoire (les jeunes sont considérés comme des criminels s’ils n’y vivent pas). Mais il reste des jeunes qui ne veulent pas dépendre d’un R-Point et comme ces jeunes savent qu’ils ne sont pas tout seul, ils sont angoissés en permanence à l’idée de passer dans les égouts, de peur de rencontrer un indésirable et de mourir en se prenant une balle de pistolet. C’est pour cette raison qu’ils deviennent agressifs et tirent sur tout ce qui bouge sans même savoir de quoi il s’agit.

Image 3

 «Les rats sont partout en masse. Leur présence est presque rassurante.
Si quelqu’un arrivait, leur comportement me donnerait l’alerte.»

 

 Si U4 Koridwen était une chanson ce serait Sucker for Pain du groupe Suicide Squad. J’ai choisi cette chanson qui n’est pas très gaie car l’univers dans lequel vivent Koridwen, Stéphane, Yannis et Jules est triste, vide et cruel. Cette chanson me donne de la force quand je l’écoute et je trouve que ça retrace très bien l’esprit du livre.  

                                     Image de prévisualisation YouTube

 Si U4 Koridwen était une arme ce serait un fusil car pour survivre dans ce drame, il faut être armé pour, comme dit précédemment pour pouvoir se défendre contre les jeunes qui sont tout simplement terrifiés par les autres jeunes.

Image 5

«Marek plonge la main dans son sac et en tire plusieurs pistolets. Il tombe sur le bon qu’il me tend avec autorité.
Je m’en saisis après quelques secondes d’hésitation. Il me l’échange contre un de mes vieux fusils de chasse.»

 

Si U4 Koridwen était une œuvre d’art ce serait la plus vieille horloge de Paris qui se trouve sur la Tour de l’Horloge car c’est là que Koridwen va remonter dans le temps.

horloge Paris

 «Je connais le moyen de remonter le temps, je l’ai toujours connu» disait Krohnos, le maître du jeu Warriors Of Time auquel joue Koridwen, Stéphane, Yannis et Jules. Ce jeu est une simulation avec des avatars qui représentent les joueurs. C’est sur ce jeu que s’affiche le message comme quoi il existe une façon de remonter dans le temps.

«Rendez-vous le 24 décembre à minuit, sous la plus vieille horloge de Paris.» 

 

Comme nouveau titre pour mon livre, je propose: Rendez-Vous car le but du voyage de Koridwen est d’aller à ce rendez-vous qui va lui permettre de voyager dans le temps.

Koridwen, Stéphane, Yannis et Jules veulent tous aller au rendez-vous et remonter le temps pour revoir leur famille. Koridwen va y arriver grâce au conseils de sa grand-mère. 

Stéphane et Yannis refusent finalement d’aller au rendez-vous car ils savent que des militaires les attendent pour tous les tuer sur le lieu et vont vivre ensemble dans la maison de Stéphane. Jules, quant à lui, est allé au rendez vous pour prévenir les autres du jeu Warriors Of Time du massacre qui les attendait mais il est arrivé trop tard et il meure sous le coup des balles.

Comme nouvelle couverture pour le livre U4 Koridwen je propose ce dessin:  

                                                                        IMG_20170102_164731

En 3 mots ?

Deuil car il y a beaucoup de morts notamment des membres de sa famille  et qu’elle doit surmonter ça toute seule ou avec les quelques amis qui lui restent.

 

Élue car Koridwen est la seule à remonter dans le passé alors qu’ils étaient une trentaine à souhaiter remonter le temps.

 

Héritage car grâce à ce que sa grand-mère lui a légué, elle arrive à survivre sans se faire tuer par les jeunes terrifiés. Koridwen avait un lien très fort avec sa  »mamm gozh » et elle a été très triste quand celle-ci est morte.

 

                                                                      Pour être incollable

Voici une vidéo qui résume en quelques minutes une vidéo l’histoire de Koridwen ainsi qu’une interview de l’auteur, Yves Grevet.

                                                   Image de prévisualisation YouTube

Cliquez sur le site de l’auteur pour voir ses précédents ouvrages, ses actualités…etc

Enfin, voici la première page du livre U4 Koridwen.

                                                                                                             Pour finir

J’ai trouvé ce livre très bien! Je trouve qu’il change beaucoup le point de vue qu’on à sur le monde. Mais parmis les 4 livres de la série, chacun à sa préférence par rapport aux personnages. Personnellement, j’ai préféré le U4 Stéphane qui me touche particulièrement. A vous de le choisir !!

Jeanne B 5e1

 

Publié dans A ECOUTER, LECTURES CURSIVES | 2 Commentaires »

COULEUR DE PEAU : MIEL

Posté par rabelaisblog le 14 décembre 2016

Collège au Cinéma

Un film de Jung et de Laurent Boileau

couleur-de-peau-miel affiche

couleur de peau miel leticia

COULEUR DE PEAU : MIEL
Album : COULEUR DE PEAU : MIEL
Dessins réalisés par les élèves d'UPE2A
10 images
Voir l'album

« Ce film m’a énormément émue, notamment la fin. La mère de Jung ouvre son coeur à l’enfant. Je crois que le réalisateur a voulu nous montrer que souvent les parents ne nous donnent pas leur amour comme on voudrait qu’ils le donne mais ce n’est pas pour autant qu’ils ne nous aiment pas. Ce film nous fait ouvrir les yeux sur les duretés de la vie. » Cassandre 5e4

« Le mélange entre dessin animé et images d’archives est très pertinent, ça nous aide à nous projeter. » Lyna 5e4

« Ce qui est bien c’est que quand Jung n’est pas bien, il se met à dessiner pour faire s’évaporer ses problèmes ». Léane, 5e4

« Je trouve que ce film a une ressemblance avec Le gamin au vélo : l’abandon, la maltraitance, les enfants mal élevés… » Enzo, 5e4

« Que ce soit un film inspiré de faits réels le rend d’autant plus touchant. » Arthur, 5e4

« J’ai trouvé les dessins de Jung très beaux » Sarah

« J’ai trouvé ce film intéressant et toute la salle l’a applaudi. » Marie Edouarda, 5e4

« Émouvant, drôle, surprenant.  » Sofiane, 5e4

« J’ai bien aimé ce film car il y avait de l’humour, de la tristesse et de l’amour. Je pense que Jung devrait faire Couleur de Miel 2  » Paul, 5 e4

« Les réalisateurs voulaient nous faire comprendre que ce n’est pas toujours facile d’accepter la réalité. » Raphaël, 5e4

J’ai bien aimé qu’il y ait plusieurs types d’images. J’ai bien aimé aussi que le dessinateur se montre dans le film, comme dans un documentaire. Il dessine pour combler son manque d’affection. Il y avait plus d’émotion que dans Le gamin au vélo. Noa, 5e4

Je pense que je vais acheter les trois BD » Théo, 5e4

Image de prévisualisation YouTube

EnregistrerCouleur-de-peau-miel BD

Enregistrer

Enregistrer

Publié dans Collège au Cinéma | 4 Commentaires »

12345...12
 

lesrhetosdelind |
L'année en poésie |
Haizer; ou la magie de la n... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lettre à l'être
| Adorable Rencontre
| juno39